David Coverdale continue de remplir les salles avec Whitesnake, dont le catalogue musical est impressionnant, on en convient. Si c'est avec bonheur qu'on retrouve les classiques du groupe, ce disque enregistré en concert démontre aussi une autre réalité... malgré un groupe solide, des musiciens qui se défoncent, M. Coverdale, maintenant dans la soixantaine, affiche moins de voix. Indéniablement, ça change la dynamique des morceaux.

Étant un grand fan de Whitesnake depuis fort longtemps, j'ai assisté à leur spectacle live il y a plus d'une décennie, tournée qui marquait le retour sur disque de la formation, dans une forme splendide; Coverdale était tout en voix. Il aurait pu faire exploser le toit du Centre Bell tellement il soulevait la foule et poussait la note... ce qui ne s'entend pas sur ce Made in Japan.

Au cours des dernières années, les deux plus récents albums studios du groupe Good To be Bad (2008) et Forevemore (2011) étaient drôlement solides, un magnifique retour, deux albums mordants à souhait. Malheureusement, si le charisme de Coverdale opère toujours, cette dernière tournée démontre qu'il ne pourra pas toujours hurler et se déchirer la voix comme il le faisait il y a 20 ou 30 ans; c'est la triste réalité.

Notre plaisir de réentendre les succès du groupe laisse place à un sentiment mitigé sur ce disque. Ce n'est pas avec plaisir que je vous dis ça, croyez-moi. Regardez ici le vidéoclip de la chanson Fool For Your Loving extrait de cette tournée, et vous serez à même de visualiser et d'entendre la différence. C'est bon... mais il manque de mordant, faudrait ajouter un peu de venin sur les cordes vocales!

Les chansons choisies

La sélection des chansons est aussi un peu discutable. Bien sûr, il faut faire de la place aux nouveaux titres et on doit choisir parmi les classiques. Cela dit, en version « régulière », le choix se tient. Par contre, en version double disque « de luxe », pourquoi avoir répété des chansons deux fois plutôt que de nous faire plaisir avec d'autres titres? Le catalogue regorge de possibilités! Pour cette raison, je dirais aux fans (ceux qui vont se procurer le disque peu importe ce que les critiques vont en dire) de se procurer la version régulière tout simplement.

Conclusion

Votre humble chroniqueur aurait vraiment voulu aimer et vous recommander le disque, car malgré un son plus que respectable pour un enregistrement en concert (cet aspect est vraiment bien réussi), malgré un band qui est vraiment solide, on ne réussit pas à faire vivre toute la fougue, l'exhaltation, la puissance d'un concert de Whitesnake. On ne rend pas justice à l'œuvre de David Coverdale. Tant qu'à y être, avec les conditions de maintenant, je ferais paraître un album de versions live acoustiques, pour faire suite à celui paru en 1998. Le résultat serait plus probant.

Note : 6 sur 10

Maintenant, histoire de renouer avec les classiques du groupe, voici quelques clips parmi les incontournables de WHITESNAKE!

Slow An' Easy (1984)
Here I Go Again (1987)
Still Of The Night (1987)
Is This Love (1987)
Give Me All Your Love (1987)
The Deeper The Love (1990)
Now You're Gone (1990)
Love Will Set You Free (2011)

Commentaires