La cause de bien des inconforts ou de signes et symptômes qui se montrent le bout du nez de temps à autre repose souvent sur de simples actions ou éléments présents dans notre quotidien. Cela signifie que nous avons une part de responsabilité à jouer dans notre condition et que si nous sommes en mesure d’identifier certains de ces irritants, nous serons en mesure de contrôler une partie des conséquences qui y sont associées. Voici donc, pour vous aider dans votre quête d’une meilleure santé, une liste des irritants les plus fréquents.

Le sommeil

La qualité du sommeil a une influence sur vos inconforts ou vos douleurs. Le choix d’un matelas et d’une position de sommeil adéquats est primordial, tout comme le sont la durée et la profondeur du sommeil. Instaurez une routine avant d’aller au lit. Ajustez convenablement votre oreiller et variez le côté sur lequel vous dormez afin d’éviter les positions qui risquent de créer des tensions musculaires au lever. Pour plus d’informations à ce sujet, je vous suggère mon article « Mieux dormir pour être en santé ».

L’effort physique

Le stress physique ou les mauvaises techniques de levage conduiront inévitablement à des douleurs et des troubles musculosquelettiques chroniques (ex. : tendinites, arthrose). Si vous avez un travail manuel, trouvez des moyens pour diminuer ou du moins contrôler les impacts de ce type de travail sur votre corps, puis maintenez-vous en bonne forme physique. Vous pouvez aussi recourir à des séances régulières en thérapie manuelle et prendre l’habitude de faire des exercices d’étirement. Apprenez également à utiliser votre corps correctement lorsque vous travaillez et n’oubliez pas, si vous êtes actif, que l’activité physique en soi est aussi un stress qui s’accumule avec le temps et qu’il faut prévoir des moments pour relâcher.

Le poste de travail

Il va de soi que même les postes de travail qui ne sont pas physiques peuvent aussi être irritants. Adoptez de bonnes attitudes posturales et, au besoin, n’hésitez pas à faire appel à des services en ergonomie pour adapter votre poste en conséquence.

Le stress

Évidemment, le stress psychologique est un irritant incontournable. Même s’il peut parfois être difficile de contrôler un comportement anxieux ou de se défaire de certaines responsabilités, vous pouvez tout de même faire certaines choses. Consulter ou faire de la méditation, par exemple, peuvent être des solutions; il n’en tient qu’à vous de trouver ce qui peut vous aider personnellement.

La sédentarité

Le simple fait de passer la majeure partie de la journée assis, immobile ou à ne rien faire est suffisant pour déclencher des douleurs. L’ankylose entraîne l’ankylose et avec elle vient la perte des capacités de l’organisme. Levez-vous aussi souvent que possible et prenez l’habitude de faire régulièrement de l’activité physique.

La conduite

Beaucoup de gens ajustent mal leur siège de voiture. Ce dernier ne devrait pas être trop incliné vers l’arrière et vous devriez être en mesure d’appuyer votre tête sur l'appui-tête, tout en gardant une flexion au coude lorsque les mains sont sur le volant.

Le cellulaire

Qu’on parle des émissions d’ondes ou des douleurs à la main et aux doigts liées à la manipulation (ex. : messages textes), il ne faut pas nier les effets néfastes des téléphones portables. Afin de diminuer les répercussions sur l’organisme, je vous suggère entre autres ne pas porter votre téléphone près des organes génitaux, de le tenir loin du lit le soir ou de le mettre en mode « avion » pendant la nuit, de faire de temps en temps des étirements pour le poignet et la main et, évidemment, de ne pas l’utiliser au volant!

L’ordinateur portable

Si vous transportez votre ordinateur ou tout autre équipement sur vous lors de vos déplacements, vous êtes susceptible de ressentir des tensions et des douleurs. Répartissez correctement le contenu de vos sacs. Idéalement, portez votre sac sur les deux épaules ou en bandoulière s’il s’agit d’un sac à courroie.

Le portefeuille

Votre portefeuille peut être une source de douleur si vous avez tendance à le garder dans la poche arrière de votre pantalon, alors qu’il peut engendrer des irradiations dans la jambe par compression des muscles et nerfs avoisinants. La solution est simple, retirez-le de votre poche avant de vous asseoir!

