Nous avons tous grandi avec l’idée que, pour être en forme le lendemain, nous devons dormir nos 8 heures. Des études montrent que notre sommeil est plus compliqué que cette simple prémisse.

Dans notre société folle, le sommeil représente une problématique pour plusieurs. Avec le travail, le stress et les maladies, plusieurs ne dorment pas assez, alors que d'autres dorment trop. Eh oui! nous pouvons trop dormir! Selon une étude américaine, les gens dormant plus de 8 heures ou moins de 4,5 heures par nuit ont un taux de mortalité plus élevé de 12 à 15 %.

Alors, qu’est-ce qu’une nuit parfaite? D’après cette même étude, le taux de survie maximale est détenu par ceux qui dorment entre 6 et 7 heures. En fait, les dormeurs de 8 heures et plus courraient des risques accrus de cancers et de maladies cardiovasculaires. Curieusement, les périodes d’insomnie seraient moins dommageables à long terme que les longues nuits. Toutefois, les consommateurs de somnifères augmenteraient leur risque de mourir plus tôt.

Qu'en est-il des gens qui dorment peu? Si 65 % des gens dorment entre 7 et 8 heures, 10 % dorment 6 heures et moins. Même que les courtes nuits viennent souvent avec la réussite. La majorité des PDG et hauts dirigeants seraient de petits dormeurs. Dans ce monde compétitif, dormir peu serait même valorisé.

Leur secret est d’atteindre une plus grande efficacité de sommeil. Les heures les plus importantes seraient les premières, riches en sommeil lent profond, moment où a lieu la récupération physique. Les dernières heures représentent davantage le sommeil paradoxal, lieu de l’adaptation psychologique. Les petits dormeurs réussissent à tout condenser. Toutefois, tout le monde doit dormir un minimum de 4 heures.

Malgré tout, les courtes nuits peuvent entraîner des dangers. De façon chronique, nous risquons l’épuisement, l’irritabilité, le manque de concentration et une diminution du système immunitaire. Les cycles hormonaux sont également perturbés, ce qui augmente le risque de diabète, d'obésité et de maladies cardiovasculaires.

L’idéal est de trouver son rythme personnel, un rythme qui nous permet de nous réveiller en forme et de passer une bonne journée. Einstein dormait de 10 à 11 heures par nuit, tandis que Napoléon dormait 4 heures par nuit, mais faisait régulièrement des siestes.

-http://www.e-sante.be/dormir-ni-trop-ni-trop-peu-pour-vivre-plus-longtemps/actualite/369#paragraphe1

- http://www.lapresse.ca/vivre/sante/201312/06/01-4718454-les-petits-dormeurs-dominent-ils-le-monde.php

Source(s) image(s):

Commentaires