BORNES ÉLECTRIQUES

Derek Cianfrance nous présente, dans « Au-delà des pins » (version française de « The Place Beyond the Pine »), un film policier dramatique unique sur la paternité et l'héritage qu'on laisse à ses enfants.

Trois histoires
 
Tout comme Roche, papier, ciseaux, Au-delà des pins traite de trois histoires différentes. Mais contrairement au long métrage québécois, le réalisateur raconte les trois récits indépendamment, à la manière de chapitres.
 
En effet, le film commence par nous présenter l'histoire de Luke (Ryan Gosling), un motocycliste qui gagne sa vie en se promenant dans une foire et en réalisant des cascades dans une cage avec sa moto. De passage dans une petite ville de l'État de New York, il retombe sur une ancienne conquête, Romina (Eva Mendes). Elle lui apprend qu'il a un fils qui est encore un bébé.
 
Ayant quitté son emploi et sa vie de nomade, Luke, pour pouvoir subvenir aux besoins de son bambin, se met à commettre des vols de banque en moto avec l'aide d'un nouvel ami, Robin (Ben Mendelsohn). Tout va bien dans le meilleur des mondes, jusqu'à ce qu'il décide de perpétrer seul un dernier vol. Malheureusement, tout tourne au drame et il est pris en chasse par le policier Avery Cross (Bradley Cooper).
 
Le second chapitre se concentre donc sur la vie de ce jeune policier ambitieux, désirant monter rapidement les échelons. Il se sent très coupable de ce qui est arrivé à Luke, car lui-même est le père d'un jeune enfant. Après une assez courte convalescence, il retourne au travail et tente de stopper la corruption qui a lieu dans la police. 
 
Finalement, le dernier chapitre fait un bond de 15 ans dans le futur. Sans grande surprise, on retrouve les fils du criminel et du père : Jason (Dane DeHaan) et AJ Cross (Emory Cohen). Contre toute attente, les deux jeunes hommes se lient d'amitié en ignorant tout des origines de l'autre. Que va-t-il se passer lorsqu'ils vont découvrir la vérité?
 
Une saga épique
 
On voit rarement au cinéma des productions d'aussi grande envergure. Je ne parle pas ici des effets spéciaux ou des figurants déployés. Je fais plutôt allusion à la trame narrative. Le fait que le réalisateur a choisi de construire son œuvre en trois parties longues comme des moyens métrages relève de l'exploit.
 
Chaque chapitre, qui dure moins d'une heure chacun (le film a une durée de 2 h 20), est à la fois indépendant et lié aux autres. C'est comme si on avait trois casse-têtes ou tableaux nous montrant une partie d'un paysage. À première vue, chacun des trois est autonome, mais en les collant ensemble, on assiste à quelque chose de beaucoup plus gros, voire d'épique. C'est un peu ce qui se produit avec Au-delà des pins; il faut le regarder jusqu'à la fin pour s'en rendre compte.
 
Les trois parties du film sont de qualité assez égale, même si je dois avouer avoir préféré la première, celle mettant en vedette le motocycliste. À mon sens, c'est celle qui est la plus touchante. Elle nous présente un homme au passé sombre n'ayant jamais eu de port d'attache et qui, du jour au lendemain, se rend compte qu'il est père. Au lieu de fuir, il va risquer sa vie dans la criminalité pour s'assurer que son fils ne manque de rien. C'est très touchant.
 
D'ailleurs, dans son rôle, Ryan Gosling est celui qui offre, à mon sens, la prestation la plus sincère et la plus bouleversante. Je ne dis pas que les autres acteurs sont mauvais, mais disons que c'est lui qui m'a le plus interpellé.
 
Le film aurait pu seulement comporter les deux premières parties et il aurait déjà été très bien. Cependant, c'est avec la troisième (celle qui se déroule 15 ans plus tard) que l'on comprend où le réalisateur veut nous amener. Au-delà des pins n'est pas juste un film sur les bons et les méchants. C'est un récit qui traite de la paternité et des choix que chacun fait et qui vont influencer les générations futures.
 
Même s'il dure plus de deux heures, le long métrage ne fait pas dans la lourdeur. Les scènes s'emboîtent bien les unes dans les autres. À ce propos, les amateurs de scènes d'action vont sûrement apprécier; Au-delà des pins en comportent quelques-unes qui sont assez intenses.
 
Verdict
 
Au-delà des pins est un film sur l'héritage qu'on laisse à sa progéniture. Que notre père ait été un policier ou un voleur, ce long métrage nous montre qu'on ne peut totalement ignorer nos origines. Le scénario est bien écrit et intelligent, alors que les acteurs, spécialement Ryan Gosling, offrent une prestation convaincante. Un film à voir pour les parents ou futurs parents, ou encore pour ceux qui aiment les films policiers.
 
Cote : 4 étoiles sur 5

Commentaires