Ne vous méprenez pas. « Do Not Disturb », malgré son titre anglais, est tout ce qu'il y a de plus français! Nous avons vu le nouveau film de Yvan Attal, qui, rappelons au passage, est un « remake » du film américain « Humpday » sorti en 2009. Voici ce que nous en avons pensé.

Des amis retrouvés
 
Ben (Yvan Attal) vit une vie rangée avec sa conjointe Anna (Laetitia Casta). Ils sont rendus à l'étape d'essayer d'avoir des enfants. Alors qu'ils sont justement en plein travail, au beau milieu de la nuit, Jeff (François Cluzet que l'on a pu voir dans 11.6) débarque sans prévenir. Les deux copains, qui ont étudié ensemble aux Beaux-arts, ne se sont pas vus depuis des lustres.
 
Aussitôt son retour, Jeff emmène son vieil ami à une fête. Là, il y fait la rencontre de deux femmes énigmatiques, Lilly (Charlotte Gainsbourg) et Monica (Asia Argento). La soirée bat son plein et l'alcool coule à flots. Soudain, les deux amis ont une idée saugrenue. Au nom de l'art, ils vont faire un film porno homosexuel, et ce, même s'ils sont hétérosexuels et n'ont jamais eu d'attirance l'un vers l'autre (du moins, c'est ce qu'ils croient). Ils vont ensuite montrer leur création lors d'un festival américain de films pornos. Comment va réagir la copine de Ben?
 
Une belle idée de base
 
Il faut avouer que l'idée de base m'a assez plu, même si elle est tirée par les cheveux. Elle a été traitée par le réalisateur avec une dose de légèreté, sans pour autant tomber dans l'absurdité la plus totale. À ce propos, Do not Disturb est loin de ressembler aux grosses comédies américaines qui enchaînent une série de situations improbables.  
 
En fait, l'humour dans le long métrage français fait légèrement défaut. Je ne sais pas si c'est à cause des dialogues qui manquent un peu de profondeur, mais on a parfois l'impression que l'on passe à côté de quelque chose qui aurait pu être beaucoup plus gros, si ça avait été convenablement exploité. 
 
Il convient que regarder deux hommes hétérosexuels essayer d'avoir des rapports sexuels puisse mettre mal à l'aise. La dernière partie du film est d'ailleurs consacrée à l'« acte ». L'œuvre complète est toutefois parsemée d'autres moments où on est plus ou moins embarrassé. On rentre littéralement dans l'intimité des personnages, et ce, pour le meilleur et pour le pire. On voit, par exemple, Anna uriner sur un test de grossesse ou encore Lilly sortir du lait de ses seins. Ce n'est pas que l'on est choqué en regardant cela, mais disons qu'on est un peu secoué.
 
Une distribution compétente dans l'ensemble
 
Les dernières apparitions de François Cluzet au grand écran montraient quelqu'un de plutôt réservé et sérieux. Dans Do not Disturb, c'est tout le contraire. C'est quelqu'un d'enjoué, qui parle beaucoup et qui n'a pas peur de faire la fête. L'acteur de 57 ans démontre, une fois de plus, qu'il peut faire preuve de polyvalence.
 
Même si elle a un petit rôle, Charlotte Gainsbourg est toujours agréable à voir à l'écran. Elle fait partie des comédiennes qui n'ont pas peur de se mouiller et elle vient encore une fois de nous le prouver.
 
Le personnage joué par Yvan Attal est celui qui va connaître la plus grande évolution psychologique. D'un type coincé, il va, peu à peu, devenir quelqu'un d'extraverti. Il va tenter, en quelque sorte, de revivre sa jeunesse et, peut-être, de fuir toutes les responsabilités parentales qui arrivent à grands pas. L'acteur (qui signe, comme on l'a vu la réalisation, mais qui a également coécrit le scénario) est très compétent dans son rôle. Il aurait été encore mieux s'il avait pris un petit peu plus de risques dans son interprétation.
 
De l'autre côté, on est bien content de voir la charmante Laetitia Casta offrir une performance nuancée. Par son jeu et par ce qu'elle dit, elle nous surprend plus d'une fois. C'est magnifique!
 
Le duo Attal/Cluzet est pas mal. Sur papier, ils se complètent bien, alors que dans les faits, c'est un petit peu plus difficile. On a parfois de la difficulté à trouver une réelle complicité entre les deux. La scène finale vient cependant brouiller les cartes en nous offrant une séquence parmi les plus mémorables.
 
Verdict
 
Au final, après avoir vu Do not Disturb, on sort de la salle obscure avec un bon sentiment, même s'il est vrai que l'on peut rester un peu sur notre faim. Les prestations formidables de François Cluzet, Laetitia Casta et Charlotte Gainsbourg arrivent, fort heureusement, à combler les quelques failles du scénario.
 
Cote : 3 étoiles sur 5

Ne manquez rien des derniers articles de notre rédacteur en chef adjoint! Suivez Philippe Michaud sur Twitter via @Micph

Commentaires