Les dinosaures ne cessent de charmer les hommes. Pour s’en convaincre, on n’a qu’à citer le nombre impressionnant d’ouvrages, d’expositions ou de films mettant en vedette ces créatures maintenant disparues. « Sur la terre des dinosaures : le film 3D » (version française de « Walking with Dinosaurs 3D ») est la dernière œuvre s’intéressant à ces animaux.

Entre divertissement et éducation

Contrairement à ce que le titre pourrait laisser croire, Sur la terre des dinosaures : le film 3D n’est pas un documentaire au sens strict. Bien sûr, sa mission est d’éduquer le public (les jeunes surtout) sur les dinosaures, mais les réalisateurs Barry Cook et Neil Nightingale ont cru bon d’« humaniser » les choses.

Ainsi, avant de traiter des dinosaures, le long métrage nous présente une fillette et son frère en compagnie de leur oncle Zack (Karl Urban), un paléontologue qui essaie de leur transmettre sa passion pour les fouilles archéologiques. Si la petite fille est plus réceptive, l’adolescent, lui, n’est pas particulièrement passionné par ces êtres préhistoriques.

Mais heureusement, il va faire la rencontre d’un drôle d’oiseau (c’est le cas de le dire) qui va lui faire changer d’avis. Cette rencontre sera particulièrement importante pour la suite des choses, car c’est grâce à cet animal que nous pourrons reculer dans le temps et découvrir le merveilleux monde des dinosaures.

Un voyage dans le temps

Après cette brève introduction dans le monde réel, le film nous projette donc 70 millions d’années en arrière. L’histoire va tourner autour de Patchi, un pachyrhinosaure. On va suivre le sympathique dinosaure, de sa naissance juqu'à ce qu'il soit assez vieux pour élever sa famille.

Et quand je dis qu’il est sympathique, il l’est vraiment! En effet, Patchi (ainsi que plusieurs autres de ses amis) est capable de parler. Il est clair que cet aspect enlève de la crédibilité à l’œuvre, mais d'un autre côté, cela lui permet d’être plus accessible.

Car Sur la terre des dinosaures : le film 3D a d’abord été pensé pour un jeune public. Il est  évident que les adultes vont apprendre eux aussi des choses sur ces créatures, mais certainement moins que s’il s’agissait d’un reportage plus « sérieux ». À ce propos, le film est saupoudré de blagues et de situations cocasses. Encore une fois, elles s’adressent surtout aux enfants.

En sachant cela, on comprend mieux l’utilité de certains éléments, comme l’introduction de quelques minutes se déroulant dans le monde réel. Il est clair que plusieurs la trouveront superflue, mais à mon avis, elle a été ajoutée pour interpeller les jeunes cinéphiles et leur permettre une meilleure immersion.  

Ils sont géants!

Par miracle, on n’a pas coupé les coins ronds sur la technique. Visuellement, le film n’a rien à envier aux autres productions. Les dinosaures semblent plus vrais que nature : la texture de leur peau est crédible, alors que l’on peut presque percevoir la vie au fond de leurs yeux.

Le long métrage est en fait un heureux mélange entre images réelles et images réalisées par ordinateur. Les dinosaures évoluent, en effet, dans un monde réel. Personnellement, je trouve qu’ils étaient bien à l’aise. On ne sentait aucune rupture ou presque entre monde imaginaire et réel.

Verdict   

Au final, Sur la terre des dinosaures : le film 3D est un film qui, par son aspect visuel de qualité, saura charmer les petits comme les grands. Cependant, ces derniers risquent parfois de rester sur leur faim par le nombre trop restreint d’informations transmises.

Cote : 3 étoiles sur 5

Sur la terre des dinosaures : le film 3D prend l'affiche le 20 décembre 2013. 

Suivez Philippe Michaud sur Twitter via @Micph. 

Source(s) image(s):
Les Films Seville

Commentaires