Attendu depuis des années, le Planétarium Rio Tinto Alcan ouvre finalement ses portes au grand public le 6 avril. Nous avons eu la chance d'assister à une présentation spéciale et voici ce que nous en avons pensé.

Ce qui frappe le plus quand on entre pour la première fois dans ce bâtiment est la modernité et l'élégance de son architecture. Certains matériaux, comme le bois, rappellent même d'autres immeubles de la métropole, comme la Maison symphonique de Montréal. Le hall d'entrée est, quant à lui, assez vaste et très lumineux. Tout cela contribue à rendre l'endroit accueillant. En d'autres mots, les visiteurs sentent qu'ils sont les bienvenus.
 
Deux spectacles
 
Contrairement à ce que l'on pourrait croire, le nouveau planétarium ne dispose pas d'un, mais bien de deux amphithéâtres. Chacun y présente un spectacle unique.
 
Dans le Théâtre du Chaos, on peut voir le spectacle Continuum créé par Michel Lemieux et Victor Pilon. Avant même que la représentation ne commence, on est surpris par la disposition inhabituelle de la salle. Ne cherchez pas les fauteuils typiques des planétariums, il n'y en a pas! Les visiteurs doivent plutôt s'asseoir sur des chaises Adirondack (des genres de grosses chaises que l'on met dans la cour, l'été) disposées tout autour ou au centre, sur de gros sacs de pois. Ces derniers ont la même texture que les oreillers en écales de sarrasin.
 
Pour une expérience la plus immersive possible, il est recommandé de s'asseoir, et même de se coucher, sur ces grosses « poches ». Les organisateurs suggèrent même d'enlever ses chaussures. Pour ma part, j'ai évidemment décidé d'essayer ces drôles de sièges. Je dois avouer qu'au début, j'étais plutôt sceptique. Je pensais qu'ils allaient être inconfortables. À mon grand étonnement, une fois que l'on a trouvé une position dans laquelle on est à l'aise, ce qui se fait assez rapidement, on n'a plus envie de se lever. C'est presque comme si on était « évaché » devant la télé.
 
Le spectacle commence doucement par nous montrer une vision du ciel, comme si on était dans la nature en train de scruter les étoiles. On entend des sons familiers et on voit même des arbres tout autour. Le temps semble s'arrêter. Nos muscles se détendent et on commence à relaxer devant toute cette sérénité. Soudain, on est transporté à vive allure dans l'espace. On quitte rapidement notre système solaire pour aller visiter les confins de l'Univers. En chemin, on croise même des astéroïdes qui se heurtent. On se croirait dans un film de science-fiction.
 
Ce spectacle de 23 minutes est très philosophique et poétique. Aucun narrateur ne nous présente les images que l'on voit. Le seul repère sonore, mis à part les bruits reliés aux effets spéciaux, est la musique. Les créateurs ont choisi des pièces tirées de l'œuvre de Philip Glass, un compositeur moderne faisant dans le minimalisme. Que l'on aime ou que l'on déteste le type, il faut bien avouer que la bande sonore colle parfaitement avec ce qu'on nous montre.
 
Par ailleurs, les images sont de toute beauté et très bien conçues. Le fait de les voir sur un dôme géant en est presque surréaliste. Pendant la projection, on se surprend même à se poser des questions sur notre place dans l'Univers. On se rend compte qu'on y occupe une place très insignifiante, finalement.
 
Encore bouleversé par ce spectacle, le public est invité à se diriger vers le deuxième amphithéâtre : le Théâtre de la Voie lactéeCelui-ci est beaucoup plus conventionnel par sa forme et par le spectacle qu'il présente. Il peut aussi accueillir plus de gens (environ 200 contre 98 pour le Théâtre du Chaos).
 
Les visiteurs sont donc invités à s'asseoir sur de nombreux fauteuils en cuir positionnés tout autour du centre. Légèrement inclinés et assez confortables, ils permettent d'avoir une bonne vue du dôme. À ce propos, les représentants du Planétarium recommandent de s'asseoir vers le fond, et non pas vers le centre, pour pouvoir bénéficier d'une meilleure expérience.
 
Une fois que tout le monde est confortablement assis, un animateur, très sympathique, fait son entrée. C'est lui qui va nous accompagner tout au long du spectacle intitulé De la Terre aux étoiles. 
 
Si le premier spectacle était plus orienté sur le divertissement, celui-ci est beaucoup plus éducatif. Avec une durée de près de 40 minutes, il est aussi plus long. Le guide commence donc par nous montrer comment retrouver des constellations dans le ciel. Après cette introduction très intéressante, il nous invite à quitter notre planète pour nous faire visiter quelques planètes du système solaire et leurs lunes, mais aussi des nébuleuses et des étoiles. C'est tellement magnifique qu'on en a presque le souffle coupé.
 
Personnellement, j'ai trouvé ce spectacle à la fois fascinant et instructif. Le cosmos est rempli de mystères et il est clair qu'on ne nous présente que la pointe de l'iceberg. Je dois toutefois avouer que j'ai préféré le premier spectacle, même si le second est également très bon.
 
L'exposition
 
Finalement, les invités sont conviés à visiter l'exposition EXO, sur les traces de la vie dans l'Univers. À l'aide des différents kiosques, on peut en apprendre plus sur l'histoire de la vie sur Terre, mais également sur les recherches en cours pour trouver de la vie ailleurs.
 
Les jeunes auront sûrement beaucoup de plaisir à visiter l'exposition. Tout a été conçu pour rendre la visite intéressante, mais aussi instructive. La salle est remplie d'écrans tactiles (qui fonctionnent, soit dit en passant, très bien) et de nombreux jeux nous permettant d'en apprendre plus sur l'Univers. 
 
Il y a également quelques pièces intéressantes, comme des météorites. Les férus de géologie y trouveront certainement leur compte. 

Pour plus d'informations, vous pouvez visiter la page du Planétarium Rio Tinto Alcan en cliquant ici

Commentaires