À une époque lointaine, il y avait une compétition entre deux grands noms du film d’action : Arnold Schwarzenegger et Sylvester Stallone. Chaque acteur avait ses partisans. Avec le « Le tombeau » (version française de « Escape Plan »), Mikael Håfström fait plaisir à plusieurs cinéphiles en réunissant les deux « Messieurs Muscles » dans un même film.

Un métier pas comme les autres

Ray Breslin (Sylvester Stallone) adore être incarcéré. Il aime tellement ça qu’il en a fait son métier. En effet, il est engagé pour tester la sécurité des prisons. Chaque fois qu’il se retrouve derrière les barreaux, il doit s’en échapper pour en identifier les failles.

Un beau jour, on lui offre de tester une toute nouvelle prison dont il serait impossible, à ce qu’il paraît, de s’évader. Il accepte volontiers. Rendu sur place, il se rend vite compte qu’il a été piégé. Il devra faire équipe avec un autre prisonnier, Swan Rottmayer (Arnold Schwarzenegger), pour tenter de quitter ce pénitencier infernal.

Un dernier acte fatal

Le film est grosso modo divisé en trois parties. On voit d’abord Stallone présenter le métier qu’il fait en s’évadant d’une prison « ordinaire ». Ensuite, il y a l’incarcération dans la prison sans faille et la préparation du plan. Il y a enfin l’évasion à proprement parler.

Le premier acte sert un peu d’introduction et nous apparaît très correct. On se dit que ça augure bien pour la suite. Avoir un travail qui consiste à s’évader est une bonne idée en soi. De son côté, le second acte, beaucoup plus long, nous captive. On se demande bien comment le duo va réussir à sortir de là. Tranquillement, les deux hommes vont faire preuve d’intelligence pour échafauder un plan astucieux. Malheureusement, le troisième acte n’est pas à la hauteur des deux autres. Il nous apparaît trop brouillon et beaucoup trop surréaliste.

Dans le passé, on a déjà vu Stallone et Schwarzenegger tuer des dizaines de gars à la mitraillette. Si ça passait à l’époque, ça passe beaucoup moins bien aujourd’hui, surtout que le long métrage ne nous prépare pas vraiment à ça.

Avant l'évasion, il y a certes des scènes de bagarres et de violence, mais celles-ci demeurent assez « réalistes » pour qu’on y croie. Toutefois, en regardant les dernières minutes, on a presque l’impression qu’on est en train de voir un autre film. 

Les deux héros semblent, en effet, increvables et se mettent à abattre au pistolet ou à la mitraillette un nombre incalculable de gardes. Remarquez que je n’ai rien contre ce genre de séquence que je trouve même souvent divertissante. La série The Expendables s’en sort d’ailleurs très bien. Mais je pense que l’on aurait pu faire ici les choses différemment. En temps normal, quand on veut s'échapper, on ne souhaite pas attirer l'attention des autorités de la prison...

Schwarzenegger et Stallone ne sont pas reconnus pour la subtilité de leur jeu. Dans Le tombeau, ils offrent une prestation qui ne nous surprend pas et ne nous déçoit pas. Les fans ne seront pas déçus sur ce point. Dans le rôle du gardien de prison, Jim Caviezel demeure plutôt convaincant, même si son personnage tombe parfois dans les stéréotypes associés aux méchants gardiens de prison.

Verdict

Si ça n’avait été du troisième acte qui ne concorde pas avec le reste du film, Le tombeau aurait été à mon avis bien meilleur. Bref, un film à voir si vous êtes d’abord un fan de Schwarzenegger et Stallone.

Cote : 2,5 étoiles sur 5

Source image : Les Films Séville 

Commentaires