Dans le match fou du 7 mai dernier, le Canadien de Montréal a perdu les services de son gardien de but no 1, Carey Price. Omerta oblige, l'équipe nous confirme une blessure au bas du corps. Les possibilités sont multiples, particulièrement une blessure au genou, mais aussi une blessure à l'aine, car Price a eu des malaises dans cette région durant une partie de l'année. Qu'est-ce qu'une blessure à « la laine », comme plusieurs Québécois surnomment cet endroit?

Tout d'abord, il faut savoir que la région de l'aine est l'intérieur dans la hanche, entre la cuisse et les parties génitales. Elle est formée des six muscles adducteurs s'attachant sur ou près du pubis. L'adduction est le mouvement qui colle les jambes ensemble, tandis que l'abduction est celui qui les sépare (le grand écart est l'abduction extrême des deux jambes).

Le hockey et le soccer sont des sports où les athlètes sont très susceptibles de développer des blessures à cet endroit : 10 à 11 % des blessures provoquées dans ces sports touchent l'aine. Le mécanisme de blessure le plus commun est une contraction excentrique des muscles adducteurs. Une contraction excentrique se produit lorsque le muscle contracte en s'étirant (exemple : Carey Price à genoux étirant la jambière pour bloquer un lancer).

Plusieurs facteurs peuvent prédisposer à une blessure à l'aine, par exemple une faiblesse aux muscles adducteurs et un manque de souplesse de ces mêmes muscles. Une étude démontre que les joueurs de la LNH avec une blessure à l'aine avaient 18 % moins de force aux adducteurs en début de saison. Le ratio force adducteurs/abducteurs semble également être un facteur de risque.

Les traitements dépendent de la phase de la blessure. En phase aiguë (récent et douloureux), le traitement inclut de la glace, du repos, des thérapies à ultrasons ou électriques (ou les deux), une adduction isométrique (sans mouvements) et une résistance sans le poids du corps. Le traitement de la phase subaiguë comprend des sports comme le vélo et la nage ainsi que des exercices favorisant le travail léger des adducteurs. La dernière phase consiste à un entraînement spécifique graduel au sport de l'athlète, en fonction de sa tolérance bien sûr.

Sources : 
http://www.lapresse.ca/sports/hockey/201305/09/01-4649167-le-ch-tentera-de-revenir-dans-la-serie-sans-carey-price.php
- Timothy F. Tyler et al., « Groin injuries in sports medicine », Sports Physical Therapy, Mai/Juin 2010, vol.2 no.3

Commentaires