Je chasse le cerf de Virginie depuis l’âge de 12 ans à la carabine et depuis plus d’une quinzaine d’années, je chasse l’orignal à l’arc.  

Après 30 saisons, je commence à mieux comprendre comment bien préparer la chasse au cerf et où il est le plus probable d’en apercevoir.

L’emplacement 
Le cerf ne se déplace généralement pas à la vue de tous. C’est pourquoi on ne le voit qu’au crépuscule dans les champs, surtout en période de chasse alors qu’il devient très nerveux. Il ne s’arrête pas pour autant de manger. Même si les mâles sont moins affamés en période de rut, ils doivent se nourrir pour accumuler la graisse qui leur permettra de passer l’hiver rigoureux (souvent fatal pour les plus faibles).

Le cerf doit donc se nourrir et boire. Idéalement, il se déplace à couvert le jour pour rejoindre les points de ravitaillement. Il suffit donc de trouver ces zones de transition, car c’est là où il passera probablement en période de chasse pendant les heures de clarté.

Voici donc un exemple de site parfait : Cette année, j’ai pu trouver un lot de 50 acres qui sépare deux fermes, donc deux champs. Cette lisière de bois possède un petit ruisseau qui la coupe en deux. C’est en allant visiter le site l’automne précédent que j’ai pu trouver ce petit paradis pour chevreuils. Les pistes ne laissaient aucun doute. Des autoroutes à chevreuils se croisaient tout le long du ruisseau d’un champ (au sud) au champ (au nord) du boisé où ils vont se nourrir de soir et de nuit. Il était aussi très évident que beaucoup moins de chevreuils se trouvaient sur le reste du lot, alors c’était l’emplacement idéal. De plus, j’ai remarqué que les cerfs, surtout les mâles, préfèrent passer sur le dessus des montagnes que dans les coulées. Alors en regardant le site, j’ai choisi l’endroit le plus élevé, mais pas trop loin du ruisseau.

La cache
Le point le plus important est son orientation par rapport aux vents dominants. Généralement, le vent provient du sud-ouest, mais en fonction des montagnes, il se peut que ce soit différent d’un site à l’autre. Peu importe, l'important est de pouvoir regarder vers le ruisseau et avoir, si possible, le vent de face. Le cerf a l'odorat extrêmement développé. Il vous sentira avant même que vous puissiez le voir si le vent lui est favorable. Et croyez moi, ils n’aiment pas le parfum d’homme et changeront de direction avant d’arriver à vous sans même vous avoir vu ou entendu. La fenestration ne doit pas être directement vers l’endroit où le cerf arrivera. Installer la cache de façon que la fenêtre permette de voir l’emplacement, mais en regardant de côté, de sorte que le corps n’est pas exposé dans la fenêtre.

L’appât 
Personnellement, je commence à mettre des pommes deux semaines avant l’ouverture de la chasse. Mais disons que plus cette période sera longue, plus le cerf sera habitué à aller sur votre site et commencera à moins détester l'odeur humaine que vous dégagez. Cet automne, après un certain temps, des cerfs sont même venus à ma rencontre quand j’allais placer les pommes. Vous pouvez aussi mettre des carottes, du sel pour le long terme ou autres, mais les pommes semblent être ce qu’ils préfèrent en période de chasse.

Le résultat 
Cette année, j’ai vu plusieurs cerfs à mon site. Je plaçais un gros sac de pommes tous les matins et le lendemain, il ne restait plus rien. Des femelles, des petits… Pour faire une histoire courte, le jour où j’ai vu le spike de la photo, le matin, j’avais regardé manger deux femelles et deux faons. Puis, c’est arrivé vers 16 h 30. Peut-être y en aurait-il eu un plus gros qui serait venu plus tard, mais je ne pouvais prendre cette chance.
 
Voici donc mes secrets d’une chasse au cerf de Virginie réussie et j’espère simplement que ça aidera les moins expérimentés de nos membres qui aimeraient aller à la chasse.

Commentaires