Les Wuderwaffen; réalité ou science-fiction? - #adg

Peu importe que l’on soit pacifiste ou non, tous s’accordent pour dire que la guerre est horrible et devrait être bannie. Il faut cependant reconnaître que celle-ci, en dépit de son côté brutal et violent, a poussé l’homme à se surpasser en développement technologique. La Deuxième Guerre mondiale fut un vaste laboratoire de développement de technologies toujours plus destructrices et elle fut en grande partie dominée à ce sujet par le IIIe Reich. Voyons quelques-unes de ses plus grandes réussites et aussi les projets qui n’aboutirent pas. Voici donc les armes secrètes du IIIe Reich.

Les Wunderwaffen

Littéralement, on peut traduire le mot allemand Wunderwaffen par « arme miraculeuse ». Le terme est utilisé par le régime nazi comme propagande alors que dans la deuxième portion de la guerre, les choses se déroulent moins bien pour l’Allemagne. On croit alors faire prendre à la guerre un tournant à l’avantage des troupes allemandes grâce à des armes terrifiantes, monstrueuses et parfois farfelues, mais qui devaient semer l’effroi chez l’ennemi.

Parmi ces Wunderwaffen, on en trouve qui ont été mises en service et qui ont impressionné les Alliés par leur avancée technologique. L’aviation a bien sûr retenu souvent l’attention, étant très spectaculaire. On a vu des appareils d’une grande complexité et aux performances vraiment supérieures à ce que les Alliés opposaient. Les plus célèbres sont l’avion à réaction Messerschmitt Me-262, l’intercepteur de bombardiers Messerschmitt Me-163 Komet et, bien sûr, le missile balistique V-2, développé dans le centre d’essai de Pennemünde. Ces armes sont en avance à plusieurs points de vue, en aérodynamique et en motorisation (moteur à réaction et moteur-fusée) notamment.

La Wermacht, quant à elle, a mis en service des super-canons, dont le V-3 Hochdruckpump (pompe à haute pression), un canon de 150 m de long et d'une portée de 165 km. Il était construit à flanc de montagne et ne pouvait bouger. Il y eut aussi le canon Dora, le plus gros canon du monde de 1350 tonnes sur rails qui tirait des obus de 800 mm, pesant 7 tonnes. Bien qu'impressionnants, ils n'avaient qu'une valeur stratégique moyenne.

Des projets terrifiants

D'autres armes encore plus terrifiantes ne virent heureusement jamais le jour. Par exemple, il y avait le projet de bombardier stratosphérique Arado Ar E-555 qui aurait été capable d'atteindre la côte est américaine et d'y larguer une bombe atomique. Sans oublier l'espèce de monstre blindé, le Landkreuzer P.1000 Ratte, un char d'assaut de 1000 tonnes et de 35 m de longueur! Il était si gigantesque qu'aucun pont, aucune route n'aurait pu lui permettre de se déplacer. C'est pourquoi il fut abondonné. Puis il y a eu cette espèce d'arme tirée tout droit de la science-fiction qui consistait en une soucoupe volante, les Haunebu I, II et III, et dont les essais n'ont pas permis la mise en service. Arme mystérieuse, sinon mythique, qui alimente encore les débats aujourd'hui sur les apparitions d'ovnis, lesquelles ont débuté lors de cette guerre et surtout dans les années 50. Drôle de coïncidence, n'est-ce pas?

Les legs pour la science

Bien sûr, toutes ces inventions devaient servir la cause du nazisme et n'étaient au départ que des armes. Mais la paix revenue, les secrets de celles-ci furent récupérés par les grandes puissances, les Russes et les Américains notamment. Les avancées technologiques qui découlèrent de ces recherches connurent une application dans le développement de la science. Une des plus visibles fut sans conteste la course à l'espace. Le chercheur allemand Werner Von Braun, qui développa le missile V2, contribua au développement du programme spatial américain et les mena sur la Lune avec sa fusée Saturn V, les Américains fermant les yeux sur son passé nazi... Heureusement que les Nazis ne purent mettre au point l'arme ultime qu'ils avaient projetée : la bombe atomique.

Liens : 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Wunderwaffe

http://discaircraft.greyfalcon.us/HAUNEBU.htm

Source photos : www.webanarchy.net, wikipedia.org, www.junglekey.fr

Commentaires