Pour son dernier film, Ridley Scott (« Alien, le huitième passager », « Prometheus ») a décidé de se concentrer sur le monde la drogue et des cartels qui sévissent au Mexique avec « Le conseiller » (version française de « The Counselor »). Est-ce que la qualité est au rendez-vous?

Tout perdre

Un avocat, qui se fait appeler par tout le monde le conseiller (Michael Fassbender), se retrouve impliqué dans le milieu du trafic de la drogue. Bien vite, il sera seul face à l’adversité et ne pourra plus compter sur personne. Il ne pourra même pas être aidé par son collègue Reiner (Javier Bardem) et l’ami de celui-ci Westray (Brad Pitt). Pis encore, il devra tout faire pour empêcher que l’on fasse du mal à son amoureuse Laura (Penélope Cruz).

Parlons avant d’agir

Malgré ce que peut laisser voir la bande-annonce, Le conseiller ne comporte pas beaucoup de scènes d’action. L’accent est plutôt mis sur les dialogues. Et on peut dire qu’il y en a beaucoup! La majorité des scènes nous montre le personnage principal rencontrer toutes sortes de gens.

En fait, Le conseiller nous donne l’impression qu’il s’agit d'un montage de plusieurs scènes que l’on a collées les unes à la suite des autres sans qu’il y ait réellement cohésion entre elles. Je ne dis pas que l’histoire n'a pas de sens. Je pense plutôt qu’on a quelquefois le sentiment qu’il manque un peu de mortier entre les briques.

Le long métrage dure près de 2 heures (114 minutes), mais je crois qu’il aurait pu être un peu plus court. Certains moments m’ont semblé plus ou moins utiles au récit. Je crois que l’on aurait pu enlever quelques séquences sans que cela ait un impact sur la compréhension de l’intrigue. Mais, d'un autre côté, un nombre de scènes plus élevé contribue à construire des personnages plus profondément.

Heureusement, tout ne déçoit pas dans Le conseiller. Par exemple, les dialogues en tant que tels sont, pour la plupart, assez croustillants. Ils font souvent allusion au sexe. Parmi les plus mémorables, nommons la séquence où Reiner raconte comment son amoureuse Malkina (Cameron Diaz) a fait l’amour au pare-brise de sa voiture.

Beaucoup de visages connus

Comme vous pouvez le constater, la distribution du film est très impressionnante. Je pense que la plupart des comédiens ne déçoivent pas et offrent une prestation nuancée.

Bien sûr, c’est Michael Fassbender qui a le plus grand rôle. Il joue à la perfection un matérialiste qui commence à perdre du jour au lendemain tout ce qu’il a. Cette descente aux enfers est très intéressante, surtout que le personnage qu’il joue est tout le contraire du héros stéréotypé d’Hollywood. Il ne va pas tenter de prendre les armes pour aller sauver sa douce. Il se contente d'assister à sa déchéance sans trop savoir quoi faire.

J’avoue cependant que j’aurais aimé voir un peu plus longtemps à l’écran Brad Pitt et surtout Penélope Cruz. Mais bon, c’est souvent ça qui arrive quand on a beaucoup d’acteurs dans un film. Tous ne peuvent pas tenir des rôles principaux.

Verdict

Si vous vous attendiez à aller voir Le conseiller pour son aspect suspense ou pour ses scènes d’action, vous allez être déçu. Ceux-ci n’occupent qu’une petite partie du long métrage. Dans le cas contraire, si vous êtes un adepte des dialogues, un peu comme au théâtre, vous devriez apprécier davantage Le conseiller, même s’il ne s’agit pas du meilleur film de Ridley Scott.

Cote : 2,5 étoiles sur 5 

Source image : 20th Century Fox

Suivez Philippe Michaud sur Twitter via @Micph

Commentaires