Il n’est pas rare d’entendre parler de demandes d’accréditation syndicale au Québec. Que ce soit dans le domaine de la restauration ou encore de la vente au détail, les cas ayant fait les manchettes sont plutôt fréquents et font jaser. Or, avez-vous déjà entendu parler d’étudiants-athlètes bientôt syndiqués? C’est le débat qui s’intensifie aux États-Unis!

Est-ce que les étudiants qui jouent au football devraient être payés?

Le débat s’intensifie aux États-Unis, alors qu’on a atteint une nouvelle étape importante dans ce dossier.

En effet, les joueurs de football de l’équipe de l’Université Northwestern ont fait la demande formelle d’être représentés par une union de travail, ce qui signifie qu’au moins 30 % des joueurs ont joint le mouvement en signant leur carte d’union. C’est la première fois dans l’histoire des sports universitaires américains que des athlètes font une telle demande.

La demande aurait été remplie par le président de l’association nationale des athlètes universitaires (NCPA), Ramogi Huma, et, selon toute vraisemblance, l’association des joueurs de la NFL (NFLPA) aurait approuvé la démarche.

À LIRE AUSSI: Comment organiser un party de Super Bowl incroyable en six étapes!

L’argument majeur qui motive une telle demande est le mode de vie des étudiants-athlètes aux États-Unis. Contrairement à la pensée populaire, être un étudiant-athlète prend beaucoup de temps et s’apparente à un travail à temps plein. Une journée typique pourrait ressembler à un entraînement très tôt le matin, puis des cours jusqu’en milieu d’après-midi, quelques séances d’entraînement supplémentaires puis les études.

Selon la NCPA, même si leur école est payée, bien des joueurs doivent se trouver un travail avec des conditions d’emploi précaires afin de pouvoir se payer un tant soit peu de luxe. De plus, les bourses d’études qu’ils reçoivent sont souvent conditionnelles à ce qu’ils puissent performer pour l’équipe de sport, comme le mentionne Ramogi Huma.

Bref, tout ça pour dire que les bourses d’études ne représentent pas de l’argent comptant dans les poches des joueurs, tandis que bon nombre d’entre eux ont peu ou pas d'argent lors de leur passage universitaire.

Et puis il y a ce récent contrat de diffusion signé avec CBS d’une valeur de 10,8 milliards pour 14 ans… Sans compter le fait que les étudiants-athlètes amènent des revenus importants aux universités américaines par leurs exploits sportifs

Selon le Business Insider, qui prend en exemple l’équipe la plus prestigieuse du football universitaire américain, les Longhorns de Texas, un joueur vaudrait en moyenne 578 000 $!

Dans l’éventualité où les joueurs de Northwestern ont du succès avec leur requête, l’université devrait les considérer comme des employés, ce qui veut dire qu’ils devraient se plier à respecter certaines conditions de travail et salariales.

Le mouvement reçoit cependant des appuis de taille, notamment de NBC Sports, qui voient en cette nouvelle une raison d’applaudir les étudiants-athlètes qui en sont à l’origine : « Alors que les étudiants-athlètes reçoivent une éducation, le coût marginal d’un étudiant de plus pour l’université n’est rien comparativement aux revenus que le travail du joueur dans le programme de football ramène à l’institution. Les joueurs méritent plus pour les risques qu’ils prennent et nous les applaudissons pour avoir le courage de poursuivre ce combat. »

Même si je comprends les arguments défendant les intérêts des étudiants-athlètes, j’ai de la misère à concevoir qu’ils pourraient être payés pour jouer au football. En fait, je suis contre.

Pensons-y un instant. Quelle est la différence entre le joueur qui reçoit une bourse d’études, mais qui doit faire des sacrifices pour jouer au football et représenter son école (ce qui est généralement un honneur) et celui qui ne pratique pas de sports, ne reçoit donc pas de bourses et doit travailler à temps partiel pour payer ses études? Le combat est le même!

Lorsque les étudiants-athlètes vont à l’école, c’est à la base pour étudier! Ils visitent donc l’institution à titre de « client », non pas d’employé! Les étudiants y vont pour forger leur avenir! Le sport? Un loisir!

Et ceux qui ne voient pas en le sport qu’un simple loisir parce qu’ils entrevoient une carrière professionnelle, eh bien ils récolteront le fruit de leur labeur dans quelques années s’ils se taillent une place sur une équipe de la NFL, alors que leur salaire minimal sera de 102 000 $ (salaire de base d’un joueur sur une équipe de pratique dans la NFL).

D’ici là, je considère que le fait de se faire payer ses études est une richesse que bien des gens, qui ne peuvent se le permettre, rêveraient d'avoir.

Sources :

NBC Sports

Chicagoist

Source(s) image(s):
Kyle Stokes

Commentaires