« Vic + Flo ont vu un ours » est le septième long métrage de Denis Côté (« Bestiaire », « Curling »). Son nouveau projet s'attaque à la réREPLACEion sociale. Son long métrage était assez attendu chez nous puisqu'il a tout de même remporté l'Ours d'Argent - Prix Alfred Bauer, au 63e Festival international du film de Berlin, où il a été présenté en première mondiale, en février dernier. Il prend l'affiche le 6 septembre 2013.

Refaire sa vie
 
Le film commence doucement. Denis Côté joue la carte du mystère. Il place ses personnages l'un après l'autre sans trop nous en dire. Il y a d'abord Victoria (Pierrette Robitaille), une femme dans la soixantaine qui souhaite fuir l'effervescence de la ville en s'installant dans la maison de son oncle malade. Alors qu'elle pensait avoir finalement trouvé la paix, un jeune homme, Guillaume (Marc-André Grondin) lui rend visite. Ses motivations sont d'abord obscures, mais on se doute qu'il va revenir souvent la voir. Enfin, Florence (Romane Bohringer) vient la rejoindre. Les deux femmes semblent être proches, très proches.
 
Puis, on apprend que Guillaume est un agent de libération conditionnelle et que Victoria est, elle-même, en libération conditionnelle. Elle aurait été condamnée à perpétuité pour un crime dont on ne saura jamais vraiment les détails. Elle aurait rencontré Florence en prison. Le tandem n'a aucune raison de ne pas être heureux. Elles vivent enfin ensemble. La lune de miel est cependant de courte durée. Florence s'ennuie de la ville (et des hommes). Toutefois, ce n'est là que la pointe de l'iceberg. Des fantômes du passé semblent vouloir resurgir.
 
Comme on peut le constater, on ne connaît pas tout sur les personnages. En fait, on ne sait que le strict minimum. Les quelques informations les concernant nous arrivent au compte-goutte. On ignore quelles sont vraiment leurs motivations. Ce n'est pas un défaut puisque ça laisse une grande place à l'interprétation et permet à chacun de se faire une petite idée sur la chose. Ça peut aussi devenir un merveilleux sujet de conversation entre les cinéphiles qui ont vu le même film.


 
Une finale inattendue
 
Quand la finale arrive, il est déjà trop tard. Elle surprend d'abord les personnages, mais, et surtout, le spectateur qui s'attendait à une fin probablement plus douce et à l'image du reste de l'œuvre. Denis Côté montre ici qu'il a cette force unique de ne nous surprendre et de nous sortir de notre zone de confort en ne révélant ses cartes qu'au tout dernier moment. Car, il faut bien l'avouer, Vic + Flo ont vu un ours n'aurait pas eu la même force dramatique sans les dernières minutes.
 
Avant d'en arriver au dernier chapitre, je dois néanmoins avouer que je me demandais bien où on voulait nous amener. Les relations entre les différents personnages et leur évolution psychologique étaient bien traitées, mais ne permettaient pas au long métrage de se démarquer. Évidemment, la sublime finale balaye du revers de la main cette critique.
 
Le trio d'acteurs, Robitaille, Bohringer et Grondin, est excellent. L'actrice de C ‘ta ton tour, Laura Cadieux, nous montre ici toute l'étendue de son talent. La comédienne française, elle, apporte de la désinvolture et cette finesse européenne au récit. Enfin, Grondin incarne le changement. Si, au début du film, son personnage agit d'une manière strictement professionnelle, sa carapace se brise petit à petit à mesure qu'il apprend à connaître les deux femmes.
 
Verdict 
 
Vic + Flo ont vu un ours est une œuvre surprenante qui doit être prise dans son ensemble pour l'apprécier à sa juste valeur. Évidemment, si on est un amateur de rebondissements, on peut être déçu par les premières minutes qui nous sembleront trop longues, voire banales. Cependant, ce serait une grave erreur de le juger pour cette petite lacune. Et, de toute façon, si vous voulez être chamboulé, attendez de voir la finale…
 
Cote : 3,5 étoiles sur 5
 
Ne manquez rien des derniers articles de notre rédacteur en chef adjoint! Suivez Philippe Michaud sur Twitter via @Micph
 

Commentaires