BORNES ÉLECTRIQUES

Que se passerait-il si la puissance mondiale était l'Inde et qu'à la place de New York, on retrouvait la grouillante New Delhi? « Uchronie(s) Tome 1 : New Delhi », le nouvel album d'Éric Corbeyran (scénario) et du Québécois Louis Lachance (dessin) s'appuie sur cette prémisse.

Deux sœurs, un combat
 
Uchronie(s) Tome 1 : New Delhi met en scène deux sœurs qui vivent ensemble à la suite du décès de leurs parents. Abha, la grande sœur, fait partie des membres triés sur le volet du groupe exploratoire, le programme d'exploration dimensionnelle du gouvernement indien visant à explorer des dimensions parallèles. Leur but est de trouver des solutions aux pénuries d'eau, d'énergie et de nourriture qui menacent la planète.
 
Lakshmi, sa jeune sœur, est âgée d'à peine 15 ans. Elle semble avoir un don, mais elle est encore trop jeune pour rejoindre le groupe de yogis d'élite de sa grande sœur. Peut-être que le vénérable Dhaval, maître du programme, acceptera de la recevoir.
 
Toutefois, Abha est préoccupée. En effet, l'assistant de Dhaval, Kundan, l'accuse d'avoir eu un contact avec un observé, un être d'une autre dimension, ce qui est interdit par le code. Elle devra tout faire pour prouver son innocence. Mais est-elle vraiment blanche comme neige?
 
Une intrigue qui démarre lentement
 
On sent que Corbeyran (que l'on a pu lire récemment dans Châteaux Bordeau et Le Calice de Thulé) a voulu prendre son temps pour poser les bases de sa nouvelle série. Si certaines bandes dessinées nous précipitent dès les premières planches, ici, c'est tout le contraire. De l'autre côté, New Delhi n'est pas ennuyante pour autant.
 
Comme un bon vin, on prend le temps d'apprécier chaque instant. Chaque protagoniste bénéficie d'une belle complexité, ce qui rend les personnages ni totalement gentils, ni entièrement méchants. Bref, ils sont très humains et ça, on adore!
 
Sans grande surprise, à la fin de la lecture de ce premier tome, plusieurs questions restent en suspens. J'espère que le second tome répondra à quelques-unes d'entre elles.
 
Des illustrations colorées et crédibles
 
Louis Lachance, au dessin, fait preuve d'une grande dextérité. Puisque l'ouvrage se déroule dans la culture indienne, on a droit à des vêtements et des habitats tous très colorés. Il est aussi très amusant de voir évoluer les personnages qui sont étonnamment tous très gracieux.
 
Par contre, c'est dans les scènes de foule que le dessinateur montréalais excelle. La plupart des cases contiennent plusieurs « figurants » qui ont tous bénéficié d'un souci du détail impressionnant.
 
Grâce à ses doigts experts, l'artiste arrive à recréer l'ambiance qui règne dans les villes populeuses de l'Inde. On arrive presque à sentir les odeurs et à ressentir la chaleur suffocante qui s'y trouvent.
 
Verdict
 
Uchronie(s) Tome 1 : New Delhi prend le pari risqué de commencer doucement en prenant le temps d'implanter ses personnages et son environnement. Il est encore trop tôt pour dire si ce nouveau cycle va connaître le même succès que les autres, mais s'il continue comme ça, tout porte à croire qu'il connaîtra autant de popularité! 
 
Cote : 4 étoiles sur 5

Uchronie(s) Tome 1 : New Delhi
48 pages
Glénat

Ne manquez rien des derniers articles de notre rédacteur en chef adjoint! Suivez Philippe Michaud sur Twitter via @Micph.

Commentaires