Vous êtes des moutons. Voilà, c'est dit. Vous n'êtes que des petits moutons et vous attendez qu'un berger vous dise quoi faire, où aller, quoi penser ou quoi manger. N'en avez-vous pas assez? Ne voulez-vous pas devenir le propre berger de votre vie? Arrêter de vous fier aux autres constamment? Eh bien, faites-le.

La plupart du temps, lorsque je suis avec des amis, avec ma famille ou des inconnus, je joue l'avocat du diable. Dès lors qu'un ami affirme une position, une opinion ou une décision, je le confronte légèrement. Que ce soit avec un simple regard, un léger commentaire ou une question, j'ébranle un peu ses certitudes et affirme une nouvelle opinion, souvent inverse à la sienne.

Alors que je sais pertinemment qu'on pense que je fais ça uniquement parce que j'aime être le chef, que je veux décider ou que je veux être le dominant, par ego, la vérité est toute autre; c'est plutôt un petit test, trop souvent échoué. Alors que j'ai l'air de vouloir avoir raison, de vouloir décider, la réalité est plutôt que je rêve qu'on me tienne tête, j'espère de tout cœur que mon ami va me regarder droit dans les yeux et me dire « non ». Qu'il va se tenir debout, mettre ses foutues culottes et agir selon son propre code de vie.

Malheureusement, c'est rarement le cas. La plupart du temps, un simple regard douteux lancé est suffisant pour remettre en cause TOUTES les certitudes de quelqu'un. Et chaque fois, je suis tristement déçu.

Comment se fait-il qu'un simple regard d'un unique individu puisse être suffisant pour remettre en cause votre vie, votre décision ou votre opinion? Un humain sur 7 milliards, c'est tout ce que ça vous prend pour vous remettre en question? Un seul regard extérieur? Une seule remarque?

Vous êtes un mouton.

Un « suiveux », un mou, un faible, un « pas-de-colonne ». Oui, je dis ça juste pour vous provoquer, et j'espère que ça marche.

Vous voulez avoir une vie passionnante? Eh bien, pour ce faire, il faut d'abord que vous soyez le chef de votre vie, que vous arrêtiez d'être influencé par tout le monde et que vous décidiez par vous-même ce que vous voulez et ne voulez pas.

Lorsque je sors dans un bar avec des amis pour ma fête, je sais ce que je veux. Ce soir, je vais boire DEUX verres, point final. Vous voyez d'avance le tableau. C'est ma fête, j'ai plein d'ami(e)s avec moi, donc tout le monde veut me faire boire (d'ailleurs, je n'ai jamais compris le lien entre l'alcool et la célébration d'événements, mais bon, passons). Cependant, après mes deux verres, c'est terminé. Ils ont beau me pousser, me proposer de m'en payer, me traiter de peureux, de « pas game », me dire « come on », ils ont beau faire absolument n'importe quoi, je ne changerai JAMAIS d'avis. Ils n'ont aucune chance.

Pourquoi? Parce que moi, je ne me soûle pas. C'est quelque chose que je trouve très important dans ma vie. Un code de vie que je me suis imposé, par conviction et donc, je le suis à la lettre, point final.

Évidemment, je ne vous dis pas de vous mettre des œillères et de ne jamais changer d'avis sur rien. Je ne vous conseille pas d'argumenter aveuglément sans voir les autres opinions possibles. Seulement, ne changez pas d'avis parce que quelqu'un vous dit de le faire. Ne vous sentez pas ébranlé dans votre identité parce que quelqu'un n'est pas d'accord avec vous. Soyez maître de vous et de votre propre vie. Écoutez les opinions des autres, mais ne changez la vôtre QUE si vous le voulez vraiment. La décision, toute décision, doit venir de l'intérieur et non de l'extérieur. Libérez-vous.

Comment faire?

D'abord, pour se tenir debout et s'affirmer, encore faut-il savoir qui nous sommes et ce que nous voulons. Comment voulez-vous affirmer une opinion que vous ne connaissez même pas? C'est comme demander à des agents de sécurité de défendre une banque complètement vide; absurde. Évidemment qu'ils vont foutre le camp dès qu'on les menace; ils ne perdront pas la vie pour défendre de l'air.

La solution est si simple que je suis étonné que personne ne le fasse. Vous vous asseyez, un jour, devant une feuille de papier et un crayon, puis vous écrivez très exactement ce que vous voulez et ce que vous ne voulez pas : vos valeurs, ce que vous voulez devenir, ce que vous voulez changer, les comportements que vous voulez effacer de votre vie, les qualités que vous voulez acquérir... tout. Écrivez absolument tout ce que vous voulez être. Comme on dit : « Les paroles s'envolent, les écrits restent. »

Dire à haute voix : « Je veux maigrir », « Je ne veux plus fumer », « Je ne veux plus boire d'alcool », c'est bien gentil, c'est bien facile, mais ce n'est pas concret. C'est futile, du « je-veux-bien », des belles paroles pour avoir l'air intelligent, pour se donner l'illusion qu'on fait un travail sur soi, qu'on prend des décisions, mais il n'en est rien, c'est tout ce que c'est, des paroles. C'est flou, c'est incertain, et ça va disparaître de votre esprit aussi vite que c'est arrivé.

En écrivant très clairement ce que vous voulez être en tant que personne, vos opinions, vos valeurs, puis ce que vous ne voulez pas, vous faites déjà quelque chose, ce qui est déjà plus que ce que vous faisiez en parlant dans le vide. Car c'est dans l'action que les choses changent. Également, le fait de l'écrire va le graver dans votre esprit, bien plus qu'en le disant simplement. Une fois la feuille terminée, vous pouvez la photocopier et la coller partout, dans votre chambre, dans votre salon, la mettre en fond d'écran de votre téléphone ou de votre ordinateur; bref, la mettre partout pour constamment vous rappeler vos objectifs, vous rappeler ce que vous voulez et ce que vous ne voulez pas, puisqu'il semblerait que vous n'êtes pas capable de vous en rappeler par vous-même.

Et ensuite? VOUS VOUS Y TENEZ.

C'est tout, il n'y a pas de truc secret. Maintenant que vous savez ce que vous voulez et ce que vous ne voulez pas, agissez en conséquence. Soyez un roc imperturbable, sur lequel les vagues viennent se briser. Un pilier solide, le pilier de votre vie. Prenez ces culottes qui traînent depuis longtemps à vos pieds, remontez-les et attachez-les solidement!

ATTENTION : Évidemment, comme je vous l'ai déjà dit, ne devenez pas fermé d'esprit ou obstiné. Écoutez les autres, étudiez leurs propositions, leurs opinions et, si elles vous plaisent, adoptez-les, mais seulement parce que VOUS l'aurez décidé. L'important est là. Ne soyez pas influençable, mais soyez attentif; c'est une nuance qui vous sauvera la vie!

Source(s) image(s):
Rei Momo

Commentaires