Peut-être que le nom de Johnnie To ne vous dit rien. Ce Hongkongais réalise pourtant des films depuis 1980. Très prolifique, il est notamment connu pour ses films d'action et policiers. Sa nouvelle création, « Drug War », qui a remporté le grand prix au Festival international du film policier de Beaune, arrive finalement chez nous ce vendredi.

Trahir pour survivre 
 
À la suite d'une opération policière, le capitaine, Zhang Lei (Sun Honglei), fait la connaissance de Timmy Choi (Louis Koo), un jeune homme qui vient d'être admis à l'hôpital après un accident de voiture. Rapidement, il découvre que Choi est impliqué dans le trafic de la drogue. Pour éviter la peine capitale, le criminel accepte d'aider Lei à coincer ses anciens partenaires. S'il accepte de collaborer pour le moment, le policer sait que, tôt ou tard, il finira par le trahir.

L'œuvre de To est divertissante et ne se veut pas être une critique de l'état de la drogue en Chine. Il n'en demeure pas moins que la méthamphétamine préoccupe les autorités chinoises, notamment parce que certains ingrédients requis pour fabriquer cette drogue se trouvent facilement. D'ailleurs, l'Empire du Milieu est très sévère avec les fabricants de drogue. La fabrication de seulement cinquante grammes de méthamphétamine est passible d'une condamnation à mort, alors qu'à Hong Kong, le criminel écope seulement d'une courte peine de prison. Paradoxalement, certains pensent que cette réglementation sévère est à la base d'affrontements sanglants entre les policiers et les membres des cartels qui ne souhaitent pas se faire prendre (on se doute pourquoi). 
 
Revenons à Drug War. Il possède une solide intrigue policière basée justement sur cette prémisse. Dès les premières secondes, j'ai été conquis et je suis resté rivé devant l'écran jusqu'à la fin. Il faut toutefois rester bien concentré tout au long de la projection. En effet, l’histoire met en scène beaucoup de personnages (trop?). Que ce soit du côté des forces de l'ordre ou encore des vilains, on peut dire qu'il y en a du monde! J'ai rarement vu un long métrage avec autant de comédiens secondaires.
 
Au début, le nombre de criminels est assez modeste, mais plus on progresse dans le récit, plus les choses se complexifient. Si bien, qu'à la fin, on a de la difficulté à bien identifier tous les acteurs.


 
Tout est en place
 
Johnnie To maîtrise bien le suspense et sait faire monter la pression, surtout dans les scènes d'infiltration. La séquence où le capitaine tente d'infiltrer le gang en se faisant passer pour un criminel est parmi l'une des meilleures du genre que j'ai vues ces derniers mois.
 
Si le film ne comporte pas beaucoup de fusillades, il se rattrape très bien dans la finale. Elle est adroitement réalisée (comme tout le reste d'ailleurs) bien qu'étant beaucoup trop irréaliste (et par le fait même, totalement imprévisible). Toutefois, de l'autre côté, c'est ce qui fait son charme et lui permet de se démarquer des autres productions du moment.
 
Drug War est le premier film d'action de To à avoir été réalisé entièrement au cœur de la Chine continentale. J'ai été heureux de voir que le réalisateur ne nous avait pas bombardés d'images d'une Chine pittoresque. On sent vraiment que l'on est dans le milieu de la criminalité. Les décors sont souvent sombres et crasseux, comme on pourrait s'y attendre.

 
Verdict
 
Amateurs d'action, ne manquez pas Drug War. Si vous êtes lassés des mégaproductions américaines, courrez vite au Cinéma du Parc pour aller le voir. Il n'est pas parfait, mais il a au moins le mérite d'apporter une bouffée d'air frais à ce genre cinématographique qu'est le film policier.  
 
Cote : 3,5 étoiles sur 5.  

Ne manquez rien des derniers articles de notre rédacteur en chef adjoint! Suivez Philippe Michaud sur Twitter via @Micph

Commentaires