Il y a quelques jours, j’ai eu la chance de m’entretenir, pendant près d’une heure, avec Denis Gaudreault, directeur du développement des affaires chez Intel Canada. J’avais déjà rencontré le cadre quelques fois au cours des dernières années. Comme toujours, j’ai eu beaucoup de plaisir à discuter avec lui de processeurs, mais également de l’évolution des technologies.

4e génération de processeur


Avec l’arrivée des tablettes, plusieurs pensaient que les ordinateurs portables allaient disparaître. Par contre, au fil des années, plusieurs utilisateurs se sont rendu compte qu’ils ne pouvaient pas se passer entièrement d’un portatif. Comme me le faisait remarquer M. Gaudreault, les tablettes ont d’abord été conçues pour consommer du contenu (par exemple le soir dans son lit ou sur le bord d’une plage), alors que les ordinateurs portables, eux, sont encore nécessaires pour créer le contenu. L’un ne peut pas vivre sans l’autre.

Avec les ultrabooks, Intel et les autres fabricants tentent de prouver qu’il est facile d’avoir le meilleur des deux mondes dans un même appareil. Il faut dire que dans ce domaine, les choses ont également bien changé et pour le mieux. Grâce à l’évolution constante des processeurs, les fabricants comme Sony ou HP peuvent créer des produits plus légers et plus compacts. Ainsi, on trouve de plus en plus de produits dont l’écran est tactile ou amovible.

Grâce à la 4e génération de processeur Intel, certains modèles, à partir d’un certain nombre de watts, n’ont plus besoin de la ventilation traditionnelle. C’est ce qu’on appelle, dans le domaine, « fanless ». En plus de permettre aux fabricants une plus grande flexibilité, ils offrent 20 % plus de performance que la 3e génération et offrent une autonomie de la pile deux fois supérieure. Pour l’encodage vidéo, ce serait 10 fois plus rapide qu’auparavant.

Actuellement, il existerait environ une cinquantaine de modèles d’ultrabooks sur le marché. Évidemment, les prix varient grandement en fonction des modèles, mais M. Gaudreault assure que plusieurs modèles sont abordables. En effet, on devrait trouver des modèles à partir de 500 $.

Le monde du travail et la technologie


D’après le directeur d’Intel, le monde du travail est aussi en profonde mutation. La nouvelle génération de travailleurs qui sort des bancs d’école souhaite avoir plus de liberté et de mobilité. Pour cette raison, de plus en plus d’employeurs délaissent le bureau traditionnel avec la tour et le moniteur pour accueillir des ordinateurs portables et même des bureaux flottants. C’est notamment le cas chez Intel, où beaucoup de travailleurs ont des portatifs.

Cette nouvelle façon de faire soulève cependant quelques questions, notamment en ce qui a trait à la protection des renseignements personnels de l’entreprise. Une compagnie a, bien sûr, moins de contrôle sur un employé qui apporte son ordinateur à la maison.

Intel et l’avenir


Intel est un incontournable dans le monde des ordinateurs. Toutefois, l’entreprise américaine aimerait être plus présente dans le secteur des téléphones intelligents. À ce propos, il existe quelques modèles « Intel Inside » comme en Europe. Chez nous, il faudra attendre au moins jusqu’à l’année prochaine pour que les choses commencent à bouger réellement dans ce domaine.

Quand on sait qu’Intel fait partie du top 5 de toutes les entreprises qui dépensent le plus d’argent par année en recherche et développement (6 à 7 milliards de dollars annuellement), ce n’est pas surprenant d’apprendre cela, d’autant plus que le domaine du téléphone intelligent est un secteur très lucratif et en perpétuel changement.

Commentaires