L'inspecteur Binette pris dans une enquête tordue

Le journal d'un récit fictif
(Une histoire tirée de l'imaginaire de Bruno Laliberté)
brunolaliberte.com
 
 
 
 
La vendetta de l'élite au clair de lune (1re partie)
 
 
 
 
 
 
 
            Un matin où a veille a été dur; un des rares lendemains de veille pour George Binette; on le retrouve aux machines distributrices du commissariat à pester, rager et maugréer auprès de l'une d'elles qui lui refuse son dû. Au haut-parleur de la salle la voix du capitaine le somme à son bureau. Après deux dernières claques sur la façade de la machine, il marche en se tenant la tête à deux mains vers le bureau de son supérieur. En entrant au bureau, il salue gauchement son capitaine et sans s'y attendre il est accueilli par une voix familière :
 
« Vous êtes blême en diable inspecteur, y vous manque sûrement un bon café! » dit Alex en lui présentant un grand verre de café et il ajoute vous n'auriez pas un jujube? »  En souriant sarcastiquement.
 
En prenant le café, l'inspecteur réplique d'une voix rauque : « Mais, qu'est ce que tu fais ici? »
 
C'est alors que le capitaine intervient : « Je vous l'explique inspecteur, mais avant assoyez-vous avant de tomber… Alex qui vous a rencontré de manière officieuse a demandé de monter dans les rangs et il affirme que vous serez son meilleur professeur, alors pour les six prochains mois il sera votre partenaire pour qu'il apprenne la réalité du terrain. Bon… bon, on commencera ce stage demain; inspecteur, allez donc vous couchez, l'on se revoie dans vingt-quatre heures. J'ai une enquête vraiment tortue à vous soumettre. Alex bienvenu, accompagnez donc l'inspecteur chez lui, car je me demande comment il a fait pour trouver son bureau ce matin!...
 
Tôt le lendemain, les deux policiers se retrouvent dans le même bureau que la veille pour se faire expliquer, qu'ils doivent prendre la déposition d'un meneur d'une gang de rue très connu, car il est harcelé par un inconnu qui l'attaque à chaque pleine lune. George décide de laisser Alex faire l'entrevue en l'observant en silence. À onze heures, ils entrent dans la salle d'interrogatoire et à leur grande surprise…
 
 
À SUIVRE

Commentaires