BORNES ÉLECTRIQUES

Aaaaaaah les désirs! Ceux qui monopolisent notre pensée. Ceux qui brisent les unions. Ceux qui nous font persévérer et ceux qui nous font regretter… Nos désirs dictent souvent nos comportements. Comment faire pour y voir un peu plus clair?

Situation

Alexandre a un fantasme. Malgré l’excellence de la petite Toyota Corolla blanche avec laquelle il a passé les 12 dernières années, ses pensées vont vers l’achat d’une Ford Mustang rouge qu’il a aperçue un soir après le travail. Mon Dieu! Alex a vraiment flashé sur les formes de cette voiture. La calandre, les ailes bombées à l’avant comme à l’arrière, l’aileron et les roues disproportionnées promettent d’en faire voir de toutes les couleurs à celui qui la pénétrera pour prendre le volant. Pas besoin de vous dire que notre héros trouve sa petite Corolla très ordinaire depuis un bout. Et ce, même si elle a toujours été là pour lui, dans les journées chaudes ou froides, sous le soleil suffocant comme dans la tempête, sur les belles routes d’asphalte comme dans les chemins de terre cahoteux… Rien à faire, Alex en désire une autre… Après quelques jours passés à fantasmer, notre bonhomme a finalement changé sa Corolla pour la Mustang.

Les problèmes n’ont pas tardé à se manifester. Vu que la Mustang est une voiture à propulsion, Alexandre a toutes les misères du monde à la conduire l’hiver. Pire encore, l’espace à l’arrière est tellement restreint qu’il n’a pas pu installer le siège de bébé. Comme si ce n’était pas assez, puisqu'il s’agit d’une voiture usagée… disons que l’ancien proprio n’y est pas allé de main morte et que la voiture a quelques cicatrices à gauche et à droite. Maintenant qu’il possède sa Mustang, il ne se sent pas particulièrement rassasié. La voiture est là, dans l’entrée de garage, et il en a un peu rien à foutre. C’est comme si la désirer était plus excitant que de la posséder.

Explication

C’est vrai que les premiers tours de roues d’Alex avec sa Mustang étaient grisants. En plus, il était si fier de la présenter à ses amis. Les promenades du dimanche sur le boulevard le valorisaient de par les têtes que la voiture faisait tourner ici et là. Avec un peu de recul, Alex a vite réalisé que son choix était davantage passionnel que rationnel. Comme plusieurs, notre héros a goûté à ses dépens aux conséquences de l’achat impulsif.

Solution

L’impulsivité est un trait de caractère qui piège souvent ses propriétaires. Les dernières générations de terriens occidentaux grandissent dans un monde où la consommation est une notion qui joue sur le premier trio de l’éducation sociale. Indéniablement, la solution passe donc par la conscientisation de l’impulsivité. Toi, ami lecteur, es-tu une personne impulsive? Regrettes-tu parfois des paroles ou des gestes que tu poses et auxquels tu n’avais pas pris vraiment le temps de réfléchir? À partir du moment où un homme réalise son impulsivité, il doit absolument être en mesure de se remettre en question. Dans la vie de tous les jours, cela peut passer par une attitude moins prompte envers ceux qui nous entourent. Mais l’idéal reste encore la communication. Si Alexandre avait pris le temps de discuter de son histoire de Mustang avec un chum de gars, il aurait sans doute pu prendre du recul sur son désir d’achat. Ainsi, il ne se serait pas aussi lamentablement tiré dans le pied…

En conclusion, pour aller un peu plus loin, je vous invite à lire la très bonne réflexion reliée au concept du « lâcher prise » expliquée par mon collègue Frédéric Gingras via sa chronique Bien vivre : La vie est simple.

Note à moi-même : Écrire sur la disparition des tigres à dents de sabre lors d’une prochaine chronique.

Au plaisir!

Source(s) image(s):
http://fr.best-wallpaper.net/

Commentaires