Cette semaine, nous avons décidé de consacrer notre chronique à un homme que plusieurs surnomment le « Stephen King québécois » et qui a fait beaucoup parler de lui dans les derniers jours avec son nouveau projet d’attraction unique : Patrick Senécal. Apprenez-en plus sur lui.

Patrick Senécal est né le 20 octobre 1967 à Drummondville. Après avoir envisagé la médecine, il se tourne vers les arts et lettres au cégep. À l’université, il complète un baccalauréat en études françaises, puis prend des cours de cinéma à la maîtrise.

C’est en 1994 qu’il publie son premier roman d’horreur : 5150, rue des ormes. Une adaptation au cinéma, coscénarisée par l’auteur, est parue en 2009 et mettait en vedette Marc-André Grondin.

En 1995, il commence à enseigner la littérature, le cinéma et le théâtre au cégep de Drummondville. Malgré sa charge de professeur, il continue à écrire. En 1998, il publie Sur le seuil. Encore une fois, son roman a la chance d’être adapté au cinéma. Patrick Senécal coécrit le scénario, une fois de plus.

En 2000, un autre roman paraît en librairie : Aliss. Bien reçu par la critique, il reçoit le prix Boréal pour cette oeuvre l’année suivante. En 2002, les lecteurs peuvent mettre la main sur Les Sept Jours du talion qui aura aussi droit à une adaptation au grand écran en 2010. La distribution comprend notamment Claude Legault et Rémy Girard.

Les années suivantes, d’autres romans sortent comme Oniria (2004), Le Vide (2007) et Hell.com (2009). Souhaitant que ses enfants puissent lire ses œuvres, il écrit des romans pour jeunes comme Sept comme Setteur (2007) et Madame Wenham (2010).

Contrairement à ce que l'on pourrait penser en consultant son oeuvre, ce père de deux enfants est loin d'être un adepte de la violence. Il est doux et sensible, peut-on lire sur son site officiel.

Récemment, Patrick Senécal a fait la manchette avec Peur Dépôt, une attraction unique qui promet d’en mettre plein la vue aux gens et, surtout, de leur provoquer des frissons.

Sources : Wikipedia et www.patricksenecal.net

Source image : Agence QMI

 

 

Commentaires