BORNES ÉLECTRIQUES

Récemment, je suis allé dans un parc aquatique avec ma femme, mon frère et sa copine. Évidemment, je me doutais à l'avance de ce qui allait arriver… je me dévêts rarement en public (je peux compter sur les doigts de ma main le nombre de fois par année où cela se produit), car je sais que peu importe ce que je ferai, j'attirerai les regards autour de moi. Pourtant, des gens « en forme » il y en a un peu partout, mais le fait est qu'un culturiste, même planté sur place dans une file d'attente aux glissades d'eau, ça détonne! Personnellement, cela fait maintenant 20 ans que je pratique cette discipline, alors j'y suis en quelque sorte habitué et j'essaie de ne pas trop y porter attention. Par contre, ce sont ceux qui m'accompagnent qui s'amusent et s'étonnent du nombre d'yeux curieux sans cesse braqués sur nous. C'est en effet tout de même particulier que, malgré le fait qu'elle soit méconnue, la culture physique suscite l'intérêt d'autant de gens... Je me suis donc donné comme mandat aujourd'hui d'écrire un peu sur le sujet et d'instruire les gens sur ce qu'est en réalité le culturisme.

Pour faire un bref résumé, le culturisme (ou bodybuilding) est une discipline sportive qui unit le développement esthétique du corps humain et l'art de sa présentation sur scène. Le classement est établi en comparant les compétiteurs entre eux au cours de différentes « rondes » d'évaluation, alors que ces derniers exécutent individuellement ou en groupe des poses obligatoires et au choix. Parmi les critères d'évaluation des athlètes, on retrouve évidemment le développement musculaire, mais aussi la définition (ex. : striations, vascularisation), la symétrie (ex. : équilibre gauche/droit), la proportion (ex. : haut vs bas, antérieur vs postérieur et groupes musculaires entre eux) et la présence sur scène (ex. : attitude et posing). Normalement, les juges sont à la recherche du physique le plus complet possible ou présentant le moins de « faiblesses ». Comme pour bien d'autres sports, les compétitions vont de niveau régional, provincial, national, international jusqu'au niveau professionnel (rémunéré) et sont divisées par catégories de poids (comme dans les sports de combat). La culture physique ne se résume donc pas à la simple recherche de l'hypertrophie musculaire (prise de masse), alors qu'un athlète en mauvaise condition ou présentant des failles dans son développement se retrouve désavantagé par rapport à un autre.

J'espère que vous comprenez donc que je ne parle pas ici de ces « phénomènes de foire » qui se donnent en spectacle au gym ou sur la plage et qui faisaient l'objet de mon dernier article. Ces « pharmacies ambulantes » qui ternissent la réputation de cette discipline ne font en fait même pas de compétition la majorité du temps. Non, je parle ici de vrais athlètes qui dédient leur vie à leur sport et qui, comme tout athlète, ont fait le choix de mettre les efforts pour se perfectionner dans leur discipline pour ensuite oser se mesurer à d'autres afin de trouver qui a fait le mieux ses devoirs. Les culturistes, les vrais, se font d'ailleurs très discrets et sont très à leurs affaires dans la salle de musculation car pour eux, le spectacle se déroule sous les projecteurs de la scène.

Malheureusement, cette discipline fait souvent l'objet de critiques et de préjugés, particulièrement en ce qui concerne l'abus de substances illicites ou de drogues. Quoique ce phénomène soit en partie compréhensible, je ne vois pas en quoi cela serait discriminatoire, car la drogue est un problème dans presque tous les sports. Cela dit, il faut faire attention de ne pas mettre tous les œufs dans le même panier, car il y a des athlètes, comme moi, qui ont conservé les valeurs originelles de ce sport qui est, à la base, la recherche d'un idéal, et qui font le choix de prendre aussi soin de leur santé. C'est, soit dit en passant, une discipline qui permet justement à l'individu de développer bien plus que sa simple condition physique. Arnold Schwarzenegger a souvent fait mention qu'il devait sa discipline et plusieurs de ses valeurs au bodybuilding, dont sa soif insatiable de se dépasser et de vaincre. Il incarne d'ailleurs le personnage type représentant cette image symbolique de l'homme en quête constante d'auto-actualisation dans le film Stay Hungry de Bob Rafelson.

Je me souviens d'un de mes amis, qui s'entraîne pour le plaisir mais dont la compagne est culturiste, qui disait que : « tout le monde devrait au moins une fois dans sa vie suivre un régime de compétition pour réaliser ce que c'est que de se priver pour ensuite apprécier pleinement les petits plaisirs de la vie ». Je trouvais son commentaire intéressant. Dans un sens, ce serait un peu comme dans certains pays où les hommes sont obligés de faire leur service militaire. Quoi qu'il en soit, ils apprendraient ce que c'est que d'être forcé de prendre le contrôle de toutes les sphères de sa vie et d'établir des stratégies pour atteindre des objectifs précis.

Quelque part, l'objectif esthétique de vouloir « sculpter » sa silhouette est quelque chose que beaucoup d'entre nous recherchent. Que ce soit pour perdre du ventre et des fesses ou pour prendre un peu de masse musculaire, la plupart des gens qui s'entraînent ou qui décident de suivre un régime alimentaire le font quelque part pour améliorer leur apparence. Il serait inutile de le nier et il n'y a d'ailleurs rien de mal à cela. Bien sûr, la santé doit aussi être un facteur primordial, mais il faut admettre qu'on est bien content lorsque les résultats se mettent à paraître de façon significative; c'est tout a fait normal. La beauté du corps humain ne laisse personne indifférent et la fascination de l'homme pour sa musculature ne date pas d'hier; les statues grecques et les tableaux de la renaissance le prouvent.

Les bases de l'entraînement musculaire et de ses techniques particulières découlent en fait de la culture physique et c'est même grâce à cette dernière si les autres athlètes s'entraînent maintenant en salle de musculation. Il n'y a encore pas si longtemps, on croyait que la musculation nuisait à la performance sportive, ce qui était évidemment non fondé. Ce qui sépare le culturiste des autres athlètes dans l'ensemble est l'importance que prennent soudainement la condition physique et certains aspects tels que la nutrition, la posture et tout ce qui affecte l'apparence. Aussi, ce qui le sépare de la majorité de ceux qui s'entraînent n'est que l'ampleur que prend l'application avec rigueur de ce qu'il faut faire pour atteindre ces objectifs. Ainsi, quoique la culture physique compétitive soit une discipline hors du commun qui n'est pas faite pour tout le monde, la zone grise entre les deux peut être très large. Certains font même le choix d'adopter ce style de vie particulier sans aucun désir réel de faire de la compétition un jour...

Peu importe votre âge et vos ambitions, si vous êtes abonné à un gym, dites-vous bien que nous faisons tous partie de la même grande famille et que nous cultivons tous notre physique, d'une certaine façon. Les succès qu'ont connus certains de mes articles auprès des lecteurs d'Affaires de gars en témoignent. J'en suis d'ailleurs non seulement honoré mais si c'est votre cas, je tiens particulièrement à vous féliciter pour l'engagement que vous avez pris envers vous-même. Je vous encourage à poursuivre votre développement d'un esprit sain dans un corps sain. Bon entraînement!

Note : Les photos ci-jointes sont tirées de ma dernière participation aux championnats canadiens où j'ai remporté mon quatrième titre national.

Commentaires