Le vélo gris en libre-service a déjà 5 ans. C’est en mai 2009 que le Bixi, dont le nom vient de la contraction des mots « bicyclette » et « taxi », voit le jour. C’est après plus de 19 mois de gestation que le fruit du travail du designer industriel montréalais Michel Dallaire et de la compagnie Devinci est présenté au grand public. Aujourd’hui présente dans plusieurs villes autour du globe (Boston, Chattanooga, London, Melbourne, Minneapolis, Ottawa, Toronto, Washington D.C., New York et Chicago), l’invention bien de chez nous fait un malheur grâce à son design et à son utilité. Le Bixi s’inscrit peu à peu dans la culture populaire de plusieurs grandes villes, mais nul n’est prophète en son pays!

Bien que le projet soit de chez nous et qu'il ait créé de l'emploi, plusieurs ne semblent pas l’apprécier à sa pleine valeur : lourd, lent, équipé de seulement 3 vitesses et peu aérodynamique, il est loin de faire l’unanimité, spécialement depuis quelques jours. Sa dette immense (plus de 40 millions de dollars) et le fait que l’entreprise ne soit pas profitable (déficit de près de 6 millions par année) pourraient mener l'entreprise directement vers la faillite. Les jours de Bixi sont probablement comptés…

Malgré les nombreuses critiques, ce service présente aussi plusieurs avantages dans nos rues (rendons à César ce qui revient à César!) :

-Avec l’épidémie de vols de vélos à Montréal, le Bixi est une excellente façon de se déplacer sans se faire voler sa plus belle monture. 
- C’est une façon incroyable de visiter la ville. 
- C’est un moyen abordable de se déplacer en vélo fréquemment sans avoir à entretenir son vélo (crevaisons, entretiens mécaniques, usure des pièces, entreposage, etc.). 
- C’est un bon moyen de se déplacer lorsque les transports en commun ne sont pas en opération (lors de pannes ou la nuit).

Personnellement, j’adore l’utiliser pour me déplacer sur de courtes distances et lors de déplacements à l’étranger. Pour moi, cette invention est une réussite, un succès mondial qui fait rayonner Montréal à l’étranger. Bien certainement, je n’oserais le comparer à l'un de mes vélos de route, mais ce serait tout de même dommage de voir disparaître le Bixi pour des raisons financières! 
 
Si vous avez quelques secondes, regardez cette vidéo que Citi Bike (Bixi new-yorkais) a fait réaliser. Elle est fort amusante! 

Commentaires