Qui peut, de nos jours, affirmer qu'il n'a jamais utilisé un ordinateur ou un téléphone intelligent? Si vous êtes en train de lire cet article, c'est que vous en avez probablement déjà utilisé un. Ces appareils, qui sont devenus presque indispensables pour beaucoup de monde, renferment une tonne d'informations personnelles et confidentielles. Selon une nouvelle étude, pas assez de gens protègent leurs données du vol.

Dans le cadre du Safer Internet Day, l'Indice de sécurité informatique de Microsoft a mené une enquête auprès de 10 000 utilisateurs d'ordinateurs, de téléphones intelligents et de tablettes dans une vingtaine d'États d'Amérique du Nord, d'Europe, d'Afrique et d'Asie. Les résultats sont surprenants.
 
Les utilisateurs ne sont pas friands de mises à jour
 
Encore peu de gens exécutent des mises à jour sur leurs appareils. Pourtant, plusieurs sont primordiales pour la sécurité informatique. Selon l'étude, au Canada, 56 % des utilisateurs de PC font des mises à jour régulières de leurs logiciels. Ils ne sont que 24 % à mettre à jour leurs appareils mobiles.
 
La sécurité et le vol d'identité
 
Plus de la moitié (54 %) des personnes interrogées ont avoué avoir une peur des virus informatiques. Pourtant, ils ne sont que 61 % à avoir installé un antivirus sur leur poste informatique. De plus, seulement 55 % des répondants activent leur pare-feu.
 
En ce qui concerne le vol d'identité, plus du tiers (40 %) des personnes sondées ont indiqué être préoccupées par ce phénomène. Parallèlement, seulement 27 % des possesseurs de téléphones intelligents verrouillent leurs appareils avec un numéro d'identification personnel.
 
Enfin, 37 % des internautes ont recours à des sites Internet sécurisés, alors que 22 % n'utilisent pas des réseaux Wi-Fi non sécurisés.
 
Quelques conseils 
 
À la lumière de cette étude, Microsoft propose trois mesures pour éviter les problèmes de sécurité. Premièrement, il n'est pas recommandé d'utiliser un ordinateur public pour payer ses factures, magasiner en ligne et faire des transactions bancaires. En second lieu, il est suggéré de vérifier, chaque fois que l'on doit entrer des informations personnelles, que le site sur lequel on navigue est sécurisé. Par exemple, l'adresse du site doit contenir le « https » avec l'image d'un cadenas fermé pas trop loin. Finalement, pour réduire le risque de pourriels, l'usager ne devrait pas communiquer son adresse courriel à tout le monde, mais seulement à des gens et des entreprises de confiance.
 

Commentaires