BORNES ÉLECTRIQUES

Même si les robots sont presque inexistants dans notre vie quotidienne (qui peut se vanter d'avoir un robot à ses ordres à la maison?), la relation entre l'être humain et les machines préoccupe de plus en plus les chercheurs. Une nouvelle étude vient d'ailleurs de prouver que les humains pouvaient ressentir quelque chose d'assez fort pour un être mécanique.

Il est vrai qu'il est difficile de rester insensible aux déboires de robots célèbres comme R2-D2 ou Wall-E. Mais qu'en est-il de la réalité? Des scientifiques de l'Université de Duisbourg (Allemagne) se sont intéressés à la question.
 
Ils ont, en effet, demandé à 40 personnes de regarder un petit film mettant en scène un robot en forme de dinosaure. Il se faisait bien traiter et ensuite maltraiter. Après avoir visionné ces images, les participants devaient indiquer aux chercheurs ce qu'ils avaient ressenti. Les résultats sont tout de même surprenants. 
 
Pendant que le pauvre robot se faisait maltraiter, les scientifiques ont remarqué que le niveau d'attention des patients était plus élevé que lorsqu'il recevait de l'attention positive. Ils ont aussi avoué n'avoir pas particulièrement apprécié les moments où le dinosaure électronique « ressentait » de la douleur.

Une deuxième étude qui va encore plus loin
 
Une deuxième étude a, cette fois-ci, voulu analyser le cerveau des participants. Plus précisément, les hommes et les femmes de science désiraient savoir s'il existait des similitudes entre les interactions homme-homme et homme-robot.
 
Tout comme dans l'autre vidéo, on présentait aux cobayes des séquences violentes et affectueuses. Sauf que dans ce cas-ci, en plus du robot, il y avait un objet inanimé et un être humain.
 
Les scientifiques sont arrivés à la conclusion que, du point de vue du cerveau, il n'y a pas vraiment de différence lorsqu'un homme ou un robot reçoit un bon traitement. Par contre, quand il arrivait le temps de passer aux scènes de maltraitance, les sujets ressentaient une plus grande compassion pour l'humain que pour la machine.
 
L'étude conclut donc que les humains éprouveraient une certaine compassion pour leurs amis mécaniques. L'un des responsables de l'enquête, Astrid Rosenthal von der Pütten, se réjouit de ces résultats. Selon lui, le fait que les gens ressentent ce genre de sentiment envers les robots va permettre une meilleure démocratisation de la robotique domestique. Ils pourraient littéralement devenir des compagnons aux personnes handicapées ou âgées qui ont besoin quotidiennement d'assistance. Cela pourrait leur permettre de rester plus longtemps à la maison.
 
Tout cela n'est pas sans rappeler le film I, Robot avec Will Smith. On sait tous comment cela se termine…

Source : Le Figaro

Ne manquez rien des derniers articles de notre rédacteur en chef adjoint! Suivez Philippe Michaud sur Twitter via @Micph




Commentaires