BORNES ÉLECTRIQUES

Parfois, le hasard fait bien les choses. Lundi dernier, au moment où je devais récupérer mon véhicule de presse, on m’informe qu’il doit être malheureusement retiré de la route. En échange, on me propose de prendre le volant de cette magnifique Jaguar XKR. Tiens, pourquoi pas?
 
Les produits Jaguar sont méconnus du grand public. Ils se vendent peu, ils sont affublés d’une piètre réputation en matière de fiabilité et les concessionnaires qui les distribuent sont plutôt clairsemés à travers la province.
 
Lorsqu’on n’est pas en vue, on demeure peu connu.
 
Trois modèles
 
Présentement, la compagnie commercialise trois produits chez nous. La XF, la XJ et La XK. Cette dernière, c’est la sportive du groupe. Un simple regard vers elle nous fait comprendre sa vocation. Bien franchement et à mon humble avis, il s’agit de l’une des voitures le mieux dessinées de l’industrie. La vue de profil, tout particulièrement, est à couper le souffle.
 
La XK est livrable en version coupée ou décapotable. Il en va de même pour la XKR. Seule la variante XKR-S n’est proposée qu’en version coupée. Toutes partagent le même V8 de 5 litres, mais disons que les ajustements faits sous le capot font toute une différence. À bord d’un modèle XK, la puissance affichée est de 385 chevaux alors qu’entre les roues avant d’une variante XKR-S, c’est de 550 chevaux dont profite le pilote.
 
Quant à la variante que j’ai eu l’occasion de mettre à l’essai, elle propose une puissance de 510 chevaux.
 
Oui, c’est beaucoup. Beaucoup trop en fait.
 
Comportement impressionnant
 
Outre son design spectaculaire et la richesse de son habitacle, ce qui m’a le plus impressionné à propos de cette XKR, c’est son comportement routier. Bien sûr, lorsqu’on profite de 510 chevaux sous le capot, il y a de quoi être renversé. Cependant, c’est surtout la stabilité de la voiture, particulièrement du train arrière, qui m’a allumé. En ligne droite, il s’agrippe au bitume de façon impressionnante. En virage, il est possible de le faire danser quelque peu, mais toujours en sentant bien où se situe la limite. Bref, la connectivité avec la route est là.
 
La direction offre aussi une rétroaction hors pair. Son comportement s’adapte à la vitesse à laquelle on roule ce qui fait qu’on bénéficie toujours du bon ratio. Magique!
 
Enfin, les suspensions, qui peuvent emprunter deux réglages bien distincts, sont très bien calibrées.
 
Vous aurez compris que l’expérience au volant est relevée. À plus de 100 000 $ la copie, l’acheteur mérite au moins ça.
 
En somme, pour ceux qui ont les moyens de contempler les véhicules dans ce segment, sachez que la Jaguar XKR vaut le détour. Cependant, si ce sont les détours chez le concessionnaire que vous voulez éviter, vous aurez de meilleures réponses ailleurs.
Je vous invite à consulter mon essai complet de la Jaguar XKR à l’adresse suivante :
 
http://auto.sympatico.ca/essais/9179/jaguar-xkr-2012-un-felin-domptable

Commentaires