Êtes-vous facilement affecté par les autres, par leurs commentaires, leurs paroles et leurs actes? Si oui, vous avez un problème. Réalisez que pratiquement toute votre vie, vous n'avez été que la marionnette des autres. Vous n'agissiez pas, vous réagissiez. Quelqu'un tire une corde, vous levez le poing. C'est assez.

Alors que dans cet article, j'ai parlé plus en détails du problème même de la marionnette sociale et du mindset, aujourd'hui, je développe davantage, avec vous, une technique efficace et compréhensible pour régler, une fois pour toutes, mais pas à pas, ce problème qui vous pourrit la vie, peut-être même sans que vous vous en aperceviez. Ensemble, on va reprendre ces larges et sales culottes qui traînent depuis des années à vos pieds, et on va les remonter, les attacher solidement, les brocher et les clouer à leur juste place. Terminées la paresse individuelle, la faiblesse de l'esprit et les fuites d'émotions gratuites, vous allez vous découvrir une personnalité et protéger cette mine d'or avec une forteresse indestructible, mais accessible.

 

La technique de la bonne forteresse

Je crois que la meilleure façon d'imager la technique que je vais vous expliquer, ou plutôt la façon de vivre que je vais tenter de vous partager, c'est avec une forteresse. Votre personnalité, qui vous êtes, votre volonté de faire des choix, vos tripes, votre coeur et votre richesse intérieure (oui, c'est cul-cul), c'est votre trésor. Les gars, si vous laissez votre trésor sur une plaine vide, sans protection, sans mur, sans rien ni personne pour le garder, qu'arrivera-t-il? On va vous piller. Oui, simplement. Sans que vous ne puissiez rien faire pour les en empêcher, les gens vont prendre ce qu'ils veulent en vous, vous feront réagir comme ils le souhaitent, vous voleront de l'énergie, vous tireront du jus, vous affecteront, et vous, faibles et incapables de vous défendre, vous vous ferez briser la gueule plus violemment que Hulk Hogan ne brise une chaise sur le dos de la nouvelle recrue de la lutte. Et ça, contrairement à notre gentil moustachu blondinet, ce n'est pas arrangé avec le gars des vues. Les gens vous affecteront vraiment, les obstacles vous heurteront, vous feront saigner, et ça va faire mal, très mal, de plus en plus mal.

Pourquoi la « bonne » forteresse? Parce qu'il y a, effectivement, une mauvaise forteresse. Comme tout dans la vie, trop, c'est comme pas assez, et avoir une forteresse trop épaisse peut vous nuire davantage que vous aider à vous solidifier. Mais nous verrons ça plus tard. Commençons.

 

Les murs

L'épaisseur des murs est très importante. Des murs trop fins seront facilement brisés, traversés, détruits par les violeurs d'esprits et vous serez facilement affectés par tout ce que les gens vous diront. Un mauvais commentaire et c'est la panique, on s'emporte, on se fâche, on perd le contrôle, comme un bébé de 2 ans qui pleure parce qu'on lui a simplement enlevé un jouet quelques secondes. Reprenez-vous, messieurs, vous devriez avoir honte de vous. Non, vraiment, arrêtez de lire un moment et ayez honte de vous. Je ne niaise pas, réagir tel un gros enfant gâté, être susceptible ou plaignard, c'est tout sauf honorable. Que penserait votre père de vous? Et votre grand-père? Il est temps de vous botter le cul, et de le faire assez violemment.

Inversement, des murs trop épais et c'est l'autre côté de la médaille. On s'enferme dans sa coquille, on ne laisse plus personne entrer, rien ne peut nous affecter, certes, mais on passe parfois pour un salopard, un inconscient, un égocentrique, un sociopathe ou simplement un con. D'autant plus que si rien ne peut entrer, rien ne peut sortir non plus. On garde tout pour nous et on sent lentement que personne ne nous écoute; cependant voilà, on ne parle à personne et on ne s'ouvre à personne. La forteresse devient de plus en plus un gros amas de pierres, difforme et sec. Et vous ne voulez pas cela...

 

Les portes

Il est important, dans cette solide forteresse que nous bâtissons ensemble, de penser à y mettre des portes. Car si on ne laisse jamais personne entrer pour partager nos richesses et notre trésor, on donne l'impression de n'être qu'une tête de mule, un idiot enfermé dans ses convictions qui ne voit pas plus loin que le bout de son nez. D'autant plus que nos relations seront désastreuses. Incapable de laisser une femme s'approcher de trop près, toujours un mur entre votre richesse intérieure et elle, elle s'ennuiera, se lassera de vous, vous crachera sur la gueule et ira vous tromper avec votre meilleur ami, qui lui, sera capable de lui ouvrir son cœur. Les portes sont donc importantes dans notre forteresse intérieure. Elles permettent d'ouvrir le chemin à ceux qui le méritent, à ceux à qui on le veut bien...

 

Les poignées de portes

Comprenez bien que les poignées de ces portes doivent être à l'intérieur, et non à l'extérieur de la forteresse. Sinon, cela revient à laisser toute votre personnalité et votre vulnérabilité seules, sur une plaine, sans personne ni rien pour les protéger. Vous devez choisir qui vous laissez entrer dans votre forteresse intérieure. Car si ne pas être affecté par les petits ennuis de la vie est important pour devenir quelqu'un de meilleur, ne pas être affecté par une femme qui vous dit qu'elle vous aime ou par le sourire d'un enfant ne vous apportera rien de bon, croyez-moi. Ne pas être affecté, ne pas être une marionnette, c'est un choix, et non une situation dans laquelle on se trouve par mégarde. On choisit de fermer la porte, puis on choisit de l'ouvrir. On décide de ne pas être affecté par le rejet d'une inconnue, d'en rire et de passer à autre chose, comme on décide d'ouvrir la porte en déroulant le tapis rouge à une femme extraordinaire, dont les yeux pétillent dès l'instant où elle nous voit. Celui qui tient la poignée, c'est vous, c'est votre choix, et c'est votre faute.

Qui vous êtes, ce que vous aimez, ce que vous pensez, ce que vous voulez et ce que vous désirez, cela vous appartient. Vos émotions, vos sentiments et vos réactions à l'univers qui vous entoure, cela vous appartient. Votre confiance, votre « gentlemanerie » et votre respect, cela vous appartient. Ne laissez jamais personne piller là-dedans sans invitation. Réalisez dès maintenant que vous êtes le Roi de votre propre vie, le seigneur du château et que rien ni personne n'a le droit de venir y marcher ni s'y installer sans votre consentement. Arrêtez de réagir constamment au monde qui vous entoure, commencez à agir. On s'en fout complètement de ce que les gens pensent de vous, que ce soit négatif ou positif.

Levez-vous droit, coupez ces fils dont les gens se servent depuis des années pour vous manipuler et posez une brique sur le sol : la première brique de votre forteresse. Reprenez votre pouvoir de Roi et commencez à protéger votre univers, votre réalité.

Source(s) image(s):
Love Brought Forth

Commentaires