La Ligue nationale de hockey ne compte peut-être pas d’athlètes aux personnalités aussi flamboyantes que la NBA ou la NFL, mais elle a tout de même aligné au fil des ans des hommes avec des habitudes, des « looks » ou des superstitions assez excentriques!

Après avoir ouvert le bal avec les positions 20 à 11 des joueurs de la LNH qui vous ont fait dire « Ben voyons donc! », passons au top 10 des plus « spéciaux »!

La plupart des liens insérés dans le texte vous amèneront vers des vidéos qui montrent les séquences qui leur sont associées.

10 - Glenn Hall

Glenn Hall est reconnu comme l’un des meilleurs gardiens de l’histoire de la LNH. Il a disputé 906 rencontres en saison régulière, en se forgeant une fiche de 407 victoires, 326 défaites et 162 nulles. Et il faut ajouter 115 départs en séries éliminatoires.

Celui qui s’est valu le surnom de « Mr. Goalie » avait un rituel d’avant-match discutable, disons…

Hall se faisait vomir avant chaque rencontre, et parfois aussi après la deuxième période, et buvait ensuite un jus d’orange pour se réhydrater.

Hall a disputé 1021 parties en carrière… Mais ses trois trophées Vézina et ses deux Coupes Stanley sont là pour faire oublier sa statistique dégoutante!

Le gardien Darren Pang a plus tard adopté la même préparation d’avant-match, il affirmait que cela le rendait plus agile…

9 - Jaromir Jagr

Généreuse, pulpeuse, bouclée et défiant la gravité, la chevelure qu’a arboré Jaromir Jagr pendant une bonne partie de sa carrière lui mériterait à elle seule une place dans le palmarès!

Plus récemment, pendant les séries éliminatoires de 2013 qu’il a disputées avec les Bruins de Boston, l’ailier vedette a aussi fait jaser avec sa barbe stylisée

Il n'y a pas que la pilosité de Jagr qui fait de lui un hockeyeur particulier, sur la glace, son style de jeu égoïste et la longévité de sa carrière de mercenaire le placent dans une catégorie bien à lui!

Parlons maintenant de ses bâtons. Jagr a l’habitude de transporter lui-même ses outils de travail, il dort même avec…

Pourquoi? Une rumeur dit qu’il commande ses bâtons avec une courbe illégale, pour ensuite les retravailler afin qu’ils respectent les normes de la ligue, mais que certains d’entre eux recevraient un traitement spécial et que Jagr les utiliserait dans des situations bien précises.

Ces bâtons particuliers seraient le secret de ses lancers du revers si surprenants… Toutefois, il ne s’est jamais fait prendre à utiliser une courbe illégale!

De plus, mentionnons qu’il a l’habitude de s’entraîner à minuit le soir, qu’il dort généralement de 4h00 à 8h00 et qu’il patine à 17h00 avant chaque match, en shorts avec une tuque

Source image : boston.com

8 - Lanny McDonald

La première chose qui vient à l'esprit quand on entend le nom de Lanny McDonald est évidemment sa moustache!

Il faut savoir que McDonald a joué presque autant de saisons à Toronto (7) qu’à Calgary (8), et que sa moustache légendaire est directement issue de la politique « anti-barbe » en vigueur chez les Maple Leafs à l’époque!

Il a toujours été un coéquipier apprécié et un athlète habile avec les médias puisqu’il est reconnu comme un grand blagueur.

Il a aidé les Flames à décrocher leur première et seule Coupe Stanley, il est le premier joueur de Calgary à voir son numéro retiré par l'équipe et le premier membre de l’organisation à avoir été intronisé au Temple de la Renommée du hockey.

Source image : sportsbore.com

7 - Ed Belfour



À 4 minutes dans la vidéo...

Ed Belfour, ou « Crazy Eddie », le surnom qui lui a collé à la peau suite à sa célèbre colère après l’élimination des Blackhawks en1993 lors de la demi-finale de la conférence Norris, a été un des pires gardiens de l’histoire lorsqu’on parle d’écarts de conduite sur la patinoire!

Il ne se gênait pas pour se faire justice lui-même et il avait généralement la mèche très courte, comme en témoigne cette séquence avec Martin Lapointe. Ou celle-ci avec Ryan Smyth, ou bien avec Tony Amonte, ou encore cette dernière avec Brian Gionta!

Toutes ces folies lui ont aussi valu d’être pris en cible, notamment par Owen Nolan.

Il a également été suspendu par les Stars de Dallas au début des années 2000 pour avoir quitté l’équipe après s’être engueulé avec l’entraîneur-chef de l’époque, Ken Hitchcock, pendant un entraînement du calendrier préparatoire!

