BOUTIQUE ADG
BORNES ÉLECTRIQUES

Quand des moments significatifs comme Noël ou le jour de l’An se présentent, plusieurs ont la chance de se rassembler. L’opulence de la nourriture, des cadeaux et des soirées bien arrosées gravent plusieurs sourires aux visages de ceux qui ont la chance d’être entourés. Mais qu’en est-il des personnes seules qui doivent se contenter du rôle d’observateur? N'hésitez pas à partager ou à commenter les lignes qui suivent, car sans votre opinion, cette chronique n’a aucune valeur.

Situation

Alexis est triste depuis la mi-novembre. Dans les commerces, lorsque les citrouilles laissent place aux sapins de Noël, un sentiment de lourdeur s’empare de son corps. Il se sent amorphe, lent et manque d’énergie. Alexis est bien conscient que c’est parce que Noël se pointe encore une fois le bout du nez. Notre héros n’a jamais eu une relation très positive avec le temps des fêtes. À l’époque de l’école primaire, lorsqu’on lui faisait bricoler des pères Noël, il se demandait bien pourquoi ce gros salaud ne venait jamais le visiter. Alexis a peu de famille et n’a jamais vraiment été à l’aise à l’idée de souligner le temps des fêtes entre amis. Il en résulte donc, qu’année après année, il passe Noël et le jour de l’An seul, envieux du plaisir que les autres semblent avoir.

Explication

C’est dingue à quel point le temps des fêtes est significatif pour la majorité des Québécois. Avec raison, les familles nombreuses ont un plaisir fou à se rassembler pour confirmer à quel point il est important de garder contact. Même l’oncle trop « packté » qui commence à devenir franchement grossier ne réussit pas à gâcher la fête. Il est facile de conclure que ceux qui sont nés dans un arbre généalogique bien fourni doivent apprécier de se rassembler avec les leurs. À l’inverse, on peut aisément comprendre l’indigestion des gens qui sont seuls, soumis à se faire gaver de publicités et de films de Noël à répétition pour le temps des fêtes. Ce n'est pas que les gens seuls ne veulent pas s'amuser en famille comme tout le monde, mais simplement que la féérie laisse sa place à la jalousie.

Solution

Il est difficile pour les gens seuls de ne pas tomber dans le piège de l’envie. Afin de se recentrer sur les bonnes choses, posez-vous la question suivante : qui est l'être le plus important dans votre vie? Votre père, votre mère, votre frère, votre ami, votre cousin, votre conjoint, votre chien?  Pourquoi ne pas vous recentrer sur vous-même? Sans être désagréable ni toucher l’égocentrisme, il est essentiel que la personne qui soit la plus importante pour vous soit vous-même. Ainsi, afin de cesser de focaliser sur la joie des autres, centrez-vous sur les éléments qui font VOTRE bonheur; loisirs, intérêts, bonnes bouffes et passions seront en tout temps vos meilleurs alliés. Que vous soyez seul ou pas, en tout temps, n’oubliez pas de vous épanouir. Après tout, les gens heureux et positifs n’attirent-ils pas les autres?

Note à moi-même : Écrire sur la solitude versus l’isolement lors d’une prochaine chronique.

Au plaisir!

Source(s) image(s):
ADG

genMultiPaging($sharing['Uid']);?>

Commentaires