BORNES ÉLECTRIQUES

enfin l'Inspecteur Binette déjoue le pyromane.

Le journal d'un récit fictif
(Une histoire tirée de l'imaginaire de Bruno Laliberté)
brunolaliberte.com
 
 
Le démasquage du pyromane souriant (Finale)
 
 
… à mi-chemin de la descente, accrochée à un montant fixé à la paroi du puits du trou d'homme, un masque de clown en plastique calciné sur un côté; d'ailleurs c'est du plastique fondu qui le retenait au montant.
 
« Seul quelqu'un qui n'voulait pas qu'on le reconnaisse aurait accepté de garder ce sur son visage malgré l'évidence qu'il flambait. Voici une bonne raison de sa fuite à la course à la suite de son méfait dit l'inspecteur à Alex en lui offrant à nouveau des jujubes.
 
« Merci, répond Alex en acceptant l'offre et en ajoutant, hors sujet : on s'habitue vite à ces jujubes… mais où nous mène ce masque? »
 
« Vers des suspects potentiels! »
 
Et l'inspecteur à remis à Alex une page, qu'il a retiré de son calepin noir, en lui disant :
« Voici six pistes à suivre par votre équipe et j'ai noté les deux marques distinctives qu'ils doivent observées. Une est évidente, car au visage, l'autre étant situé au mollet droit à cause de la hauteur de la branche maculée de sang. Commencez les analyses et les démarches au plus vite avant qu'il ne frappe encore. Pour l'instant je retourne auprès de ma tante. Bonne chance Alex tenez-moi au courant! »
 
Les deux prennent chacun leur chemin l'un, à pied, écrivant dans son calepin rouge et l'autre quittant, en trombe, en auto-patrouille.
 
            Pendant les jours suivants, l'inspecteur Binette va et vient de la scène de crime au chevet de sa tante. Alex le policier rencontre souvent l'inspecteur et à chaque fois reçoit, de l'inspecteur, des instructions spécifiques tirées de son calepin rouge. Une nuit, vers une heure du matin, alors que l'inspecteur sirote un café, une serveuse s'approche et lui adresse la parole :
 
« Inspecteur nous allons fermer, si vous me le permettez vous me semblez épuisé vous devriez prendre une bonne nuit de sommeil. Tout le monde sait que cette enquête vous tient à cœur, mais vous avez tout fait! »
 
« Merci, réponds l'inspecteur sur un ton léthargique, je crois que je vais suivre votre conseil. Mais la trace de botte m'échappe toujours, si c'était… »
 
« La nuit porte conseil interromps la serveuse en l'aidant à mettre son pardessus en le tapotant amicalement dans le dos. Bonne nuit inspecteur! »
 
Binette quitte avec un signe la main en grommelant. La nuit à été moins que reposante, le sommeil se faisant attendre et quand il s'assoupit enfin un cauchemar le fait se réveiller tout en sueur. Se tenant la tête à deux mains il s'assoit sur le bord de son lit. Le téléphone sonne. Il répond, c'est Alex qui l'avise qu'un nouveau feu vient de se déclarer. Sans même un au revoir l'inspecteur raccroche, s'habille en vitesse et quitte cette chambre de fortune qu'il a louée pour le temps des vacances… oups! De l'enquête, pour courir à l'extérieur, prends un taxi.
 
            Rendu sur les lieux, il rejoint Alex qui lui dit aussitôt, en regardant le feu :
 
« Cette fois-ci, il s'y a bien pris, les pompiers ont vraiment de le garder sous contrôle et le nombre de blessés ont quintuplé. »
 
« Parfait… parfait dit l'inspecteur qui regarde au loin à l'opposé du feu, Alex regarde les gens, pas le feu, il est surement parmi eux et à l'arrière pour ne pas trop se faire remarquer. Cherche la cicatrice de la brûlure. Avise-moi si tu le vois.
 
Après des minutes angoissantes, l'inspecteur prend Alex par l'épaule et lui chuchote :
 
« Je le vois à gauche dans la quatrième rangée, le vois-tu? »
 
« Oui…oui je le vois, il porte un manteau kaki et il a un sourire bêta »
 
« Envois deux policiers derrière lui, pour le cueillir lui suggère l'inspecteur. » 
 
            Alex, par radio, s'exécute et en une minute le suspect est au sol et menotté. Alex se retourne vers l'inspecteur, pour s'apercevoir qu'il quitte déjà les lieux!
 
            L'inspecteur Binette se morfond à son bureau quelques semaines plus tard. Il reçoit un appel inattendu d'Alex :
 
« Salut inspecteur, je voulais que vous sachiez qu'il a tout avoué. C'est un itinérant qui voulait que tout le monde ai chaud. Et parce que je sais que ça vous chicotait les bottes de policiers; il se les est procurés à un surplus de l'armée qui vend des modèles imparfaits. Merci inspecteur pour le coup de main. »
 
« Je te remercie pour l'info sur les bottes. À la prochaine Alex! »
 
 
 
 
À la prochaine

Commentaires