BORNES ÉLECTRIQUES

Après « Millénium, le film » (« The Girl with the Dragon Tattoo ») sorti en 2009, le réalisateur Niels Arden Oplev s'attaque au marché américain avec « Dead Man Down », un nouveau suspense axé sur la vengeance et regroupant une distribution internationale. A-t-il toutes les cartes en main pour conquérir le cœur des cinéphiles?

Double vengeance
 
Dead Man Down, c'est d'abord l'histoire de deux personnages gravement éprouvés par la vie. D'un côté, il y a Victor (Colin Farrell), un immigré hongrois qui a perdu, il n'y a pas très longtemps, sa fille et sa femme. Un groupe de criminels en serait la cause. De l'autre, on retrouve l'esthéticienne Béatrice (Noomi Rapace, que l'on a pu voir dans la trilogie Millénium tenant le rôle de Lisbeth Salander), dont le visage a été partiellement défiguré lors d'un accident de voiture causé par un ivrogne.
 
Les deux individus habitent l'un en face de l'autre dans un grand immeuble à appartements. Les deux s'observent depuis un certain temps sans jamais s'adresser la parole. Avec le soutien de sa mère (Isabelle Huppert), Béatrice va prendre son courage à deux mains et tenter de briser la glace... mais ses motivations ne sont pas aussi pures qu'il n'y paraît.
 
Elle a, en effet, vu son voisin assassiner froidement quelqu'un. S'il ne veut qu'elle le dénonce, il va devoir tuer le chauffard qui l'a défigurée. Victor n'est évidemment pas trop chaud à cette idée, surtout qu'il en a déjà plein les bras avec Alphonse (Terrence Howard), le chef d'un puissant gang de New York pour lequel il travaille. Son boss ne cesse de recevoir des messages bizarres et des parties de photos. Quelqu'un veut l'assassiner, mais qui?
 
Contre toute attente, cette homme et cette femme vont s'unir sous le signe de la vengeance en espérant trouver la paix dans leur esprit et finalement passer à autre chose. Vont-ils y arriver?
 
Un suspense un peu trop violent
 
Ce long métrage avait à la base de très bonnes intentions. L'histoire de cette double vengeance est très bien traitée et exploitée. Par contre, je pense que le plus gros problème, ce sont les scènes de fusillades extrêmement violentes qui ne collent pas au reste du film. C'est comme si elles avaient été tirées d'un gros film d'action américain brouillon. Ça passe assez mal à l'écran.
 
Heureusement, le suspense est bien traité. On se demande si Alphonse va découvrir qui est l'auteur de ces messages haineux, si Victor va accepter la « mission » de Béatrice et si cette dernière va finir par dénoncer son voisin.
 
Mis à part les scènes de fusillades évoquées plus haut, Dead Man Down présente quelques autres scènes d'action, que l'on va vite oublier après avoir vu ce film. L'accent est plutôt mis sur l'intrigue. C'est du suspense pur.
 
Les acteurs sont plutôt crédibles dans leurs rôles, surtout ceux qui incarnent des gangsters. J'ai toutefois trouvé Colin Farrell un peu froid. C'est vrai que son personnage souffre beaucoup de la disparition de ses proches, mais personnellement, j'aurais préféré voir un petit peu plus d'émotion de sa part. Malgré cela, il reste très convaincant.
 
Noomi Rapace vole décidément la vedette. Depuis Millénium, le film, je dois vous avouer que j'éprouve un faible pour l'actrice suédoise. Elle incarne à la perfection une femme qui a la rage au ventre, sans trop savoir comment l'exprimer. C'est sublime.
 
L'atmosphère du film est souvent lourde, mais, heureusement, le réalisateur a eu la bonne idée d'insérer plusieurs séquences plus légères. La scène avec Isabelle Huppert et son plat Tupperware est parmi les plus plaisantes à regarder.
 
Verdict
 
Pour sa première tentative américaine, Niels Arden Oplev nous offre un suspense assez convaincant avec des acteurs dont le jeu est crédible. Si ce n'avait été des fusillades un peu trop invraisemblables, Dead Man Down aurait été presque un chef-d'œuvre du genre.
 
Cote : 3,5 étoiles sur 5

Merci aux Films Séville, une filiale de Entertainment One, de nous avoir permis d'assister au visionnement de la presse. 


Commentaires