Payer du contenu en ligne ne me dérange pas en autant que le prix exigé en vaille la chandelle. Ainsi, acheter des jeux téléchargeables ou bien me procurer des expansions en ligne afin d’accentuer l’expérience d’un jeu ne me dérange pas vraiment sauf si, bien entendu, le produit est mauvais ou trop court. Or, dans une industrie où le profit prédomine bien souvent sur la qualité, cette mode du téléchargement en ligne a atteint un niveau aussi pathétique qu’exagéré en vidant les poches des consommateurs de façon totalement injustifiée.

Electronic Arts a parti le bal des téléchargements abusifs il y a quelques années via ses jeux de sports. En effet, depuis quelque temps déjà, il est possible d’acheter et de télécharger des options accentuant les performances de vos joueurs, notamment dans les jeux de la franchise NHL. Certes, vous pouvez aussi améliorer vos sportifs virtuels en vous attelant à cette tâche comme il se doit et en investissant du temps dans votre jeu. Or, aujourd’hui, vous avez aussi l’option de ne pas le faire en achetant des ensembles qui vous octroieront des avantages rapidement avec un minimum d’investissement. EA encourage ainsi la paresse chez les joueurs qui, s’ils en ont les moyens, peuvent augmenter leurs statistiques via une simple transaction. Au diable la fierté de gagner par le fruit de ses efforts, une carte de crédit vous amène aujourd’hui au même résultat en une fraction du temps.

Plus récemment, Capcom et THQ ont poussé le concept des téléchargements en ligne à un autre niveau en proposant d’acheter des éléments qui auraient dû se retrouver dans leurs jeux afin de rendre ces derniers un peu plus intéressants. Ainsi, avec Dead Rising 2: Off the Record, Capcom a proposé des ensembles vous permettant non seulement d’acheter de nouveaux costumes pour votre personnage, mais aussi des codes afin de modifier votre expérience de jeu. Par exemple, il vous est possible d’acheter le mode Big Head pour ce jeu, qui vous donne bien sûr l’option de gonfler la tête des personnages pour le simple plaisir de les voir avec une bouille de mutant. THQ en a fait de même avec le jeu Saints Row: The Third en lançant l’Invincible Pack, qui vous permet de mettre la main sur une option vous rendant… eh bien, invincible.

Ce qui me déçoit et m’horripile avec de tels exemples est que le contenu offert dans ces ensembles téléchargeables devrait normalement être proposé par défaut dans ces jeux. Auparavant, lorsqu’il n’était pas possible de télécharger des ensembles en ligne, on incluait ce genre d’options dans les jeux, parfois par défaut et, en d’autres occasions, en proposant aux joueurs de s’investir dans leurs expériences afin de les débloquer. Aujourd’hui, on retire ces éléments afin de les vendre, question de pleinement exploiter cette tendance et de renflouer ses finances au détriment des joueurs. Depuis un certain temps, je remarque qu’on supprime de plus en plus d’éléments qui devraient être proposés par défaut dans les jeux, allant même jusqu’à vendre de simples codes pour débloquer du contenu déjà présent sur le disque d’un jeu!

Jamais vous ne me verrez encourager la vente de simples costumes, de codes de triche ou d’options améliorant les capacités d’un personnage. Si je paie un jeu une soixantaine de dollars, j’estime que de telles options devraient m’être proposées avec mon achat, non qu’elles me soient offertes par après en vidant encore plus mes poches. L’argent que j’investis dans l’achat de jeux, je l’ai gagné. Je crois donc être en droit de m’attendre à avoir un jeu complet entre les mains, non un produit fractionné.

Tout de même, quel dommage de constater cette tendance lorsqu’on est un joueur s’adonnant à cette forme de divertissement depuis plus de 25 ans, alors qu’on a connu la belle époque des jeux où l’investissement était bien récompensé et où les bonis ne pouvaient être débloqués en sortant notre carte de crédit…

Commentaires