Écarté de l’alignement des Canadiens de Montréal durant la totalité des séries éliminatoires de la saison dernière, ainsi que lors du premier quart de la saison 2013-2014 à cause d’une blessure à un genou que lui avait infligée Milan Lucic le 6 avril dernier, Alexei Emelin nous rappelle aujourd’hui à quel point il avait manqué au CH!

Je me rappelle très bien qu’après l’élimination du Tricolore des séries de 2012-2013, baissant pavillon en cinq parties devant les Sénateurs d’Ottawa, on a longtemps parlé qu’Emelin avait cruellement manqué à la brigade défensive de l’équipe. Avec raison.

Le défenseur d’origine russe est sans contredit le joueur le plus robuste de la Sainte-Flanelle et certainement un des plus fiables en défensive. Cadrant très bien dans son rôle de 4e défenseur, il est selon moi l’élément qui a expliqué les bons moments des Canadiens lors des quatre dernières parties.

Je vais vous étaler quelques statistiques qui parlent d’elles même…

- Fiche des Canadiens sous l’ère Michel Therrien lorsqu’Alexei Emelin est en uniforme : 29-9-5
- Fiche des Canadiens sous l’ère Michel Therrien lorsqu’Alexei Emelin n’est pas en uniforme : 15-18-2

NOTE : « L’ère Therrien » a commencé lors du premier match de la saison 2012-2013 et est encore en vigueur en ce moment. Les statistiques que vous voyez font donc foi de la saison 2012-2013 en entier, des séries éliminatoires, ainsi que des 24 premiers matchs de la campagne de 2014-2015.

Des chiffres qui choquent… Malgré la relève prometteuse à la ligne bleue en Pateryn, Tinordi, Nygren et Beaulieu, cela prouve que le Tricolore manque cruellement de profondeur à la défensive.

Durant l’absence de plus de sept mois d’Emelin, Jarred Tinordi, Greg Pateryn, Nathan Beaulieu et Douglas Murray ont tour à tour revêtu l’uniforme du CH en tant que remplaçants. Avec les chiffres que je vous ai présentés précédemment, nous pouvons avec certitude constaté qu’ils ont échoué à leur tâche.

Dans un autre ordre d’idée, une autre preuve évidente peut prouver que le numéro 74 est extrêmement important à son équipe est perceptible dans la moyenne de buts alloués :

- En 2013-2014, lorsqu’Emelin n’est pas dans la formation : 44 buts accordés (2,2 par match)
- En 2013-2014, lorsqu’Emelin est dans la formation : 7 buts accordés (1,75 par match)

De plus, dans la statistique précédente, il faut prendre en compte qu’Emelin a été en uniforme face à deux puissances à l’attaque : les Penguins (2,83 buts par matchs – 8e rang LNH) et les Capitals (2,79 buts par matchs – 9e rang LNH).

Un signe évident pour Marc Bergevin

Depuis deux ans déjà, on spécule sur la possibilité des Canadiens de signer un gros défenseur robuste. Le directeur-général de l’équipe ouvrira-t-il les yeux avec le dossier Alexei Emelin?

Évidemment, il serait très étonnant de voir Marc Bergevin transiger pour un défenseur durant la saison, sachant que Douglas Murray est sur la passerelle durant la majorité des matchs et que Davis Drewiske finira par revenir de sa blessure. Sans compter que Tinordi, Beaulieu et Pateryn pourraient toujours venir prêter main-forte à un quelconque moment dans la saison.

Ainsi, je ne serais pas surpris que la recherche d’un 4e, 5e, ou 6e défenseur à caractère robuste constitue sa priorité première durant la saison estivale.

Source(s) image(s):
Agence QMI

Commentaires