Voici un produit allemand conçu pour les automobilistes canadiens. C'est que cette voiture à hayon plaît chez nous, mais les dirigeants de Mercedes-Benz jugent qu'elle ne ferait pas fureur au sud de la frontière. Tant pis pour eux, parce que nous profiterons des avantages de la Classe B au Québec!

Miami, Floride – Il est rare que l'on puisse s'offrir un véhicule qui n'est pas vendu aux États-Unis. Les constructeurs doivent dépenser des sommes importantes pour homologuer les modèles qui traversent l'Atlantique, alors autant en vendre le plus possible. Pourtant, Mercedes-Benz importe sa Classe B uniquement pour le marché canadien. Nous en avons fait l'essai chez nos voisins du sud, question de les intriguer avec une voiture qu'ils ne connaissent pas et qu'ils n'auront pas la chance de conduire.
 
Après un hiatus d'un peu plus d'un an, les ingénieurs et concepteurs de Mercedes-Benz ont complété la transformation de cette Classe B. Malgré des ventes de plus de 3000 unités en 2011, les dirigeants du constructeur allemand voulaient proposer un produit plus moderne, équipé d'un moteur à la fois plus puissant et plus économique en carburant. L'entreprise est réussie en ce qui concerne les améliorations souhaitées pour cette deuxième génération de la Classe B.
 
En ce qui a trait à la motorisation, les ingénieurs ont créé un nouveau bloc quatre-cylindres suralimenté de 2,0 litres produisant 208 chevaux. Ce moteur est jumelé à une boîte robotisée à sept rapports. Notons que le dispositif Start/Stop est offert de série. Cette mécanique produit une puissance impressionnante pour la petite Classe B qui accélère de 0 à 100 km/h en 6,8 secondes. Selon Mercedes-Benz, la consommation de carburant devrait être de 6,8 litres aux 100 kilomètres en conduite mixte, mais nous avons obtenu 9,0 litres aux 100 kilomètres lors de notre essai. Cet attirail ne suffit malheureusement pas à rendre la conduite de la B250 enivrante. Si cette voiture n'est pas excitante à conduire, elle offre une tenue de route sûre, un confort appréciable et une bonne maniabilité. L'amateur de produits Mercedes-Benz sera ravi : c'est solide comme le roc!
 
En bref :
Mercedes-Benz B250 2013
 
Moteur : quatre-cylindres 2,0 litres 208 chevaux
Consommation : 9,0 litres aux 100 kilomètres
Prix : 29 995 $

 
On aime :
- Moteur souple et fougueux
- Habitacle moderne
- Prix de base
 
On aime moins :
- Boîte lente
- Dispositif Start/Stop agaçant
- Prix des options

 
Le verdict : Mercedes-Benz propose enfin un produit intéressant à prix relativement abordable.
 

Commentaires