BORNES ÉLECTRIQUES

Patrick Roy et sa troupe recevaient les Canadiens de Montréal à leur domicile à l’occasion du premier affrontement entre les deux clubs depuis le 15 octobre 2011. Le Tricolore, qui n’avait pas battu l’Avalanche depuis la date du 13 février 2009, a été incapable de renverser la vapeur, s’inclinant 4-1, en raison d’une comédie d’erreurs défensives en fin de match.

Cliquez ici pour voir la formation qu’alignaient les deux entraîneurs-chef lors de ce duel…

Le match d’hier signifiait aussi le retour au jeu de l’ailier gauche Max Pacioretty, lui qui s’était absenté pour une période de neuf matchs en raison d’une élongation aux muscles ischio-jambiers de la cuisse gauche. Celui que l’on surnomme Wolverine quant à sa rapidité de récupérer suite à des blessures n’était toutefois pas à 100% et ne semblait pas très à l’aise sur la patinoire.

Peter Budaj était d’office devant la cage des Canadiens de Montréal, mais contrairement à ses deux premiers départs où il n’avait alloué qu’un seul but, cette rencontre a été beaucoup plus difficile pour lui.
 

Première période

Le premier engagement fut le plus calme des trois, alors qu’aucun but n’a été marqué d’un côté comme de l’autre. L’essentiel de l’action se sera déroulé lorsque Ryan White et George Parros vont, coup sur coup, jeter les gants respectivement devant Cody McLeod et Patrick Bordeleau.

Outre la robustesse, le premier vingt a aussi été marqué par un jeu rapide et intense qui a mené à plusieurs occasions de marquer d’un côté comme de l’autre. Les deux défensives ont laissé beaucoup d’espace de manœuvre aux attaquants adverses, mais le brio des gardiens de but n’a permis aucun but.
 

Deuxième période

Les deux équipes poursuivent dans la même optique que lors de la première période jusqu’à ce que le cadran indique une douzaine de minutes. À ce moment, le capitaine Gabriel Landeskog va profiter, dès son entrée sur la patinoire, du cafouillage de Douglas Murray pour se faufiler en zone du CH avant de décocher un tir frappé violent dans la partie supérieure du filet qui trompera la vigilance de Peter Budaj.

Les hommes de Michel Therrien essaieront de répliquer à ce but avant la fin du deuxième engagement, mais en vain.
 

Troisième période

Le dernier tiers aura été l’histoire de quatre buts. Le premier de ceux-ci proviendra de la palette de Brendan Gallagher qui profitera d’un retour de lancer accordé par Jean-Sébastien Giguère pour pousser le disque au fond du filet. Alex Galchenyuk récolte sa 9e mention d’aide de la saison, alors que pour Subban, – tenez-vous bien – c’est sa onzième de la campagne!

L’égalité ne persistera pas longtemps. Moins de cinq minutes plus tard, Nathan MacKinnon profitera d’un retour généreux de la part du gardien auxiliaire du CH pour pousser la rondelle du revers, au fond du filet. C’est un deuxième cette saison pour la recrue de l’Avalanche. Sur la séquence, P.K. Subban a complètement oublié MacKinnon devant son propre filet.

Une autre erreur de P.K. Subban mènera au troisième but du Colorado. Cette fois, c’est Ryan O’Reilly qui va profiter d’une passe complètement ratée du numéro 76, qui était destinée vers Markov derrière son propre filet, pour contourner la cage de Budaj et battre celui-ci d’un tir du poignet.

Pierre-Alexandre Parenteau va compléter la marque dans un filet désert, alors qu’il reste moins d’une minute à jouer. Les hommes de Patrick Roy l’emporteront par la marque de 4-1.

Gabriel Landeskog, fort d’une récolte d’un but et d’une mention d’assistance, en plus d’avoir dirigé six tirs au filet, sera crédité de la première étoile du match. Le gardien Jean-Sébastien Giguère, lui, obtiendra de la deuxième étoile avec un taux d’efficacité de 96,7%, alors que Nathan MacKinnon se verra décerner la troisième étoile de la rencontre.
 

Résumé en images

 

Analyse

- Michel Therrien a ouvertement critiqué son mécontentement par rapport aux erreurs de Subban. Voici ses propos : « Deux mauvaises exécutions d'un défenseur: la mauvaise couverture sur un retour de lancer et un revirement... Ça coûté le match dans le fond. C'est ça qui est décevant, l'effort était là, les gars sont déterminés. Deux mauvaises exécutions coûtent le match. »

- Malgré ses lacunes défensives au cours de ce match, Subban a récolté un autre point, ce qui lui profère le premier rang des marqueurs de la LNH chez les défenseurs. Therrien met-il trop de pression sur son meilleur défenseur pour qu’il soit le plus « complet » possible?

- Connaissant sa pire saison en carrière jusqu’à maintenant, David Desharnais a été cloué au banc lors de la troisième période. Celui-ci a été envoyé sur la patinoire l’instant de trois présences, pour 2:36 de temps de glace.

- Michel Therrien a brassé ses cartes en milieu de deuxième période, ce qui nous a notamment permis de voir Alex Galchenyuk évoluer dans la position de centre. Personnellement, j’ai bien apprécié ce que j’ai vu.

- Subban, Markov et Eller ont tous les trois terminé la rencontre avec un différentiel de -3.

- Sans Blunden, le quatrième trio aura été le seul à ne pas cumuler de différentiel négatif. En plus des combats de Parros et White, on peut dire mission accomplie pour les trois hommes.

Source(s) image(s):
Agence QMI

Commentaires