BORNES ÉLECTRIQUES

Dans la grisaille du mois de novembre se dessine une journée toute colorée, « tricolorée » même (couleurs vert-blanc-rouge du drapeau patriote); il s’agit de la Journée nationale des Patriotes le 20 novembre prochain. Lors de cette journée, chargée d’émotion et d’histoire, plusieurs activités seront organisées pour souligner la lutte des Patriotes pour l’avancement de la démocratie au Bas-Canada.

Entre autres activités, il y aura des discours patriotiques, des messes commémoratives, des défilés, etc. De prime abord, tout cela tombe parfaitement sous le sens et est mérité; les acteurs de ces événements, ceux qui ont mis leurs carrières ainsi que leurs vies personnelle et familiale de côté pour la juste cause de la liberté et de la démocratie méritent tout notre respect. Là où je commence à voir mon excitation redescendre, c’est lorsque je constate qu’il y a récupération politique. Je l’ai déjà mentionné dans mes articles précédents et je le répète, il n’est pas souhaitable qu’un parti politique ou un groupement « x » s’approprie l’histoire nationale pour promouvoir son programme politique, quel qu’il soit.

Dans le cas des Patriotes de 1837-1838, il faut savoir qu’il s’agissait à l’époque d’une lutte de droits. Bien avant qu’on en arrive à prendre les armes, il s’agissait d’une guerre de parlementaires où le pouvoir colonial a refusé de suivre les recommandations. Il faut savoir aussi que dans le mouvement patriote, il n’était pas question non plus d’une lutte entre « Anglais » et « Français ». D’ailleurs, parmi les chefs patriotes les plus influents figurent des gars comme Wolfred et Robert Nelson, Brown et O’Callaghan. Il convient donc de ne pas dénaturer la démarche du mouvement patriote de l’époque.

De plus, de l’autre côté de la frontière du Bas-Canada, dans le Haut-Canada, là aussi on s’organisait activement. Mené par William Lyon Mackenzie, un groupe s’opposait au Family Compact, un regroupement de riches propriétaires qui dirigeaient le Haut-Canada. Or, de nos jours, on associe les Patriotes au mouvement séparatiste uniquement. L’effet négatif que cela amène est que, pour ceux qui ne partagent pas cette option, les Patriotes ne sont que des « rebelles indépendantistes ». Leurs luttes pour la liberté et nos droits démocratiques sont désormais teintées d’idées politiques que leur prête une option politique seulement. Dommage, car tous les Québécois devraient être fiers du courage et des réalisations des Patriotes, peu importe leur allégeance politique. Si nous vivons dans une démocratie où tous peuvent s’exprimer, c’est grâce à eux et à leurs sacrifices.

Le 20 novembre prochain, à Saint-Denis-sur-Richelieu, aura lieu la Journée des Patriotes à la Maison nationale des Patriotes. Il y aura une foule d’activités (et une foule de gens je l’espère!) où vous pourrez voir des reconstituteurs historiques de la période; je serai parmi eux. En effet, la SRBC (Société de reconstitution du Bas-Canada) y sera pour présenter des démonstrations de tirs, discuter avec le public et, bien sûr, rendre hommage aux Patriotes. Allez faire un tour! Ça vaut vraiment la peine!
 
Liens :
http://srbc1837.wordpress.com/
www.mndp.qc.ca
 
 

Commentaires