BORNES ÉLECTRIQUES

Une première rencontre derrière le banc pour le nouvel entraîneur, au-delà près de deux cents jours sans compétition pour plusieurs joueurs et un nouveau système de jeu, il n'en fallait pas plus pour que la troupe de Michel Therrien s'avoue vaincue face aux Maple Leafs, samedi. Soyons indulgents avant de cataloguer nos Canadiens!

Les Canadiens se sont inclinés 2 à 1 face aux Maple Leafs en ouverture de rideau, samedi, au Centre Bell, dans un spectacle digne, au mieux, de la Ligue américaine. Disons que le match a eu des allures de rencontre préparatoire…

Tout ça contre une équipe Torontoise qui a conclu sa dernière campagne tout juste deux points devant Montréal et du dernier rang dans l'Association Est. Une chance que les adversaires pour cette partie inaugurale n'étaient pas les Flyers ou les Penguins!

Et une chance aussi que Carey Price et son aine capricieuse étaient au rendez-vous!

Nouveaux visages, mêmes résultats
Plus ça change, plus c'est pareil pour le Tricolore; l'offensive n'avait pas de mordant, l'exécution n'était pas à point et le meilleur défenseur de l'équipe brillait par son absence.

Le nouveau système de jeu implanté par Therrien n'a pas généré plus d'attaque que ce à quoi Jacques Martin nous avait habitués ou que Randy Cunneyworth a réussi à tirer de cette formation la saison dernière.

Le Tricolore, nouveau et amélioré, avec plus de robustesse, a écopé de cinq pénalités mineures, dont trois en première période, il a accordé deux filets aux Leafs à court d'un homme.

La défensive a cafouillé à plusieurs reprises et seules les six mises en échec d'Alexei Emelin ont fait peur à l'adversaire…

Tomas Kaberle, même avec quinze livres en moins, a été égal à ce que nous connaissions de lui : un défenseur sur la pente descendante. Kaberle a terminé la soirée avec vingt minutes de temps de glace et Andrei Markov, qui vieillit et n'est plus le même depuis sa seconde blessure au genou, a passé près de 25 minutes sur la patinoire.

Francis Bouillon a porté l'odieux d'être sur la surface glacée, en désavantage numérique, pour les deux buts des Maple Leafs.

Raphaël Diaz n'a pas été extraordinaire, mais il a dirigé trois lancers sur le filet, en plus d'obtenir une mention d'aide sur le but de Gionta. Lorsque ton meilleur élément à la ligne bleue est un athlète non repêché, qui ne possède que soixante rencontres d'expérience dans la LNH, tu ne risques pas de te « sauver avec la victoire »!

Alex Galchenyuk a joué environ treize minutes, il a obtenu de la glace en avantage numérique et dirigé deux tirs sur le gardien Ben Scrivens. Vu la tenue de l'équipe, le jeune a bien fait, sans plus.

Pas question d'appuyer sur le bouton « panique » immédiatement, mais disons que ça viendra vite si le Canadien offre de telles performances lors de ses autres matchs cette semaine.

Les joueurs du Canadien étaient en congé hier, non pas pour les remercier pour leur performance, mais bien parce que les équipes de la LNH doivent donner quatre jours de repos par mois à leurs athlètes.

La marque finale porte à croire que, dans les circonstances, le Tricolore a sauvé la face, mais il manque quelque chose à la formation pour pouvoir espérer se battre avec les meilleurs de la Ligue.

Subban, la vedette
Le Canadien ne peut se passer de Subban ou du gros joueur que Marc Bergevin obtiendrait en retour s'il le mettait officiellement sur le marché!

D'ailleurs, le dossier de P.K. fait toujours du sur-place ce matin! La défaite du Canadien lui donne un peu plus de pouvoir dans les négociations! P.K. Subban est un agent libre avec restriction depuis le 1er juillet dernier, ses droits appartiennent toujours au Canadien et il ne peut pas signer avec une autre équipe.

En fait, il le pourrait, mais il faudrait qu'un autre directeur général dépose une offre hostile à son agent, Don Meehan, et que Marc Bergevin décide de ne pas égaler cette offre. Montréal perdrait alors P.K. Subban, mais recevrait en compensation des choix au repêchage.

Plus le temps passe, plus cette option pourrait être à l'avantage du Tricolore…

Subban n'a pas patiné avec ses coéquipiers cet été. Il n'a pas pris part aux rencontres de la Tournée des Joueurs. Il n'a pas invité ses coéquipiers montréalais à son match caritatif avec Steven Stamkos. Et il fait tout pour attirer l'attention : sa pose Joël, ses emplois de commentateur à Sportsnet, ses descriptions de la météo à CTV, ses multiples présences Strombo Show, sur CBC.

Sa seule activité au Québec depuis juillet a été une publicité douteuse avec Hyundai St-Basile!

La saison dernière, il a été impliqué dans des « accrochages » avec Gorges, Desharnais, Pacioretty, Gionta, Plekanec et l'entraîneur adjoint Randy Ladouceur, lors des entraînements ou des rencontres…

Plusieurs partisans refusent de voir son statut au sein de l'équipe tel qu'il est : un fauteur de trouble. Soit, il possède un talent indéniable sur la patinoire, P.K. est un surdoué du sport, un véritable athlète d'exception.

Il n'a disputé que 160 rencontres régulières dans la LNH. Il est souvent indiscipliné et se permet de remettre en cause certaines règles établies par les vétérans, dans le vestiaire.

Le problème dans le cas de Subban réside dans le fait qu'il pratique un sport d'équipe, et non un sport individuel! Au hockey, l'équipe est toujours plus importante que les individus qui la composent!

En toute honnêteté, la dernière campagne du Canadien avait un peu fait baisser mon niveau de loyauté envers le club, le lock-out m'a forcé à remettre en doute ma passion pour le hockey, mais la saga Subban, et surtout son impact sur l'équipe, fait en sorte que je souhaite maintenant le départ du meilleur joueur de l'équipe!

Montréal contre la Floride
Demain, Alexei Kovalev, Jonathan Huberdeau, Georges Parros et les Panthers seront au Centre Bell. Les deux premiers seront des sources de distraction pour les partisans, Parros en sera un pour Brandon Prust.

Montréal accueillera une des équipes de la LNH dont l'avenir est plus qu'incertain et j'ai comme l'impression que l'intérêt des médias et des amateurs montréalais sera dirigé davantage vers elle et ses joueurs que vers le Tricolore.

Le Canadien devrait profiter de la journée d'aujourd'hui pour prendre des clichés pour la photo d'équipe officielle. Le meilleur joueur, la vedette, ne sera pas là, il est chez lui, à Toronto. C'est la vision d'une équipe pour P.K. Subban…

N'importe quel autre athlète pourrait arriver à Montréal en retour de Subban dans les prochaines heures et je douterais moins de sa loyauté envers le club que dans le cas de P.K.

Commentaires