Sur Facebook, depuis l'arrivée du bouton « like » (ou « j'aime »), chaque utilisateur peut s'exprimer simplement sur le statut de l'un de ses amis ou indiquer s'il aime tel ou tel groupe. Mais attention! Une nouvelle étude vient, en effet, de révéler que cela en dirait beaucoup sur son usager.

L'étude a été effectuée aux États-Unis par l'Académie américaine des sciences (PNAS) auprès de 58 000 membres du réseau social qui ont accepté d'ouvrir leur profil aux scientifiques grâce à l'application MyPersonality.
 
Avec la simple utilisation du bouton « j'aime », les chercheurs ont pu arriver, dans une proportion de 93 %, à trouver si la personne était un homme ou une femme. Bon, jusqu'ici, ce n'est pas la révélation du siècle. Par contre, le reste risque de vous surprendre.
 
Dans 95 % des cas, il a été possible de découvrir si la personne était de race noire ou blanche. Les scientifiques ont aussi pu connaître ses choix politiques (85 %), sa religion (82 %) et si elle fumait (73 %). Cerise sur le sunday, dans 88 % des cas, ils ont pu trouver l'orientation sexuelle des utilisateurs masculins.
 
Mais comment les chercheurs ont pu arriver à ces conclusions? Tout simplement en analysant les groupes que les membres de Facebook aimaient. Par exemple, un homme qui aime le groupe de l'émission Glee sur le réseau social a plus de chance d'être homosexuel. D'un autre côté, un homme est plus susceptible d'être hétérosexuel s'il aime la lutte professionnelle. C'est vraiment cliché, mais il semblerait que ça marche.
 
Conclusion : Si vous voulez protéger votre vie privée sur les réseaux sociaux, ne dites plus rien. Y arriverez-vous?

Commentaires