BORNES ÉLECTRIQUES

Si vous êtes un amateur de Nascar, votre patience a été mise à rude épreuve la semaine dernière. D’abord parce que le Daytona 500, prévu pour dimanche, a été reporté au lundi, une première en 54 ans d’histoire. Ensuite parce que la remise prévue pour lundi après-midi a été repoussée jusqu’en soirée, Dame nature ayant décidé de jouer les trouble-fêtes.

Cependant, ceux qui ont été suffisamment patients en ont eu pour leur argent. La course qui a lancé la saison a été spectaculaire en tout point et a été fertile en rebondissements, c’est le moins que l’on puisse dire.

En bout de piste, c’est Matt Kenseth, au volant de la voiture no 17 de l’écurie de Jack Roush, qui a mérité le trophée Harley J. Earl remis au vainqueur de cette prestigieuse épreuve. Kenseth était au volant d’une voiture dominante et a passé la majeure partie de la course à l’avant.
Heureusement, car derrière, ç’a été un véritable carnage.

Le tout a commencé au deuxième tour alors que le quintuple champion, Jimmie Johnson, a perdu le contrôle de son bolide et en a profité pour se sortir de la course, entraînant quelques autres bagnoles au passage, y compris celle de Danica Patrick qui effectuait ses débuts en coupe Sprint.
D’autres accrochages ont ponctué la présentation du Daytona 500, mais l’accident dont tous se souviendront a impliqué un pilote, Juan Pablo Montoya, et un camion qui s’affairait à sécher la piste.

Avec 40 tours à faire, alors que la course était neutralisée, Montoya, qui sortait des puits, filait à toute allure pour rejoindre le peloton. C’est alors qu’un bris mécanique au niveau de l’arrière de sa voiture lui en a fait perdre le contrôle, le propulsant sur le camion de service. Le contact a été aussi violent que spectaculaire. Heureusement, personne n'a été blessé.

Toutefois, ledit camion transportait quelque 200 gallons d’essence qui se sont rapidement répandus sur la piste, provoquant du coup un incendie d’une rare intensité.

Il a fallu plus de deux heures aux préposés pour nettoyer la piste, ces derniers employant même du détergent Tide pour laver à fond la surface asphaltée du célèbre anneau. Eh non, cette dernière n’est pas devenue blanche.

La course a été relancée vers minuit et s’est terminée tout juste avant le coup d’une heure du matin.

Personnellement, je n’en pouvais plus d’attendre la fin, mort de fatigue. Mais, tel un professionnel, je suis demeuré debout, littéralement, pour assister à la fin de l’épreuve.

Ainsi donc, Matt Kenseth se retrouve en tête du championnat cette semaine, mais c’est évidemment beaucoup trop tôt pour tirer quelques conclusions que ce soit, Daytona étant une épreuve pour le moins particulière.

La semaine prochaine, les pros du circuit Sprint sont du côté de Phoenix, en Arizona.

C’est là que la vraie saison va débuter.

On s’en reparle. 

Commentaires