BOUTIQUE ADG
BORNES ÉLECTRIQUES

Le monde des technologies est très compétitif et les différentes compagnies font des pieds et des mains pour se démarquer. Si la majorité (du moins, on l'espère) utilise des moyens légaux, certaines ont recours à d'autres genres de procédés comme l'espionnage industriel. Pour « Paranoïa », Robert Luketic est parti de cette prémisse et nous offre un thriller haletant.

Espionner son prochain
 
Adam Cassidy (Liam Hemsworth) est un jeune employé ambitieux qui travaille pour Wyatt Telecom, une entreprise spécialisée en télécommunications. Après avoir bûché plusieurs mois sur un important projet, c’est le moment de le présenter au dirigeant de l’entreprise, Nicholas Wyatt (Gary Oldman). Malheureusement, le grand patron n’est pas satisfait et met à pied Cassidy et son équipe.
 
Déprimé, Adam prend la carte de crédit du bureau et décide d’inviter ses collègues dans un bar bien en vue. Son ancien patron a connaissance de ses agissements et lui propose une offre qu’il ne peut refuser : ou bien il fait de l’espionnage industriel pour le principal concurrent de Wyatt Telecom ou bien il doit rembourser ce qu’il doit. Évidemment, il s’empresse d’accepter, surtout qu’on lui promet beaucoup d’argent s’il accomplit correctement sa mission.
 
Après avoir suivi des cours de comportements, il se fait embaucher par l’entreprise fondée par Jock Goddard (Harrison Ford). Il se trouve que cet homme est l’ancien mentor de Wyatt. Parallèlement, il fait la connaissance d’Emma Jennings (Amber Heard), une jeune cadre brillante. Il tombe amoureux d’elle, mais sait qu’il devra tôt ou tard la trahir. Sa mission se passe bien juste qu’à ce que le FBI s’en mêle. Les forces de l’ordre ont connaissance de ce qu’il fait et il risque la prison.


 
Rebondissements inattendus
 
Paranoïa a le mérite d’offrir une histoire plutôt originale et qui se complexifie à mesure que l’on avance dans le scénario. Si, au début, ce ne semble être qu’un film sur l’espionnage industriel, les choses prennent vite une autre tournure et se compliquent. Et même si c’est parfois tiré par les cheveux, le tout demeure compréhensible. 
 
Évidemment, ici, on présente les grosses corporations comme les méchantes. Elles n’ont pas peur de voler et sont sans scrupules. L’un des protagonistes nous sort même l’une des phrases qu’aurait un jour dit Steve Jobs : « Comme le dirait Picasso, les bons artistes copient, les grands artistes volent. » 
 
Les amateurs de films de suspense seront peut-être un peu déçus. En fait, on sent rarement que la vie du héros, ou celle des gens qu’il aime, est réellement en danger. La tension n'est souvent pas palpable dans Paranoïa.
 
Malheureusement, la fin gâche un peu l’ensemble. Elle m’est apparue trop courte et surtout trop « facile ». C’est comme si on avait enlevé un chapitre entier au long métrage. La morale tombe dans le cliché.
 
Paranoïa peut compter sur une belle distribution. Liam Hemsworth est crédible dans le rôle d’un jeune homme arrogant à la recherche du pouvoir, même si ce n’est pas le héros le plus attachant de tous les temps. Les autres acteurs offrent une prestation plus qu’acceptable. J’aurais néanmoins aimé voir Amber Heard un peu plus.
 
Verdict
 
Comme film de suspense, je pense que Paranoïa répond aux attentes. L’histoire est assez riche, même si elle comporte quelques « facilités ». En somme, il n’est pas parfait, mais demeure un bon divertissement.
 
Cote : 3 étoiles sur 5.

Commentaires