Le jeûne

Sauter des repas entraîne plusieurs choses, dont des fluctuations hormonales (ex. : glycémie), de la fatigue et des maux de tête. Le déjeuner est particulièrement important à ce niveau. Prenez l’habitude de diviser en petites portions votre apport et de bien le répartir au cours de la journée. Mon article « Comment partir la journée du bon pied! » donne quelques conseils à ce sujet.

Les allergènes

De plus en plus on parle des intolérances alimentaires et de leurs répercussions sur le corps. Les personnes plus sujettes à l’inflammation ou plus sensibles en ce qui a trait à la digestion devraient porter une attention particulière à cet aspect. Si vous soupçonnez votre alimentation comme étant l’une des causes de vos inconforts, faites simplement le test en soustrayant les aliments en question et en notant les résultats. J’aborde ce sujet plus en profondeur dans mon article « Se débarrasser de l’inflammation par l’alimentation ».

Les boissons

J’ai déjà abordé le sujet des irritants présents dans l’alimentation et les boissons dans mes articles « Le choix d’une bonne boisson énergétique » et « 5 trucs pour perdre de la bedaine ». Évidemment, l’alcool ne pardonne pas, mais il faut aussi penser à l’abus de boissons gazeuses et aux stimulants comme le café. Limitez au moins votre consommation si vous ne voulez pas éliminer complètement l’irritant en question.

Les chaussures

Le port de chaussures mal adaptées peut évidemment s’avérer un irritant important. Que ce soit au niveau du pied en tant que tel ou de ses répercussions sur la posture, il ne faut pas prendre cet aspect à la légère. Je recommande par ailleurs à mes clients d’enlever leurs chaussures aussi souvent que possible pour faire travailler le pied et éviter l’ankylose.

Les yeux

La fatigue oculaire entraînée par l’ordinateur, la luminosité, la conduite, la lecture et le travail minutieux est aussi un facteur à considérer. Prenez l’habitude de reposer ou de stimuler vos yeux régulièrement en les fermant quelques instants ou en regardant au loin. Consultez un ophtalmologiste ou un optométriste au besoin.

Les dents

Tout comme les yeux et les pieds, les dents ont une incidence sur la posture et les tensions musculaires. Tout ce qui sollicite la mâchoire, comme forcer physiquement, parler beaucoup ou mâcher de la gomme, peut ainsi engendrer ou entretenir des troubles fonctionnels. Il existe par ailleurs un lien neurologique entre la préhension des mains et le fait de serrer la mâchoire, ce qui signifie que si vous avez un travail qui implique une certaine force manuelle, vous êtes susceptible d’avoir des tensions à ce niveau. Une mâchoire endolorie peut entre autres entraîner des maux de tête et des troubles de vision. Masser les muscles de l’avant-bras et de la mâchoire et porter un protecteur buccal sont des solutions envisageables. Parlez-en également à votre dentiste si vous en ressentez le besoin.

La météo

Certaines personnes, comme celles souffrant de troubles articulaires ou inflammatoires, semblent plus sensibles aux changements de température. La luminosité extérieure est également reconnue comme un facteur influençant l’humeur et l’énergie. Évidemment, vous ne pouvez pas contrôler la météo. En revanche, vous pouvez prendre des précautions particulières. Porter attention à l’inflammation et à l’hydratation sont des exemples d’actions qui peuvent jouer en votre faveur.

Le bras de fer

Je l’écris parce que ceci est un site de « gars » et, bien que je ne comprenne pas pourquoi, il y a encore des machos qui pensent que la masculinité et la force se testent au bras de fer sur la table de cuisine! Non seulement c’est tout à fait absurde, mais en plus, ça ne fait que causer des gens qui appellent des thérapeutes comme moi le lendemain matin pour une douleur aiguë au bas du coude. Et je m’excuse mais à moins d’être tout juste décongelé des années 80 ou d’être un marin d’eau douce complètement isolé de tout contact avec la civilisation, vous n’avez aucune excuse pour votre comportement néandertalien. La solution est simple, rangez vos massues et trouvez-vous autre chose à faire.

En terminant, je vous suggère également la lecture de mes articles « Gérer et vivre avec la douleur chronique » et « Est-ce une douleur aiguë ou une douleur chronique? » si vous voulez approfondir vos connaissances sur les sources de douleur plus physique ou en lien avec les troubles musculosquelettiques.

Source(s) image(s):
images.sodahead.com

Commentaires