En remportant 5 récompenses aux derniers Grammy Awards, dont l’album de l’année et l’enregistrement de l’année, Daft Punk a littéralement volé la vedette. Voilà pourquoi le groupe est notre personnalité masculine de la semaine.

À LIRE AUSSI : Daft Punk vole la vedette 

Thomas Bangalter et Guy-Manuel de Homem-Christo, les deux membres du groupe, se sont rencontrés en 1987, au lycée Carnot. Quatre ans après leur rencontre, ils fondent Darlin’, un groupe rock, avec une troisième personne en Laurent Brancowitz. Ce dernier se joindra plus tard au groupe Phoenix. Leur groupe ne connaît malheureusement pas le succès escompté et ne vend que très peu d’exemplaires de son disque monoplage.

Les deux amis ne baissent cependant pas les bras et décident de fonder, à Paris, en 1993, Daft Punk. Petit à petit, le groupe, qui combine plusieurs styles, dont l’electro, le house et le techno, commence à se faire remarquer par des journalistes et des maisons de disque. De plus en plus de clubs européens adoptent leur musique.

À LIRE AUSSI : Daft Punk : des pionniers robotiques

Conscient de son succès grandissant, le duo sort en 1997 Homework, son premier album qui remporte un succès immédiat tant chez le public (2 millions d’exemplaires vendus en 2 mois dans 35 pays) qu’auprès de la critique. La même année, il commence une tournée mondiale. Il aide ainsi à la démocratisation du French Touch, un mouvement de musique électronique.

En 2001, Alive 1997 arrive sur les tablettes. Il s’agit du premier album live du groupe. Il a été enregistré en Angleterre et regroupe plusieurs succès. La même année, l’album Discovery voit le jour. Il ne fait néanmoins pas l’unanimité des fans et des médias. Par contre, l’album, qui fait souvent référence à la culture des années 1980, se vend bien. Le duo est même nommé deux fois aux Grammy Awards de 2001. De toute façon, beaucoup de ses détracteurs se calment lorsque Interstella 5555: The 5tory of the 5ecret 5tar 5ystem sort. Ce film d’animation utilise comme bande sonore la musique de Discovery.

Human After, le troisième album des hommes casqués, est lancé en 2005. Encore une fois, l’album déchaîne les passions. Certains ne se gênent pas pour le qualifier de « répétitif », « sans nouveauté » et « sans vie ». D’autres, toutefois, le trouvent merveilleux.

L’année suivante, Daft Punk lance une anthologie et entame une tournée aux États-Unis, dans quelques pays d’Europe et au Japon. Le groupe porte son habillement caractéristique de robots. En 2006, le duo présente, au Festival de Cannes, son premier long métrage : Daft Punk's Electroma. Étrangement, il n’est présenté que dans un seul cinéma, tous les samedis à minuit pendant un an.

En 2007, Alive 7 voit le jour. L’album remporte plusieurs prix, dont deux trophées, entre autres celui du Meilleur album électronique ou dance aux Grammy Awards en 2009.

En 2013, Thomas Bangalter et Guy-Manuel de Homem-Christo décident finalement de sortir Random Access Memories, leur dernier album. Quelques semaines avant sa sortie, les deux hommes avaient dévoilé le titre Get Lucky. Très populaire, il est arrivé en tête du classement des ventes mondiales sur iTunes, et ce, en moins d’une journée. Ce nouvel album lui a d’ailleurs valu 5 Grammy Awards.

À LIRE AUSSI : Diplo critique vivement le nouvel album de Daft Punk

Qu’on aime ou qu’on déteste, il est indéniable que la musique electro, house et techno n’aurait pas eu le même visage aujourd’hui sans l’apport de Daft Punk.

Source : Wikipedia 

Source(s) image(s):
YourEDM

Commentaires