Vous connaissez sûrement de ces grandes citations philosophiques qui reviennent à répétition dans les films hollywoodiens et chez les commentateurs sportifs… Pas du genre « l’équipe qui marque le plus de buts est celle qui gagnera », mais plutôt « quand on veut, on peut ». À qui peut-on faire porter le chapeau pour ces clichés?

Juste à lire l’introduction, il est presque certain que de nombreux exemples vous sont venus en tête. Mais saviez-vous que le réel coupable dans bien des cas est la science?

Voici 5 clichés du sport qui s’avèrent exacts!

1- On apprécie plus une victoire après une défaite!

C’est avec une étude de près de 15 000 personnes que l’Université de la Colombie-Britannique a été en mesure de tirer la conclusion que les gens qui sont passés au travers d’épreuves difficiles ont une capacité d’apprécier les meilleurs moments 15 % plus élevée que la moyenne des gens. Il semblerait ainsi que ceux ayant connu plus d’adversité sont conscients que le calme vient souvent longtemps après la tempête, faisant en sorte qu’ils sont motivés à maximiser les bonnes occasions lorsqu’elles se présentent.

2- Être un leader-né.

Une étude menée auprès de 4000 jumeaux a été en mesure de conclure qu’il y aurait un gène lié au leadership, lequel serait responsable jusqu’à 25 % de la capacité de prise en charge des gens. Le reste serait cependant lié à l’éducation et aux différentes expériences vécues selon l’Université College London.

3- Pratiquer rend parfait.

Selon l’Université Southern California, pratiquer en alternance les habiletés mène à de meilleurs résultats qu’essayer de pratiquer une seule habileté particulière. Le fait de varier les types de pratiques et les conditions dans lesquelles elles sont réalisées permet au cerveau de perfectionner ses habiletés en lien avec les tâches motrices.

http://wpmedia.o.canada.com/2013/06/171460497_27458513.jpg?w=620

4- Tu apprends de tes erreurs.

Lorsqu’on est en train de répéter une erreur passée, le bas de la région temporale du cerveau émet un message d’alarme avant même qu'on soit conscient d’y penser. Il semblerait aussi que le cerveau emmagasine plus d’informations lors de prédictions erronées plutôt que correctes, selon l’Université d’Exeter.

http://i.telegraph.co.uk/multimedia/archive/02536/tiger_2536157b.jpg

5- L’avantage du terrain!

Une étude de Northeast University démontre que les équipes qui jouent à la maison gagnent dans plus de 60 % des cas. Les facteurs ayant de l’influence? Les joueurs sont habitués à leur environnement et aux variations qu’il peut y avoir, et les fans auraient une certaine influence sur le jugement des arbitres.

http://www.vancouversun.com/cms/binary/8915549.jpg

Source(s) image(s):
The Star
WP Media
Windsor Star
Telegraph
Vancouver Sun

Commentaires