Sur le coup de 12h30 était présentée la finale du Western & Southern Open de Cincinnati. Pour l'occasion, Rafael Nadal, champion la semaine dernière à la Coupe Rogers, ainsi que tombeur de Roger Federer et de Tomas Berdych lors des deux derniers jours affrontait le géant Américain et favori de la foule, John Isner, qui avait déjà battu Novak Djokovic, ainsi que Juan Martin Del Potro au passage cette semaine.

Dans le clan Isner, la stratégie était simple. Celui qui avait déjà inscrit 666 aces sur le circuit cette saison ne pensait qu'à une seule chose : gagner son service. Une autre de ses stratégies pour vaincre le – quasi imbattable – Rafael Nadal était de jouer le plus agressif possible et de ne pas accepter les longs échanges en fond de terrain, art où le Majorquin est maintenant passé maître.
 
La première manche suit son cours normal. Isner est dominant au service et Nadal est incapable de se payer une seule balle de bris. Pour sa part, l'Américain a de bien meilleurs résultats, obtenant même quelques occasions de briser qu'il ne concrétisera pas. Rendu au bris d'égalité, le match est encore plus serré que jamais. Un total de 18 points lors de ce bris d'égalité va être nécessaire pour déterminer le gagnant de la première manche qui sera finalement Rafael Nadal!
 
Le scénario se répète en deuxième manche. Nadal ne peut faire mieux qu'un 0-30 sur le service de son rival et aucun bris ne sera enregistré. Toutefois, démontrant des signes de fatigue de plus en plus importants, Isner va peiner à gagner tous ses points au service au bris d'égalité qu'il perdra finalement par la marque de 7-3. Mention honorable, le géant de 6'10 s'est battu jusqu'au bout.
 
Le match se scellera par la marque de 7-6 et 7-6.
 
Un premier doublé sur le dur
Qui a dit que Rafael Nadal avait besoin de sa surface de prédilection pour être dominant? Bien que le US Open est le Grand Chelem qu'il trouve le plus difficile à remporter par rapport à sa stratégie, il est plus favori que jamais pour l'emporter après avoir été aussi convainquant en raflant le doublé à Montréal et Cincinnati.
 
Et qui sait, avec une victoire lors du dernier tournoi majeur de la saison, l'Ogre de l'ocre pourrait, en plus de remporter son deuxième titre à Flusing Meadows, s'attribuer le premier rang mondial devant Novak Djokovic!
 
Des chambardements au classement
À l'issu de la semaine, John Isner fera un bond de neuf échelons au classement de l'ATP pour renouer avec le top 20 mondial et se retrouver 13e. Cette progression au classement au classement a une grande importance, du fait que ça le rapproche des 12 premiers favoris lors du US Open. Un avantage à ne pas négliger.
 
Pour sa part, Rafael Nadal rétablira un peu la logique en allant voler le deuxième rang mondial aux dépens d'Andy Murray. Malgré qu'il ait raté le premier Grand Chelem de la saison en Australie, l'Espagnol est le joueur ayant récolté le plus de points cette saison avec 8010. Il devance Djokovic par un peu moins de 1500 points.

Commentaires