BOUTIQUE ADG
BORNES ÉLECTRIQUES

Dans le domaine littéraire québécois, on attendait avec une certaine impatience la première œuvre issue de la collaboration de l’écrivaine India Desjardins et de l’illustrateur Pascal Blanchet. Il en résulte un conte de Noël qui, malgré les apparences, s’adresse bel et bien aux adultes. Découvrez notre critique du « Noël de Marguerite ».

Renoncer aux festivités de Noël

Marguerite est une dame qui a plus de 80 ans et qui habite encore chez elle. Veuve, elle a vu partir, au cours de sa longue existence, beaucoup de gens qu’elle aimait. Elle sait qu’elle sera bientôt la prochaine.

Depuis quelque temps, elle ne fête plus Noël. Elle préfère rester confortablement chez elle à regarder ses émissions de télévision et à manger son repas surgelé spécial temps des fêtes. Comme ça, elle est sûre qu’elle ne va pas tomber en sortant ou encore se faire voler par un malfrat. En fait, tout ce qu’elle fait pour souligner les fêtes de fin d’année est d’allumer la couronne placée dans sa fenêtre. D'ailleurs, elle la laisse là à l’année étant donné que ça lui demande trop d’effort de l’enlever.

Un conte de Noël pour adultes

Comme le soulignaient elles-mêmes les Éditions de la Pastèque sur son compte Facebook, Le Noël de Marguerite est un livre de tous âges qui s'adresse d'abord aux adultes. Je ne dis pas que les enfants ne vont pas apprécier, mais disons que les plus jeunes risquent d'être moins interpellés par certains sujets traités dans ce livre.

Car il faut préciser que cet ouvrage de Desjardins-Blanchet traite de thèmes un peu plus matures, comme le vieillissement et la solitude. Ils sont cependant abordés d’une manière intelligente, de sorte que l'on n'est pas déprimé après notre lecture. L’héroïne, qui nous semble encore saine d’esprit, est bien sûr attachante (certaines de ses répliques empreintes de naïveté sont croustillantes), sans pour autant que l’on soit obligé d’éprouver de la pitié pour elle.

Parce que si elle veut rester seule le 24 décembre au soir, c’est par choix. Elle a des enfants et des petits-enfants, et ne souhaite pas les voir tout simplement pour ne pas les empêcher d’avoir du plaisir lors de cet événement important. On pourrait presque dire qu’elle ne désire pas être un fardeau pour eux.

Évidemment, il est impossible d’éprouver du plaisir en voyant une vieille femme passer ce moment de réjouissance seule. Par ailleurs, Desjardins ne fait jamais l’erreur de tomber dans le mélodrame ou de chercher à tout prix à nous faire verser une larme. La fin de ce conte de Noël est heureuse et bourrée d’espoir. Marguerite va, en effet, rencontrer des gens qui lui feront voir la vie différemment. Je ne vous en dis pas plus, pour ne pas vous gâcher la surprise.

L’image accompagne ici parfaitement le texte. Pour Le Noël de Marguerite, Pascal Blanchet a privilégié un style, certes rétro, mais plutôt coloré. Il permet aussi paradoxalement d’adoucir certains passages un peu durs de l’histoire. Personnellement, j'ai adoré.

La mise en page reprend, quant à elle, un peu ce qui avait été fait dans Mon ami Bao et adopte le style d’un conte, ce qui n’est pas une grande surprise.

Verdict

Ce serait un crime de bouder Le Noël de Marguerite en croyant qu'il s'agit d'un livre destiné uniquement aux enfants. India Desjardins et Pascal Blanchet signent ici une fort belle œuvre sur un aspect parfois méconnu des célébrations du temps des fêtes – la solitude chez les personnes âgées –, sans pour autant tomber dans les stéréotypes. Nous espérons qu’ils vont collaborer de nouveau dans l’avenir!

Cote : 4 étoiles sur 5

Source(s) image(s):
Les Éditions de la Pastèque

Commentaires