En ce beau mois de juillet, je délaisse temporairement mes chroniques mode pour faire des entrevues toutes spéciales « d’humoriste à humoriste ». Comme plusieurs le savent, mon premier amour est l’humour, alors j’ai pensé vous offrir des entrevues toutes intimes avec des amis, des collègues, mes dernières découvertes ou mes coups de cœur du Festival Juste pour rire.
 
Jean-Thomas, tu es un homme coloré, un beau spécimen! Au quotidien, te décrirais-tu comme un personnage ou comme quelqu’un qui a sa propre vision de la vie qui est bien à lui?
 
Je dirais comme un mix des deux. Mon personnage de scène raconte des trucs qui ne me sont pas arrivés, par contre c’est moi qui lui fais dire tous ces trucs alors il devient comme une sorte de pantin avec quoi je m’amuse. C’est un personnage qui vient de moi, qui préconise le même humour que moi. La différence je dirais c’est que ce personnage croit que ce qu’il dit est intéressant et moi je sais bien que c’est complètement des niaiseries. Je suis un homme assez gêné dans la vie, mon personnage m’aide un peu à affronter tout ça. 
 
Les gens t’imaginent difficilement au quotidien faire des choses dites « normales » comme l’épicerie, sortir les poubelles, faire la vaisselle… On s’imagine peut-être à tort que ta vie est toujours dans « l’absurde ». À une caisse, jases-tu beaucoup trop longtemps avec la caissière? Passes-tu beaucoup trop de temps à lire des étiquettes dans les rangées? Tries-tu le recyclage de tes voisins pour mieux les comprendre?
 
(Rires) Non je ne trie pas le recyclage de mes voisins! Au super marché j’ai pas mal ma routine, j’ai toujours mes douze ou treize repères précis. Je suis plutôt un homme tranquille dans la vie et je n’aime pas trop les tâches du quotidien. Je suis gentil avec les gens qui viennent me parler, la plupart du temps ça reste court et sympathique. Les gens sont souvent chaleureux dans ce qu’ils me disent. Je suis jamais encore parti en courant!
 
Quand tu n’es pas sur scène ou en tournée, que fais-tu comme loisirs? As-tu des passions secrètes?
 
J’en ai plusieurs! Je suis quelqu’un de très ludique, je parle souvent de « Survivor » et que c’est mon émission culte. Sinon les jeux, les sports; je suis quelqu’un de très sportif. Hockey et le tennis l’été, beaucoup. J’aime aussi le cinéma, les DVD, les séries. Bref, l’art et les sports.
 
Ta série web « Papa poule » est vraiment magique, d’où t’est venu l’idée?
 
C’est pas mal né de la comédienne qui joue ma fille dans la série, Julianne Côté, dans un party entre amis. Elle avait fait une imitation de moi qui m’a beaucoup fait rire. Ensuite l’idée à migrée, je voulais faire une série web et j’ai trouvé l’idée intéressante de voir mon personnage dans la paternité. C’est amusant de voir la façon dont il impose à sa fille ces torsions d’esprit. Mais c’est elle qui m’a inspiré cette belle idée!
 
Comment ta mère te décrirait-elle?
 
 
Elle me décrirait comme un enfant assez dans sa bulle, avec un bon cœur, très empathique et très dans lune! J’ai toujours été comme ça, même à l’école, je partais dans ma tête. Je n’étais pas un bouffon de classe. J’étais un élève underground!
 
Si tu n’avais pas été humoriste dans la vie, qu’aurais-tu fait?
 
Bonne question…J’aurais peut-être été journaliste ou j’aurais travaillé dans un zoo! J’adore les animaux, j’aurais été celui en charge de nourrir les lions au quotidien.
 
Cet été on peut te voir dans le show « Franglos » dans le cadre du Zoofest, comment te trouves-tu sur scène en anglais?
 
C’est comme un « renouveau début » pour moi. J’aime beaucoup ça, j’ai toujours voulu faire de l’humour en anglais, j’en écoute aussi beaucoup. Je suis dans mes premiers pas, je regarde comme ça pourrait être reçu. On verra bien où ça mène, car je suis encore dans des zones d’expérimentation. Mais j’ai bien du fun à le faire!
 
Pour toi c’est quoi le meilleur « pick up line » pour cruisé une fille? C’est quoi qui te réussit à tout coup dans une date?
 
J’ai aucun « pick up line ». Je vais juste dire des phrases déstabilisantes comme tes pieds sont trop grands! (rires)
 
Si des extraterrestres débarquaient sur terre, tu leur dirais quoi?
 
Je leur dit : « Bonjour, vous êtes mes meilleurs amis, venez chez nous je vais vous faire écouter « Survivor » et vous allez découvrir un monde parallèle qui va vous plaire! »
 
Nous sommes plus que jamais submergés par l’humour, comment vois-tu l’avenir de l’humour au Québec?
 
Je trouve qu’il va bien, que c’est très saint en ce moment au Québec. Il y a beaucoup de relève très forte, avec les humoristes établis forts aussi, alors ça permet au gens d’expérimenter beaucoup de sortes d’humour différentes. Ils ont un bel éventail de choix, ils peuvent choisir celui qui fit le plus avec leur personnalité. Plus il y a de la variété riche culturellement, mieux c’est!
 
À 95 ans, puisque je suis sûre que tu vas vivre très vieux! (rires) Qu’aimerais-tu avoir accompli dans ta vie?
 
Juste d’être heureux et de rendre les gens heureux autour de moi autant sur scène que dans ma vie personnelle. C’est très philosophe comme réponse, mais je n’ai pas de grandes ambitions. Je veux juste avoir créé beaucoup de points d’interrogations dans la face des gens. Le monde va dire : « On a pas bien compris la raison de son passage sur terre, mais c’était inoffensif! »
 
Vous pourrez voir Jean-Thomas durant le Zoofest cet été dans le show « Franglos » et vous pouvez aussi visionner « Papa poule » sur le http://www.jeanthomasjobin.com/pere-poule.html. 

Commentaires