Les gardiens sont généralement des êtres spéciaux dans leurs habitudes d’avant-match et Belfour ne fait pas exception! Il était interdit à quiconque de toucher son équipement avant une partie.

Au début de chaque saison, il servait le même avertissement à ses coéquipiers :

« Si vous touchez à mon stock, je vais vous tuer! »

En connaissant le tempérament bouillant de Belfour, personne n'a jamais osé tester cette règle!

À l’extérieur de l’aréna, il a aussi fait la manchette à quelques reprises à cause de ses problèmes avec la boisson, dont la fois où il a offert un milliard de dollars à un policier pour qu’il le laisse partir sans porter de charge à son endroit

Toutes ses frasques n’enlèvent rien à la qualité de sa carrière, Belfour a remporté le trophée Calder, le Vézina (deux fois) et le Jennings, en plus de la Coupe Stanley en 1999, la même année où il a aussi été nominé pour le trophée Hart, qui fût décerné à son coéquipier, Brett Hull.

Et il aura chassé Dominic Hasek de Chicago!

Il demeure au troisième rang pour le nombre de victoires en carrière, avec une avance de plus de 100 gains sur le gardien actif le plus près, Roberto Luongo.

Source image : committedindians.com

6 - Mike Milbury

Si tout ce que vous connaissez de Mike Milbury est le bon travail qu’il a réalisé pour faire des Islanders la risée de la LNH au début des années 2000 en échangeant Zdeno Chara, Wade Redden, Bryan Berard, Eric Brewer, Darius Kasparaitis, Bryan McCabe, Roberto Luongo, Tommy Salo, Olli Jokinen et Todd Bertuzzi, vous vous dites que l’homme manque peut-être de jugement, mais qu’il n’est pas si excentrique que ça!

Soyons honnêtes, ce ne sont pas ses 49 buts en carrière non plus qui font de lui un athlète spécial!

Mike Milbury mérite sa place sur cette liste pour l’incident que vous retrouvez dans la vidéo ci-dessus, lors duquel il a quitté la patinoire pour aller ultimement frapper un fan des Rangers avec sa propre chaussure!

Il a également été un entraîneur plutôt bouillant!

5 - Eddie Shore

Eddie Shore demeure considéré à ce jour comme l’un des grands défenseurs dans l’histoire de la LNH, mais il possède aussi la réputation d’être l’un des joueurs les plus vicieux et surtout, rancunier.

Sa carrière est parsemée de récits d'os brisés, de visages ensanglantés et de vendettas qui se sont étirées sur plusieurs saisons…

Une rumeur dit même que certains adversaires auraient déjà cotisé afin d’engager un tueur à gages contre lui!

Shore avait même de sérieuses prises de bec avec coéquipiers, il est venu bien près de perdre une oreille suite à une bagarre pendant une pratique.

Ses qualités défensives et sa capacité à contrôler un jeu n'ont jamais été mises en doute, il a d’ailleurs été nommé joueur le plus utile de la LNH à quatre reprises.

Toutefois, son caractère lui a valu d’être étiqueté comme un joueur salaud dans l’histoire. Lors de la saison 1933, il s’en est pris à Irvine « Ace » Bailey de façon sauvage, en le poussant par-derrière, de sorte que Bailey se heurta la tête sur la glace et subit une fracture du crâne qui mit fin à sa carrière.

Shore reçut une suspension de 16 rencontres pour son geste.

En 1940, après sa retraite comme joueur, Shore a acheté l’équipe des Indians de Springfield de la Ligue américaine. En plus d’être propriétaire du club et de l’aréna, il a occupé les postes de directeur général, d’entraîneur et de soigneur, ainsi que toutes les fonctions qu’il lui était humainement possible de remplir!

Springfield est devenu la ville où personne ne voulait jouer et Shore, l'homme pour qui personne ne voulait travailler.

Il a fait porter à ses joueurs des pancartes dans les rues pour faire la promotion des parties locales du club. Il leur a fait consommer un certain remède « maison »…

Il est même allé jusqu’à convoquer une réunion des épouses des joueurs, leur demandant de ne pas offrir de sexe à leurs maris jusqu'à ce que les hommes jouent mieux!

4 - Sidney Crosby

Sidney Crosby est l'un des meilleurs joueurs au monde et il est aussi un de ceux qui ont le plus de superstitions!

Lors de la série 24/7, on a notamment appris le rituel qui entoure ses bâtons. Lorsqu’il est sur la route, il n’utilise que le ruban fourni par l’équipe adverse sur ses bâtons et une fois qu’il a terminé la tâche, personne ne doit toucher à ses outils de travail, sinon, Sidney recommence le processus.

Le jour d’un match, il ne parle pas à sa mère puisque certaines des sérieuses blessures qu’il a subies sont survenues après qu’il ait parlé à cette dernière.

