BORNES ÉLECTRIQUES

Nissan a repositionné la Versa dans sa gamme de produits. Proposée à prix plus modique que lors de son introduction il y a quelques années, cette voiture se montre à la fois aussi pratique qu’avant, mais moins intéressante. Intéressant paradoxe.

Lorsque la Versa a été introduite en 2006 (modèle 2007), la presse avait unanimement encensé le modèle. Et avec raison! La qualité de cette bagnole était telle qu’elle se retrouvait presque dans une classe à part à l’intérieur de son segment. En prime, elle proposait un agrément de conduite certain, doublé d’un niveau de confort étonnant pour la catégorie. 

Bref, Nissan venait d’accoucher d’une valeur sûre. Tellement qu’on a craint alors pour l’avenir de la Sentra. 

C’est donc avec anticipation que la deuxième génération de modèle était attendue. 

Son introduction s’est faite en deux temps : la berline d’abord, le modèle à hayon ensuite. 

Première déception

Si vous avez déjà lu une critique à propos de la version berline, vous aurez souvenir de commentaires peu élogieux à son endroit. En gros, Nissan a coupé dans sa qualité afin d’être capable de l’offrir à prix plus modique, point à la ligne.

On l’a repositionnée dans la gamme, disons. Jusque-là, aucun problème; on comprend la stratégie. Ce qui a fait mal, c’est d’avoir sabré là où la voiture se démarquait face à la concurrence : confort, qualité des matériaux, rigueur de l’assemblage, etc.  

Bref, on a nivelé par le bas. 

Mi-figue, mi-raisin

Il s’est écoulé plus d’une année entre l’introduction de la berline et celle du modèle à hayon. Suffisamment pour qu’on puisse corriger le tir chez Nissan. Ç’a été partiellement fait. 

Ainsi, la version à hayon, la Note, est plus intéressante que la berline, mais soyons clairs sur une chose : elle n’est pas supérieure à sa devancière. Elle demeure pratique et spacieuse, merci à un aménagement intérieur bien pensé (espace pour les passagers arrière et volume du coffre). Au plan de la conduite, cependant, elle n’offre pas la stabilité à laquelle nous avions été habitués avec l’ancienne Versa. 

Par journées de grands vents, agrippez-vous après le volant! Quant au confort, il est étroitement relié à l’état de la chaussée; une très mauvaise nouvelle pour les conducteurs québécois. 

L’insonorité demeure correcte, mais est entachée par les lamentations du moteur lorsqu’on roule au-delà de 100 km/h. C’est le cas pour la version à boîte manuelle que nous avons essayée. À cette vitesse, le régime moteur est de 3000 tr/min. Ajoutez 20 km/h et l’aiguille du compte-tours atteint les 3500 tours. 

Il manque un sixième rapport à la boîte, de toute évidence. En conséquence, si vous prévoyez faire des trajets d’autoroute à bord de cette voiture, on doit accorder la priorité aux versions dotées de la boîte automatique CVT. 

Un certain plaisir

Au volant, un certain plaisir est au rendez-vous. La Versa Note, qui est équipée d’un quatre-cylindres de 1,6 litre développant 109 chevaux, n’est pas une voiture puissante. Cependant, considérant son poids d’environ 1100 kilos, elle se démène bien, demeure agile et se manie avec aisance. On préfère toutefois se faufiler en milieu urbain avec elle plutôt qu’à grande vitesse. À ce titre, il s’agit d’une véritable citadine. 

C’est tout le plaisir qu’on a à bord, toutefois. La présentation est tristounette et la qualité de l’ensemble, très moyenne. D’ailleurs, peu après son lancement, elle faisait l’objet d’un rappel justement lié à la qualité d’assemblage de certaines pièces. 

Quant à notre modèle d’essai, il craquait de partout lorsque le mercure est descendu sous zéro; rien de rassurant. Au niveau du confort, c’est juste correct. Disons que le design des sièges ne plaira pas à tous les gabarits. 

Conclusion

En somme, si vous voyez l’automobile comme un simple moyen de rallier le point B à partir du point A, la Versa Note pourrait vous intéresser en raison de son prix de vente alléchant. 

En revanche, si vous aimez prendre le volant d’une voiture, on doit vous inviter, à tout le moins, à vérifier ce que la concurrence offre. 

On n’a pas nivelé par le bas avec la version à hayon de la Versa, mais plutôt par le centre. À vous de voir si ça vous convient. 

L’essentiel

Marque : Nissan
Modèle : Versa Note
Prix de base : 13 348 $
Prix de la version essayée : 18 815 $
Moteur : quatre-cylindres, 1,6 litre
Boîte de vitesses : manuelle à cinq rapports
Puissance : 109 chevaux à 6000 tr/min
Couple : 107 livres-pieds à 4400 tr/min
Consommation enregistrée : 6,3 litres aux 100 kilomètres
Principaux concurrents : Chevrolet Sonic, Ford Fiesta, Honda Fit, Hyundai Accent, Kia Rio, Mazda 2, Toyota Yaris

On aime :

- Consommation 
- Design réussi
- Conduite amusante
- Espace généreux

On aime moins :

- Présentation intérieure morne
- Grande sensibilité aux vents latéraux
- Qualité de construction douteuse
- Boîte manuelle à cinq rapports seulement 

Source(s) image(s):
Nissan

Commentaires