Pour plusieurs, n’importe quel prétexte est bon pour lever le coude ou faire le party. Mais la fin de l’été et le temps des récoltes représentaient une belle occasion, pour nos ancêtres, de faire bombance et de se glisser un p’tit boire derrière la cravate. Les épluchettes de blé d’Inde étaient des événements particulièrement plaisants, et ce, à plusieurs niveaux.

Bien sûr, de tout temps, les parents et amis ont toujours aimé se réunir pour le plaisir. Lors d’une épluchette de blé d’Inde, il n’y avait pas que la nourriture; il y avait un étrange rituel qui allait au-delà de l’alimentation et on appelle ça l’amour! En effet, les jeunes gens célibataires attendaient avec impatience les épluchettes où chacun cherchait l’« épi rouge ». C’est qu’il fallait travailler dur et éplucher des douzaines de blé d’Inde pour réussir à trouver celui qui donnait droit au baiser du « beau » ou de la « belle » qui avait trouvé l’autre épi coloré.

Évidemment, ce n’était que du flirt public, rien de sérieux… Mais je ne connais personne qui lèverait le nez sur un doux baiser gratuit et 3-4 épis de maïs bien juteux!

L’origine de cette tradition remonterait au temps de la Nouvelle-France, alors que d’autres avancent même qu’elle viendrait des Amérindiens. Ces derniers cultivaient le maïs, ou blé d’Inde, bien avant l’arrivée des Européens en Amérique. On a affublé le maïs du nom de « blé d’Inde » à cause de l’erreur de Christophe Colomb qui croyait être arrivé aux Indes à son arrivée aux Antilles! Puis, les Français ont repris et adapté la tradition de l’épluchette à la fin de l’été pour rendre plus agréable la récolte du maïs (on devait enlever l’« épluchure » avant de le faire sécher, ce qui était très long et ennuyeux!). On en profitait aussi pour en faire bouillir et en manger, tout en fêtant. Je n’ai trouvé aucune référence pour l’instant sur la manière de manger le blé d’Inde autrement que nature ou avec du beurre et du sel. C’est une recette gagnante, alors pourquoi la changer? Il n’est pas nécessaire de réinventer la roue…

Aujourd’hui, la popularité des épluchettes de blé d’Inde ne se dément pas et demeure une activité de choix pour avoir du plaisir en famille ou avec des amis. Par contre, l’épi rouge est une tradition qui se perd peu à peu. Maintenant, pour socialiser ou faire des rencontres amoureuses, il y a les réseaux sociaux. Mais ce que les réseaux sociaux n’ont pas, c’est du bon blé d’Inde sucré et juteux, deux couleurs, dégoulinant de beurre et saupoudré de sel…

Bon appétit!!!

Liens :
http://www.chamblymatin.com/nutrition/12-nutrition/5408-lorigine-de-lepluchette-de-ble-dinde.html
http://culturefrancophone.ca/fetes/index.cfm?Voir=media&Id=835&Repertoire_No=2137984949
http://www.chezyolie.com/coutume/mais/mais03.htm
 

Commentaires