Ajoutons que lorsque l’équipe voyage en autobus, il lève ses pieds du plancher et touche la fenêtre à côté de lui, si le véhicule traverse un passage à niveau…

3 - Patrick Roy

Patrick Roy est entré au Temple de la Renommée par la grande porte avec ses quatre conquêtes de la Coupes Stanley et ses trois trophées Conn Smythe.

Toutefois, Roy n'a pas fait cavalier seul sur son chemin vers ses 551 victoires en carrière, selon ses dires il a reçu un peu d'aide de la part de ses « amis ».

Roy avait l’habitude de bavarder avec ses poteaux et il considère que ces derniers l’ont aidé à plusieurs occasions!
C’est lors de la finale de la Coupe Stanley en 1986, où Roy a commencé à discuter avec ses amis :

« J'ai commencé à parler à mes poteaux par accident. Avant un match à Hartford, j'ai commencé à leur parler aux poteaux pendant l'hymne national.

Ils m'ont aidé et j'ai connu un bon match. En prolongation, un gars a décoché un lancer frappé qui a touché un des tiges et nous avons gagné. »


Aussi fou que cela puisse paraître, cette superstition a été très bénéfique pour Roy et depuis, d'autres gardiens ont tenté l’expérience!

Bien que cette superstition soit la plus loufoque qui concerne le gardien, elle n’était pas la seule à laquelle Roy attachait de l’importance. Il ne parlait jamais aux journalistes les jours de match, durant la séance d’échauffement, il s’arrêtait à la hauteur de la ligne bleue et visualisait son filet devenant plus petit…

De plus, il ne touchait jamais les lignes sur la glace lorsqu’il se rendait à sa cage. Avant les parties, il disposait son équipement sur le plancher du vestiaire et enfilait celui-ci toujours dans le même ordre. Et pendant les entractes, il jonglait avec une rondelle tout en la faisant rebondir sur le sol pour conserver ses réflexes!

Sans mentionner qu'il est le seul un gardien avoir déjoué Wayne Gretzky!

Et on a été à même de constater récemment que ce n’est pas parce qu’il est maintenant entraîneur dans la LNH qu’il sera plus posé!

2 - Ilya Bryzgalov

Le gardien d’origine russe Ilya Bryzgalov mérite amplement sa place dans ce palmarès! Entre autres pour ses divagations sur l'univers révélé dans la cadre de la série 24/7 présenté sur HBO qui documentait le parcours des Rangers et des Flyers vers la Classique hivernale de 2012.

Il a volé la vedette avec ses théories sur la nature infiniment petite de notre système solaire par rapport au reste de l’univers et ses connaissances sur les tigres et l’alcool!

De plus, pendant le lock-out de 2013, alors qu’il évoluait dans la KHL, il a été invité au centre d’entraînement des cosmonautes russes et il n’a pas raté sa chance de porter une combinaison spatiale.

1 - Gilles Gratton

Vous ne serez pas surpris de découvrir qu’un homme masqué trône au premier rang de notre palmarès des personnalités excentriques du hockey! Et Gilles Gratton était tout un spécimen!

Le gardien originaire de Ville Lasalle est méconnu en raison de l’époque à laquelle il a joué et aussi du fait qu’il se soit retiré à l’âge de 24 ans…

Même avec seulement 47 rencontres en carrière dans la LNH et 110 dans l’Association Mondiale de hockey, Gratton et ses excentricités ont marqué le sport!

Gratton croyait énormément en la réincarnation et il affirmait se souvenirs de détails précis de ses vies antérieures… Et il ne se gênait pas pour les partager avec qui voulait bien l’entendre!

Dans une entrevue, lorsque qu’interrogé sur l'un de ses nombreux surnoms, « Le Comte », Gratton a expliqué ceci :

« Lors de ma dernière vie, j'étais un comte espagnol et l'une des choses que j'aimais le plus faire était de punir mes sujets en les alignant contre un mur et en leur jetant des pierres. »

Et ce n'était pas la seule vie passée dans laquelle Gratton affirmait avoir lapidé des gens! Il soutenait également l’avoir fait pendant l’époque de la Bible…

Il était convaincu d’être devenu un gardien de but pour subir une punition pour ses mauvaises actions dans des vies antérieures. Recevoir des morceaux de caoutchouc congelés est probablement ce qui s’approche le plus de la lapidation, quand on y pense…

Comme si ce n’était pas assez, Gratton avait l'habitude de traîner nu dans le vestiaire après l'entraînement et il a simulé de nombreuses maladie et blessures pour éviter de participer à certaines rencontres.

Sans blague, la dernière fois qu'on avait entendu parler de lui, il vivait dans un vieux château abandonné quelque part en Europe et était apparemment un photographe.

Source image : robbhawley.tumblr.com

Commentaires