« Jack Ryan : Recrue dans l'ombre » (version française de « Jack Ryan: Shadow Recruit ») est la cinquième adaptation au grand écran du fameux personnage créé par le regretté Tom Clancy. Si les quatre autres étaient tirés de ses romans, ce film, réalisé par Kenneth Branagh, repose sur un scénario original qui ne met en scène que des personnages du romancier américain.

Nouveau visage

Dans cette nouvelle adaptation, c’est l’acteur Chris Pine – surtout connu pour son rôle du capitaine Kirk dans la nouvelle saga Star Trek – qui reprend le rôle de ce fameux agent de la CIA. Il faut dire que les attentes étaient élevées puisque avant lui, des acteurs prestigieux comme Alec Baldwin, Harrison Ford et Ben Affleck ont personnifié le personnage iconique.

Si vous n’avez pas aimé sa prestation dans les films de J. J. Abrams, ne vous attendez pas à une révolution ici. L’acteur de 33 ans est toujours aussi fougueux. On aime ou on n’aime pas. Personnellement, je n’ai pas vraiment été déçu par sa performance, surtout que l’on sent qu’il a fait de gros efforts pour s’affranchir du travail fait par ses prédécesseurs. Ce n’était pas une tâche facile, mais je pense qu’il s’en est tiré correctement.

Le suspense avant l'action

Comme beaucoup d’œuvres inspirées de l’univers de Tom Clancy, Jack Ryan : Recrue dans l'ombre est avant tout un thriller. Le volet suspense et espionnage prend beaucoup plus de place que l’action. D’ailleurs, le héros ici est loin d’être le héros typique du grand film d’action hollywoodien.

Jack Ryan est un ancien militaire qui a subi une grave blessure au dos en Afghanistan. Il a été recruté par la CIA non pas pour ses habiletés de guerrier, mais avant tout pour ses compétences d’analyste. Après avoir complété son doctorat, il est envoyé dans une firme de Wall Street pour secrètement enquêter sur des transactions nébuleuses.

Un bon jour, il découvre des anomalies provenant de comptes russes. La CIA l’envoie enquêter en personne à Moscou. Il y rencontre l’homme d’affaire Viktor Cherevin (Kenneth Branagh) qui semble ne pas vouloir tout dire à notre héros. Rapidement, Jack découvre qu’une attaque en sol américain est imminente et que s’il ne l’empêche pas, le visage des États-Unis pourrait changer à jamais. Pour ne rien arranger, sa fiancée (Keira Knightley) ,qui ne connaît rien de sa double vie, est venue le rejoindre en Russie. 

Le scénario de Jack Ryan : Recrue dans l'ombre ne va pas créer une révolution dans le domaine des adaptations de l’univers de Tom Clancy. Pour ma part, j’ai préféré l’histoire d’autres adaptations comme celle de À la poursuite d'Octobre Rouge, qui est, à mon humble avis, presque impossible à battre. Par contre, si on le compare à ce qui se fait ailleurs au cinéma dans le domaine du film d’espionnage, le scénario coécrit par Adam Cozad, David Koepp, Anthony Peckham et Steven Zaillian ne s’en sort pas trop mal. J’ai toutefois trouvé le début un peu long et j’aurais aimé voir le héros montrer plus de signes de traumatisme en ce qui a trait à sa vieille blessure de guerre.

Kenneth Branagh, qui a une carrière brillante autant devant que derrière la caméra, s’en sort bien à la réalisation de ce long métrage, même si on se rappellera surtout ici de son rôle de méchant torturé qui n’a plus rien à perdre. On pourrait, bien sûr, reprocher au personnage de Viktor Cherevin de tomber un peu dans le cliché du méchant russe. Mais bon, chaque fois que le méchant est russe, on dit que c’est cliché. À mon sens, je pense que cet antagoniste colle parfaitement à l’univers de Tom Clancy.

Verdict

Malgré un début un peu long et quelques autres petits défauts, Jack Ryan : Recrue dans l'ombre possède une intrigue bien ficelée qui plaira sans aucun doute aux amateurs de films d’espionnage. Personnellement, je n’aurais aucun problème à voir Chris Pine jouer de nouveau ce personnage mythique.

Cote : 3 étoiles sur 5

 

Jack Ryan : Recrue dans l'ombre prend l’affiche aujourd’hui. 

Source(s) image(s):
Paramount Pictures

Commentaires