Pour un parent, il n'y a rien de plus terrible que de perdre l'un de ses enfants. Ce qui est encore plus terrible, c'est de ne pas savoir ce qui lui est arrivé ou encore de ne pas connaître l'identité de son agresseur. Dans « Noeud du diable » (version française de « Devil's Knot »), Atom Egoyan propose de nous faire revivre une tragédie qui s'est produite dans les années 1990 aux États-Unis.

Le cauchemar de tout parent

On ne se le cachera pas, la prémisse de Noeud du diable est sordide. Basé sur des faits qui sont malheureusement réels, le film raconte l'histoire de trois petits garçons qui sont retrouvés morts dans un boisé à West Memphis en Arkansas, en 1993. Reese Witherspoon y incarne l'une des mères qui doivent, bien malgré elles, passer au travers de ce cauchemar pour tout parent.

Très tôt, la police trouve les supposés responsables de ce crime odieux : trois jeunes hommes soi-disant adeptes de la culture gothique. Les preuves qu'ils ont contre eux sont minces, mais qu'à cela ne tienne, ils sont coupables, c'est sûr. Après tout, ce sont des marginaux, ce qui signifie qu'ils ont sûrement quelque chose à cacher. De toute façon, il faut calmer l'opinion publique. D'ailleurs, aux yeux de cette petite communauté, ils sont déjà coupables.

Alors que tout semble jouer contre eux, un détective privé, Ron Lax (brillant Colin Firth), se propose de donner un coup de main aux avocats des adolescents, qui semblent tout simplement débordés par le nombre incalculable de preuves à analyser. Bien vite, il réalise que plusieurs éléments ont été laissés en suspens ou tout simplement écartés pour on ne sait quelle raison. Pourquoi les enquêteurs n'ont-ils pas creusé du côté de l'homme qui s'est retrouvé à la salle de bain d'un établissement de restauration rapide plein de sang peu de temps après les meurtres? Et pourquoi le témoignage de certaines personnes, qui a pourtant mené à l'arrestation des suspects, semble si peu convaincant? Bref, l'enquête (qui était plutôt une chasse aux sorcières) a été bâclée.

Procès et enquête

Heureusement, ce n'est pas le cas du film d'Atom Egoyan. Il aborde ces événements avec une certaine objectivité et ne prend pour aucun parti. D'ailleurs, lors des premières minutes, on est sûr que ce sont les adolescents les coupables. Mais plus on progresse dans le long métrage et plus on se rend compte, à l'instar du détective, que ça n'a pas de bon sens.

Le cinéaste présente donc les faits et laisse le public réfléchir, analyser et trouver ses propres réponses, comme pourrait le faire un vrai détective. Il ne souhaite pas non plus nous indiquer qui serait le ou les réels tueurs, bien qu'il ait sa petite idée sur le sujet.

Noeud du diable ne fait pas l'erreur de tomber dans le gore ou le mélodramatique. On ne voit pas le meurtre des enfants, mais leur cadavre (ce qui est déjà assez troublant en soi, croyez-moi). Quelques scènes se consacrent également à la peine vécue par cette pauvre mère désemparée. Certains moments mettant en scène la talentueuse Reese Witherspoon sont bouleversants et quelques-uns devront se retenir pour ne pas verser une larme ou deux.

Verdict

Au final, Noeud du diable transforme le cinéphile en véritable détective en lui présentant le plus objectivement possible ce qui semble être l'une des plus grandes erreurs judiciaires des années 1990.

Cote : 3,5 étoiles sur 5

Le film prend l'affiche le 24 janvier 2014.

Source(s) image(s):
Remstar

Commentaires