La formation canadienne avait une grosse commande en demi-finale de la Coupe Davis, alors qu’elle affrontait la Serbie et le numéro 1 mondial, Novak Djokovic. Mais malgré de très belles performances notamment de Milos Raonic et du double composé de Vasek Pospisil et Daniel Nestor, les représentants de l’unifolié ont finalement baissé pavillon, n’ayant mis la main que sur deux des cinq matchs disputés.

Le tout s’est amorcé vendredi, mais ce ne fut pas un vendredi treize de rêve pour Vasek Pospisil, qui s’est avoué vaincu face à Djokovic en trois manches de 6-2, 6-0 et 6-4. Mais Raonic a remis le tout en place, battant Tipsarevic en cinq manches.

Et dimanche, Djokovic a frappé encore, battant à son tour Raonic et trois manches. Tous les espoirs reposaient maintenant sur Pospisil, lui qui avait la chance de propulser le Canada en finale. Cependant, après une fougueuse bataille de quatre manches, plusieurs blessures et quelques points de matchs sauvés, Pospisil a dû s’avouer vaincu en se blessant, cette fois à la cheville, lors d’un point de match.

Le Canada, malgré la défaite, n’a pas à rougir. Si on suivait simplement la logique, on aurait pu prédire une victoire de 4-1 de la Serbie. Il faut applaudir la performance de Nestor et Pospisil qui l’ont emporté en cinq manches lors du match de double, un pivot en Coupe Davis.

Maintenant, c’est la République Tchèque, les gagnants de 2012, qui affronteront la Serbie en finale. Une grosse commande encore une fois pour Berdych et sa bande.

Pour le Canada, c’est un bond de géant pour le tennis. Après un Canadien dans le top 10 et une place en demi-finale de la Coupe Davis, l’avenir est plus rose que jamais pour ce sport au pays.

Commentaires